Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 10:21

Dévotion et fidélité au Siège Apostoli­que…                  

S. S. Paul VI: pour le IVe Centenaire du collège Germanico-Hongrois, à Rome (10 oct. 1973)

Le premier 'enseignement qui résulte d'un regard rétrospectif est la fécondité spirituelle de l'enracinement de votre établissement au coeur même de la catholicité : si l'on a pu, en Allemagne et dans les pays limitrophes, contenir le mouvement centrifuge qui avait été provo­qué par la crise luthérienne et rendre une vitalité nou­velle à l'Eglise qui y existait, cela fut possible, en gran­de partie, grâce à l'action inlassable des Pasteurs issus de votre Collège. Rome développa en eux une mentalité universelle et catholique, indiqua les lignes essentielles de l'action à poursuivre.

De ceci se dégage un deuxième enseignement. Il ne suffit pas d'avoir une bonne connaissance de l'ambian­ce historique dans laquelle on vit : il est bien plus im­portant d'avoir conscience de la continuité d'un patri­moine de sagesse et de vertu, éprouvé par une expérien­ce multiséculaire dont votre Collège est l'heureux héri­tier. Du reste, le culte des saines traditions fait partie de la pédagogie ecclésiastique authentique. C'est pour­quoi, vous insérer dans ce flux continuel signifie, chers élèves, mettre à profit ces richesses d'incomparable va­leur qui sont vôtres et qui sont de l'Eglise, signifie aussi conserver au Collège Germanico-Hongrois sa physiono­mie, sa noblesse, s'a particulière et providentielle fonc­tion dans le contexte ecclésial de notre époque.

L'heure présente — et il n'est pas nécessaire d'en rappeler les ferments — exige une volonté renouvelée de valoriser et d'appliquer les principes fondamentaux qui ont favorisé, tout au long de ces siècles, une florai­son aussi splendide d'âmes, totalement adonnées au bien de l'Eglise, des âmes qui ont laissé des traces indélébiles dans l'histoire religieuse de leurs propres nations. Le quatrième centenaire d'une Institution comme celle-ci donne sérieusement à penser; c'est le signe d'une vitali­té perpétuelle demeurée intacte même au milieu des transformations des temps qui évoluent; il rappelle au premier plan la nature, la fonction, la mission, la respon­sabilité des Séminaires dans la vie de l'Eglise.

Aujour­d'hui comme en ce temps-là: pour les études spécifiques qui doivent être accomplies dans une vision tout ensem­ble christocentrique, ecclésiologique, spéculative et éga­lement ouverte aux instances du rattachement à la cul­ture actuelle; pour la ligne sereinement et fortement formative de la discipline; pour le climat pastoral, orienté, vers les âmes selon les exigences concrètes de chaque diocèse, selon le génie propre de chaque peuple. Il con­vient donc de regarder en arrière afin de puiser de nou­velles énergies pour mieux bondir en avant.

Il est vrai que pour aller au devant des nouvelles exigences du temps, votre Collège ne peut demeurer fixé sur des normes adaptées à la vie d'il y a quelques siècles, mais qui ne feraient que produire un effet con­traire dans le climat présent. Les jeunes qui aujour­d'hui se préparent au sacerdoce ont en eux-mêmes des besoins, des exigences qu'il serait téméraire de ne pas prendre en considération. Déjà le Concile Vatican II, concient de « l'extrême importance de la formation des prêtres », parce que « le renouveau tant désiré de toute l'Eglise dépend en grande partie du ministère sacerdo­tal » (déc. Optatam totius, Préambule), avait tracé les lignes d'une pédagogie ecclésiastique renouvelée; lignes reprises et développées dans le document Ratio funda-mentalis institutions sacerdotalis, publié le 6 janvier 1970 par la S. Congrégation pour l'Education Catholique. Nous n'ignorons pas les difficultés de cette entreprise qui requiert des éducateurs responsables, doués d'un sage discernement et d'un prudent équilibre. Il faut toute­fois' tenir bien compte du fait que, dans la formation sa­cerdotale, il y a des normes qui restent, dans leur subs­tance, immuables au cours des siècles, et qui, demain comme aujourd'hui, conserveront toute leur valeur, car elles jaillissent de la nature même de l'Ordre sacré.

A ce propos permettez-nous, chers jeunes gens, de tirer au clair certains points qui, s'ils sont mal compris, peuvent avoir de funestes conséquences pour l'Eglise.

Dans la formation des candidats au sacerdoce, on demande aujourd'hui une plus grande ouverture aux problèmes de la société et de l'homme modernes. Cela est légitime, pourvu que l'on ne tombe pas dans l'exagération contraire.    Si le prêtre doit vivre dans le monde, il ne doit cependant pas être du monde.   Et si, pour lui, l'ex­cessif détachement est nuisible, n'est pas moins nuisible la tendance à supprimer, comme il arrive trop souvent, toute différence dans la manière de parler, d'agir et ain­si de suite, dans le but de se tenir plus proche du monde. Ne nous faisons pas d'illusion; si le prêtre ne parvient pas à maintenir cette distinction qui est nécessaire pour être l'homme de Dieu, le ministre du Christ, le témoin d'une vie transcendante et spirituelle, il se transforme peu à peu en ce sel insipide dont parle l'Evangile.

On relève aussi qu'aujourd'hui l'on apprécie de plus en plus les valeurs de la liberté, de la personnalité, de la responsabilité. C'est donc à juste titre que l'on de­mande, en vue d'un efficace aggiornamento des méthodes éducatives dans les Séminaires, d'instaurer un climat de plus grande liberté et de majeure responsabilité, qui sont les conditions indispensables du développement de la personne du candidat à la prêtrise. Cela ne justifie toutefois pas l'attitude de ceux qui voudraient supprimer toute structure, abolir toute réglementation, laisser plei­ne liberté aux initiatives personnelles se fiant à une bon­té naturelle qui ignore le péché originel et ses consé­quences. Certainement, la jeunesse doit être entraînée à la liberté; mais la vraie liberté est une conquête, et pour y parvenir, l'homme et plus encore l'aspirant au sacerdoce au cours de la période de sa formation, a besoin d'assistance extérieure. Une excessive passivité chez l'élève est nuisible, mais ne l'est pas moins la pré­tention de celui qui veut s'éduquer tout seul, sans aucu­ne intervention de l'éducateur. Aussi, la discipline dans la vie de séminaire doit-elle, comme l'affirme le Conci­le « être considérée non seulement comme un auxiliaire efficace de la vie commune et de la charité, mais comme un élément nécessaire dans l'ensemble de la formation, pour acquérir la maîtrise de soi et le plein développe­ment de sa personnalité ». (Dec. Optatam totius, numé­ro 11).

Aujourd'hui, on met aussi un fort accent sur la vie du prêtre comme vie de service, à l'exemple du Christ, « homme-pour-autrui », selon une heureuse expression bien connue. Il faut toutefois préciser que le service du prêtre qui veut rester fidèle à soi-même, est un service essentiellement spirituel. Aujourd'hui, il importe de bien se le rappeler devant les multiples tendances à séculari­ser le service sacerdotal et à le réduire à une simple fonc­tion principalement philanthropique et sociale. C'est sur le plan des âmes, dans leurs relations avec Dieu et dans leurs rapports intérieurs avec leurs semblables, que se qualifie la fonction spécifique du sacerdoce ca­tholique.

L'hospitalité romaine qui vous est offerte vous faci­lite d'une certaine manière l'acquisition de cette forma­tion, mais elle donne aussi à votre préparation une spé­cificité et un caractère typique incomparables, grâce à cette forte expérience spirituelle qu'un prêtre ou un as­pirant à la prêtrise peut faire de manière toute particu­lière à Rome, près de la tombe du Prince des Apôtres. Mettez donc ce temps de grâce à profit pour consolider votre foi et en rendre la pratique plus vive, plus sincère et plus fertile à l'exemple de Pierre, précisément. Votre Collège pourra ainsi continuer d'être, comme par le passé, une pépinière d'apôtres, un point de contact de la Rome catholique avec vos pays, un témoignage vivant de leur dévotion et de leur fidélité au Siège Apostoli­que.

Extrait de : RETOUR AU MAGISTÈRE. Mgr Joseph Louis Beaumiere (1974)

Elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 11:45

En 1973, mille grands séminaristes au Vietnam-sud…

Un prêtre vietnamien, l'abbé Pham Nang Tirih raconte dans quel climat de vie héroïque vivent aujourd'hui ses compatriotes. Cependant c'est une véritable explosion des vocations sacerdotales !

Pendant qu'en Europe et en Amérique le nombre des candidats au sacerdoce diminue de façon inquiétan­te, nous ne savons où loger nos propres candidats viet­namiens. Nos trois Instituts de Théologie de Saigon Vinhlong et Hué et le Séminaire Pontifical de Dalat sont surpeuplés.

Selon les statistiques de 1971, la population du Sud-Vietnam (17,414,000) compte 10% de catholiques (1,782,600). On y dénombre 1,953 prêtres vietnamiens, dont 366 religieux. Cela donne une moyenne d'un prêtre pour 900 catholiques. 808 étudiants en théologie et 3,641 petits séminaristes laissent entrevoir, pour les années à venir, un fort accroissement du nombre des prêtres. Fin 1973, les étudiants en théologie atteindront le millier, dont les deux tiers au moins, d'après les expériences antérieures, atteindront leur idéal et seront prêtres.

Vénération pour le prêtre

Indiscutablement, depuis le fond des âges, le peuple vietnamien a toujours manifesté de la vénération à ceux qui «renoncent au monde», qu'il s'agisse des bonzes, des prêtres, des religieux et religieuses, des catéchistes et des séminaristes. Le catholique vietnamien se sent lié à eux par une parenté spirituelle, La piété filiale, très en honneur chez nous, est encore sublimée par notre foi chrétienne. Le prêtre, séculier ou régulier, indépen­damment de ses fonctions particulières, est d'abord « Père ».

Personne ne peut oublier ce qualificatif, s'il s'adresse soit à un curé ou un vicaire, soit à un profes­seur ou à un vicaire général.

L'évêque est le « Révé­rend Père»

(Le vraie Pape, S.S. Paul VI)* le «Saint-Père».

Quant-est il aujourd’hui, soit 43 ans après ? *

Nous verrons bientôt comment s’est amorcée la démolition au Canada, espérant que ce fut différant au Vietnam-sud. *

Extrait de : La grande revue romaine LE CHRIST AU MONDE

(1974, no. 2 pp. 128-133) nous apporte une encourageante nouvelle : Mille grands séminaristes au Vietnam-sud, cité dans le :

RETOUR AU MAGISTÈRE. Mgr Joseph Louis Beaumiere (1974)

* Note du blog Elogofioupiou.over-blog.com

Elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 00:39

 

Des initiatives prises sans autorisation

Un bref rappel des événements…

Réponse à catholicapedia.net

Voici la citation : «Après le concile Vatican II, Montini-Paul VI a modifié les rites de tous les sacrements. Une réforme aussi générale est pour le moins risquée. En effet, si quelque chose d’essentiel a été modifié, le nouveau rite n’est plus efficace, il ne produit plus la grâce ni l’effet sacramentel, car il n’est plus le rite que le Christ a institué.»   http://catholicapedia.net/pages_html/Rore-Sanctifica_Benoit.html

Comment quelqu’un peut écrire une affirmation aussi injuste et aussi fausse…???

Nous n’avons pas l’intention  de dire que le parcours de Mgr Montini-Paul VI ne fut pas sans erreurs. Il est un être humain comme nous, et s’il a péché, nous aussi nous sommes des pécheurs. Mais l’accuser aussi injustement sans preuve c’est un manque de charité chrétienne.

Vous devez savoir la vérité sur la nouvelle messe, et qu’elle date de plusieurs années avant le faux concile.  Voici quelques points importants: 

En 1956, l'assemblée des cardinaux et archevêques français éditait un…. « Directoire pour la pastorale de la Messe à l'usage des diocèses de France », document, comme on le voit, est des plus officiel.

L'ouvrage de l'Abbé Bonneterre (1) est certes très révélateur sur ce sujet : dès 1925 avec l'œcuméniste Dom L. Beauduin, il y eut un mouvement subversif de plus en plus général dans l'Eglise amenant à terme la déliquescente « nouvelle messe ». Or, celle-ci est déjà pratiquement enfantée dans les cerveaux des chefs officiels de l'Eglise DÈS AVANT le Concile Vatican II et l'élection de S.S. Paul VI...

Il est déjà remarquable de constater, comme le fait l'Abbé Bonneterre, que « l'Ordo de Taizé », rédigé en 1959 par des protestants et des catholiques « avancés » est quasi semblable à la nouvelle messe de 1969, dite de Paul VI. Mais nous avons dans nos archives un document combien plus probant ! Qu'on en juge : En 1956, l'assemblée des cardinaux et archevêques français éditait un « Directoire pour la pastorale de la Messe à l'usage des diocèses de France », document comme on le voit on ne peut plus officiel.

En couverture,  on montrait une photo d'une Messe « modèle ». Cette photo est un document historique extraordinaire.

Autel face au peuple. Crucifix et autel « à la protestant ». Différences entre les acolytes et le célébrant principal, tous en aube, gommées au maximum (à tel point qu'on se demande s'il ne s'agit pas d'une concélébration !). Magnifique soleil de l'ostensoir négligemment posé sur le pilier, dans l'ombre (rien n'est l'effet du hasard dans cette photo très officielle destinée à tous les presbytères de France)…. La (fausse) Messe ressemble tellement au « novus ordo missae » de 1969, dit de Paul VI, que nous avouons avoir regardé à deux fois la date d'édition de ce « Directoire », croyant que nos sens nous trompaient. Mais non, c'est bien cela : 1956. Huit ans avant le Concile Vatican 2, 13 ans avant (!!!) la « nouvelle messe » dite de Paul VI, l'ensemble des cardinaux, archevêques et évêques français avec certainement une bonne partie de leur clergé avaient déjà toute la nouvelle messe dans la tête ! Car ce « Directoire » très officiel était fait pour être diffusé en masse dans tous les presbytères de France et de Navarre... « Les mauvais livres abonderont sur la terre », tel que prédit par Notre  Dame de la Salette...

Le contenu de ce « Directoire », tout en reprenant pharisaïquement l'exposé traditionnel de la Messe, ouvre en même temps par de petites phrases... On connaît la méthode, style Vatican II. On a reproché la définition hérétique de la Messe dans le « Novus Ordo Missae » de 1969 (2). Mais elle n'est jamais que la reprise de la définition cosignée par Nosseigneurs les cardinaux et archevêques Français... en 1951, soit 18 ans avant !!!

    Nos « Princes de l'Eglise » définissaient ainsi la Messe :

« Elle est l'assemblée solennelle de la communauté chrétienne, le grand moyen de faire vivre le Christ dans la communauté paroissiale et dans les cœurs de chacun de ses membres. »

C'est à la page 13 de notre « Directoire » de 1956, lequel, pour cette magistrale définition qui occulte l'aspect essentiel et premier du Saint-Sacrifice de la Messe, fait appel à un autre « Directoire pour la pastorale des sacrements — adopté par l'Assemblée plénière de l'Épiscopat pour les diocèses de France », de 1951.

Dans le même temps (et c'est notre deuxième exemple) c'est-à-dire en 1952, on construisait des Églises préparant le nouveau culte dit de Paul VI, face au peuple… avec le « Pèlerin du XXe s. », revue démocrato-progressiste à coloration religieuse très pâle, patronnée par la Hiérarchie qui n'a pas été pour peu dans la dégénérescence de la Foi du peuple chrétien et la subversion de l'ordre social. Dès 1963, « une église retenait l'attention du rédacteur ». Nous aussi, elle retient notre attention, « 25 ans » après, car elle est effectivement historique. Qu'on en juge par la lecture attentive de l'article en question...

... Vraiment, quelle astuce proprement diabolique ! Nous faisons ci-dessous un croquis de cette mignonne église néo-rustique dont il faut reconnaître la belle esthétique extérieure et l'art du meilleur goût... camouflant magnifiquement le venin mortel de l'intérieur... comme avec l'AntéXst : On voit tout de suite le piège, consommé en hypocrisie. Cette église a été conçue architecturalement pour l'expérimentation liturgique. Voilà pourquoi le rédacteur du « Pèlerin » qui ne pouvait tout de même pas l'avouer ouvertement voulait « retenir l'attention » de ses lecteurs... Il est bien facile de comprendre qu'une fois le rideau tiré, il y avait une partie des assistants qui avaient la Messe dos au prêtre tandis que l'autre l'avait FACE AU PEUPLE. C'est ce que le rédacteur du « Pèlerin » appelle suivre les offices d'une façon parfaite.

D'autre part, il est bien évident que cette église ne s'est pas construite « à la sauvage » et que l'architecte avait l'approbation de l'Évêque et du prêtre du lieu : autrement dit, la veule et hypocrite Hiérarchie cautionnait voire promouvait (3) le mouvement liturgique subversif. Et le pli venant de haut, de très haut, il ne pouvait qu'être pris irréversiblement par le peuple, en ces années prémisses du laxisme total qui éclatera dans les années 1960-70, cette « espèce de fausse paix dans le monde »...

Supposons un moment que S.S. Pie XII, au courant de ces constructions d'églises équivoques, ait donné l'ordre de déplacer le Maître-autel du milieu pour le mettre au fond : mais c'est que l'église si jolie était construite artistiquement pour un maître-autel AU MILIEU de l'église, « avec ses tribunes circulaires »... Fallait-il faire casser l'église ? Tout le monde se serait levé à la suite du clergé et de l'Évêque contre une telle mesure !

Cette révolte larvée mais très réelle, soudée du bas jusqu'en haut de la Hiérarchie n'est pas avouée. Et, chers lecteurs, retenez bien que nous sommes en 1952.

Ce genre de situations se généralisera et s'aggravera dans tous les domaines et dans toute l'Eglise Universelle lorsque le Pape Paul VI accédera en 1963 au Souverain Pontificat, qui n'était plus « souverain » que par la Passion à endurer, le Châtiment Divin à expier sous ce pontificat.

Après ces documents types que nous venons de donner, on peut voir que la déclaration du Cardinal Guth, loin d'être un prétexte pour blanchir S.S. Paul VI d'avoir signé le N.O.M., n'est rien moins que l'exacte expression de la vérité : « Nous espérons que, désormais, avec les nouvelles dispositions contenues dans les documents, cette maladie de l'expérimentation va prendre fin. Jusqu'à présent il était permis aux évêques d'autoriser des expériences mais on a parfois franchi les limites de cette autorisation et beaucoup de prêtres ont simplement fait ce qui leur plaisait. Alors, ce qui est arrivé parfois, c'est qu'ils se sont imposés. Ces initiatives prises sans autorisation, on ne pouvait plus, bien souvent, les arrêter, car cela s'était répandu trop loin. Dans sa grande bonté et sagessehélas, celle du Roy-martyr Louis XVI..., le Saint-Père a alors cédé, souvent contre son gré » (4).

Nous croira-t-on à présent, quand nous disons que le pauvre Pape Paul VI vient seulement en fin de parcours pour endosser tout le poids du péché, signant la « nouvelle messe » forcé d'ailleurs [« On a eu toutes les peines du monde pour lui arracher cette autorisation ! Et maintenant il (le Pape) continue à célébrer avec l'Ordo Missae de Saint Pie V en privé ! » (5)] ?

Comme le rapprochement s'impose avec Louis XVI, cédant toujours un peu plus, « dans sa grande sagesse et bonté », allant jusqu'à revêtir le bonnet phrygien, puis, impuissant, jusqu'à déclarer le « Tiers-État » Assemblée Consti­tuante, jusqu'au couperet fatal !

Oui, après ces exemples majeurs, on peut voir que tout mettre sur le dos du Pape Paul VI est la solution de facilité, une solution SIMPLISTE, à laquelle malheureusement cèdent beaucoup trop de fidèles traditionnels.

LA VÉRITÉ, LA VOILÀ: LA RÉVOLUTION ÉTAIT DÉJÀ FAITE DANS L'ÉGLISE AVANT L'INTRONISATION DE S.S. PAUL VI. De même qu'elle était déjà faite dans le corps social français à la fin du règne de Louis XV. Après Louis XV et Jean XXIII, « c'est le déluge », plus exactement le Châtiment divin qui tombe. Inexorablement. Irréversiblement.

 

     (1) « Le mouvement liturgique », Abbé Bonneterre,  1980.

(2) Rappelons pour les mémoires défaillantes que celui-ci a été concocté par Bugnini et sa clique franc-maçonne, et que Paul VI n'a signé que forcé... ce que reconnaît, entre autres, Jean Madiran dans sa plaquette « La Messe, état de la question », en 1975; il en faisait d'ailleurs une de ses quatre fondamentales raisons du refus du N.O.M. et affirmait, en exergue, que ces quatre arguments développés publiquement depuis 1972 (dont la non-liberté de S.S. Paul VI), « n'ont fait l'objet d'aucune tentative de réfutation »...

(3) Qu'attendre d'autre de fonctionnaires concordataires, de surcroît francs-maçons pour beaucoup d'entre eux : G. Riquier précise que le Cardinal Liénart était Franc-maçon — ce que tout le monde sait, mais ce qui est beaucoup moins connu c'est la suite — : « il était un des dix-sept évêques francs-maçons français dont Mgr Beaussart avait donné la liste à Pie XI en 1938. Ils étaient peut-être plus nombreux : l'un des enquêteurs, Mgr Bouteloup avait été assassiné pendant l'enquête. » (p. 41 « L'avenir du monde ... »).

(4) « Documentation Catholique » n" 1551 du 16 novembre 1969, p. 1048.

(5) Déclaration de Mgr Bugnini à un de ses amis en parlant de la signature du Pape Paul VI pour ce N.O.M., cf. « La Messe Catholique est-elle encore permise ? » Père Barrielle, p. 19, plaquette qui apporte beaucoup d'autres faits prouvant la non-liberté du Pape Paul VI.    

Extrait de : L’extraordinaire Secret de La Salette. (1988)  Disponible  aux Editions  D F T.  (Louis de Boanergès)  

Elogofioupiou.overe-blog.com

 

 

 

 

 

Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 18:48

Alessandro Falchi (faux pape) est mort le 6 août 1978.

Satan, par l’entremise de ses initiés, les franc-maçons, en élisant Jean Baptiste Montini comme pape, qui prit le nom de Paul VI, savait très bien qu’il avait un penchant pour les idées modernistes.

Ils savaient aussi qu’il y avait dans son entourage un personnage qui était son sosie, c’était Alessandro Falchi qui pourrait très bien remplacer Paul VI, si ce dernier s’avisait de leur résister

Alessandro Falchi est ainsi devenu le sosie de Paul VI et c’est lui qui a fini le travail de démolition et qui a fait passer le véritable PAUL VI pour un traitre.

Pour en savoir plus sur ce sujet voir : https://pontifexverus.wordpress.com/

C’est en anglais, mais avec google traduction, ça donne une bonne idée de l’arnaque des faussaires.

Elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 17:47

L'INVASION  RUSSE…

La Salette : « La terre sera frappée de toutes sortes de plaies, outre la peste et la famine qui seront générales, il y aura des guerres jusqu'à la dernière guerre, qui sera faite alors, par les dix rois de l'Antichrist, lesquels rois auront tous un même dessein et seront les seuls qui gouverneront le monde.» Il est impossible de prévoir, dans le détail, un plan de conquête du monde par  la  Russie. Nous  ne citerons donc que les textes se rapportant à notre pays et à nos voisins immédiats. Mais notons tout de suite celui-ci :

Bruxelles 3-5-73 : « Sur tous les lieux d'Apparitions de Ma Très Sainte Mère, la Vierge Marie, les armées envahissantes seront arrêtées par des barrières de feu  qu'elles ne pourront franchir qu'au péril de leur vie. »

Après l'Italie  et l'Avertissement de Jésus, les  troubles  ont lieu d'abord en Angleterre  (S.D.). Mais  ils ont vite fait de s'étendre. A   ..X... la Vierge avait montré guerre et feu sur le monde entier et nommé les uns après les autres: l'ITALIE, VIET-NAM, VIET-KONG, AFRIQUE et de nouveau JERUSALEM.  En FRANCE, la révolution fait suite à celle qui se déroule en Angleterre et apporte avec elle la persécution (D).

K. 2-2-44 : « Pour éloigner de la France la révolution et les persécu­tions religieuses, récitez-tous, très souvent le Rosaire médité. »

K. 6-3-49 : « La France, qui m'est si chère, aujourd'hui menacée de guerre, de révolution, d'invasion, restera-t-elle sourde à Mes Avertissements ? »

« Marguerite-Marie n'a pu transmettre toutes mes révélations. Voilà pourquoi je veux aujourd'hui prévenir mon peuple, afin qu'il soit bien préparé quand l'heure de ma Justice arrivera. J'avais promis que le triomphe de la France viendrait après de grands châtiments : cette révélation n'a pas été transmise.

J'avais annoncé à plusieurs saintes âmes qu'avant le triomphe de la France, il y aurait une grande révolte entre tous mes enfants. On tentera de profaner tout ce qu'il y a de respectable sur la terre : ce sera en vain. » (Marie Julie-Jahenny.)

Mais la  Madone nous avait mis en garde à :

S.D. 9-6-67 : « Quand viendra cette heure où ils vous mettront en main la palme du martyr, qu'en sera-t-il de vous si vous n'êtes pas venus pour prendre couraqe, foi, pour résister aux luttes, aux tribulations, à la Croix, à la persécution, la guerre, les tremblements de terre, la peste, la famine. »

Le désordre établi, il sera alors facile aux Russes d'envahir la France :

K. 27-12-42 : « O France que J'aime entre toutes les nations ! O France que Je voudrais sauver ! Pourquoi restes-tu sourde à mes appels ? Préfères-tu voir tes champs, tes terres, devenir un vrai champ de bataille, piétines par des adversaires ne laissant derrière eux que cadavres et sol rougi ; préfères-tu voir tes villes détruites, anéanties, englouties : Ô France, ta vie est en danger ! Ton salut aussi, je ne le puis sans toi. »

K. 29-5-48 : « Il va y avoir  une  prochaine   guerre  lourde  de  consé­quences. La France sera  appelée  à être envahie et occupée par une armée russe et c'est là que l'Eglise et les bons souffriront persécution de la part des sans-Dieu. »

K. 28-4-59 : « L'avenir est bien sombre, et seules vos prières et péni­tences peuvent conjurer l'orage des calamités nouvelles qui vous menacent, car la France aura beau déployer ses forces et exploiter ses richesses, si l'essentiel lui manque, à savoir : Dieu Lui-Même, tout ce qu'elle pourra entreprendre sera de nou­veau compromis. Elle ne sera justifiée dans ses espoirs les plus légitimes, que si elle retrouve sa vocation de nation chrétienne, à cause, même, des attentions divines dont elle a été et dont elle est toujours l'objet. Elle est plus qu'aucune nation, cou­pable d'apostasie. »

Partant de TCHECOSLOVAQUIE, contournant cette fois les Alpes du Nord, c'est par le Jura Suisse que les Armées du pacte de Var­sovie envahiront la FRANCE, se répandant, d'une part le long de la vallée de la Loire, jusqu'à CHOLET et POITIERS et d'autre part, des­cendant la vallée du Rhône jusqu'à MONTELIMAR.

Tandis que, débarquant dans le Golfe du Lion, avec les Arabes cette fois, les armées Soviétiques s'infiltreront vers l'Ouest, jusqu'à DAX et MARMANDE et à l'Est, jusqu'aux portes de TOULON.

En même temps, venant d'ITALlE, d'autres troupes envahiront la région de NICE.

Aucun de ces groupes d'armées ne fera sa jonction, parce que cela s'avérera inutile sur le moment, puisqu'il n'y aura plus de combat... la résistance étant vaincue.

En Suisse, il y a quelques années, une âme du Seigneur disait qu'en vision, elle ne voyait plus le soleil caché par l'Armada des avions soviétiques. Il suffira de parachutistes tombant sur les points stratégiques : centrales électriques, ponts, gares, etc... pour paraly­ser le pays. Alors qu'au sol, plus disponible que la 8e Colonne de 1939, les membres du Parti Communiste français, tout simplement, les attendront pour les accueillir « à bras ouverts ».

La Salette : « Paris sera brûlé et Marseille englouti ; plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des trem­blements de terre : on croira que tout est perdu, on ne verra qu'homicides, on n'entendra que bruits d'armes et que blas­phèmes. Les justes souffriront beaucoup ; leurs prières, leur pénitence et leurs larmes monteront jusqu'au Ciel, et tout le peuple de Dieu demandera pardon et miséricorde, et demande­ra mon aide et mon intercession. »

Ce texte est  à prendre dans  l'ordre chronologique. Paris sera détruit par obus atomiques, lancés de la région d'Orléans. Marseille  sera englouti   à   la suite   d'un gigantesque raz de marée provoqué par une bombe atomique tombant en  Méditerranée.

Extrait de : Je ne peux plus sursoir.  Abbé Roger Rebut.

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

Repost 0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 15:28

Le 29 Mars 1897, la Sœur Saint-Pierre, dans son carmel de Tours, alors que KARL MARX venait de fonder en Allemagne le premier parti communiste du monde écrit :

« Nôtre-Seigneur m'a commandé de faire la guerre aux commu­nistes qu'il m'a dit être les ennemis de l'Eglise et de son Christ, me faisant entendre que ces lionceaux étaient, pour la plupart nés dans l'Eglise, dont il se déclaraient manifestement les cruels ennemis. »

Ce n'est donc pas à FATIMA, le 13-7-1917, que le ciel a com­mencé à manifester son opposition au communisme. Seulement, c'est à cette époque que cette erreur va prendre corps, en Russie, par la Révolution d'Octobre. Toutefois, il est nécessaire de rappeler ce que la Madone a dit à ce sujet, à FATIMA :

«Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix. Sinon, la Russie répondra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Eglise. Les bons seront martyrisés. Le Saint-Père (Paul VI) aura beaucoup à souffrir. Plusieurs nations seront anéanties...

En 1929 la Vierge Marie a demandé que la Russie soit consacrée à son Cœur Immaculé par le souverain Pontife et les Évêques du monde entier. A ce jour, cette consécration n'a pas encore été faite. La terre refusant toujours de reconnaître les messages du ciel.

Le 14-6-69, alors que la Madone vient de faire connaître à ENZO (S. Stephano) l'Avertissement, de Jésus, Elle ajoute immédiatement : « Si vos prières ouvraient les cœurs... la Russie se convertirait. Mais si vous ne M'écoutez pas, elle répandra ses erreurs sur le monde entier et nous aurons des guerres, des famines et autres calamités et le Père Eternel enverra de grands châtiments : tremblement de terre et des nations disparaîtront de la terre. »

Déjà durant la 2e Guerre mondiale nous avions été prévenus : Kirizinen 8-5-42 : « Bientôt la Russie apportera son aide à la guerre, ce qui provoquera un bon choc à vos ennemis. Mais à dater de cette époque priez, priez beaucoup, ô âmes chrétiennes, pour ce grand ennemi de l'Église. Sinon dans l'après-guerre, les commu­nistes siégeront un peu partout et l'Église recevra des tra­casseries de leur part. »

K. mai 44: «Sans paroles Un tableau divisé en deux parties, la première représente des hommes voulant hisser un drapeau. Des prêtres veulent les empêcher mais on les menace. On semble les injurier, leur lancer des pierres. Dans un coin, le démon, très gai, semble les exciter. Dans un autre coin, la Sainte Vierge est très triste et pleure. A côté, cette inscrip­tion : « IMAGE DU COMMUNISME. » La deuxième partie repré­sente un groupe de jeunes filles vêtues de bleu et blanc, qui constamment, récitent le Rosaire. A côté d’elles, cette inscription : « SALUT DU COMMUNISME. »

K. 7-10-46 : A l'endroit des apparitions un Rosaire, dont le Christ et la chaîne étaient dorés et les grains bleus : le Rosaire auréolé de cette inscription : « COURAGE AUX FIDELES PERSÉVÉRANTS DU ROSAIRE: ILS VAINCRONT UN JOUR LE COMMUNISME. »

Extrait de : Je ne peux plus sursoir.  Abbé Roger Rebut.

Elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 00:42

ENTRE L'AVERTISSEMENT DE JÉSUS ET LE GRAND MIRACLE…

Il y aura environs 1 028  Jours   entre   l'Avertissement  de Jésus  et  le   Grand Miracle. 

II est quasiment impossible, à partir de l'Avertissement de Jésus, de considérer que tel ou tel texte s'applique exactement à tel ou tel événement. Le religieux et le politique se trouvent mêlés et nous entrons dans une période essentiellement biblique.

Cette étude se base sur :

—   L'Ancien Testament, spécialement le prophète  Daniel.

Le Nouveau Testament, spécialement l'Apocalypse.   Nous nous efforcerons de regrouper ensemble les différents textes, sans en faire chaque fois un commentaire. La majeure partie de ceux-ci seront extraits des Messages de KERIZINEN.

 

L'EGLISE

Satan

K. 10-12-55: «Pour comprendre l'enfer déchaîné qui tente un dernier effort contre l'œuvre de la Rédemption, devant la foi défaillante et l'athéisme qui menace de submerger le monde, Mon Fils, votre Divin Sauveur intervient, par des Appels pres­sants, pour arracher les âmes à la damnation et pour défendre Son Eglise à qui II a promis la Victoire finale. »

K. 7-10-61 : « Un assaut satanique des plus redoutables s'attaque à l'Eglise et à tout ce qui porte le nom de chrétiens, il envahit le monde, ce dernier et victime d'une obsession de Lucifer. »

K. 2-2-48 : « Dans la tourmente qui approche, la protection s'en ira à ceux qui croiront en Moi (la Vierge Marie). Un apostat, c'est un chrétien qui renonce au Christ. »

Conséquences de l'apostasie seront nos malheurs :

K. 13-10-58 : « L'origine de vos malheurs est le refus de reconnaître à Dieu sa Souveraineté, voyez ces nations abandonnées de Dieu, prêtes à s'entr'égorger par des guerres d'extermination, à se ruer les unes contre les autres et à couvrir le monde de ruines. Mais Dieu est revenu à main armée, frappant et purifiant, répandant sur le monde la coupe de sa colère, et le monde devra boire jusqu'à la lie cette coupe, à cause des crimes sans nombre qui offensent le Dieu Trinitaire, »

LES PROPHÈTES OU APOTRES DE LA VIERGE MARIE Apoc. XI-3-4 :  « Cependant Je donnerai,  à   Mes  Témoins   de   prophé­tiser vêtus de bure, douze cent soixante-douze jours.

La Salette : « L'Eglise sera éclipsée, le monde sera dans la conster­nation. Mais voilà Énoch et Élie remplis de l'Esprit de Dieu ; ils prêcheront avec la force de Dieu et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d'âmes seront conso­lées, ils feront de grands progrès par la vertu du Saint-Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de l'Antichrist ».

S.D. 7-7-67 : « Je suis venue aujourd'hui avec 3 prophètes qui vien­dront annoncer au monde que tous peuvent avoir la foi ! Ils iront de maison en maison porter la paix, la joie, la résigna­tion, dans les moments tristes d'angoisse et de pleurs. »

S.D. Le H.N. 11 : A différentes reprises dans le contexte de San Damiano, la Vierge Marie  a montré  cette inscription. H.N.11 : c'est-à-dire: HOMME - NAZARÉEN –11.  Le   sens de  l'inscription   est   fourni   par  le   mot  « Nazaréen ». Nazaréen vient du verbe  hébreu :   « Nazar » qui signifie :   sépa­rer et, par extension, consacrer. Nous  lisons par  exemple, au chapitre VI-2, des Nombres : « Lorsqu'un homme ou une femme se  met  à   part   en faisant du   Nazaréat  pour se consacrer au Seigneur,  et au   verset  8 : « Pendant tout le temps de son Nazaréat il est consacré au  Seigneur. »

II nous faut donc traduire: 11 Hommes consacrés, c'est-à-dire 11 Prêtres.

Les Témoins de l'Apocalypse Énoch et Élie dont il est ques­tion à la Salette ainsi que les 3 Prophètes et les 11 Consacrés sont à Identifier.

Les Apôtres étaient 12 c'est-à-dire 11 plus Saint-Pierre. Au Pon­tife choisi par Lui le Seigneur adjoindra 11 consacrés. Commençant leur ministère dès l'Avertissement de Jésus, ils iront prêcher la foi en la Venue de Jésus et de Marie, dans un monde bouleversé physiquement, économiquement, moralement et surtout religieusement. De même que les Apôtres sont partis à zéro, en quelque sorte, au jour de la Pentecôte, les Apôtres de la Vierge Marie repartiront de même pour rebâtir l'Église. D'abord ouvertement, puis dans les Cata­combes, revivant les débuts de la primitive Église avant Son Triomphe.

Extrait de : Je ne peux plus sursoir.  Abbé Roger Rebut.

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Repost 0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 11:44

 (Suite et fin de ces trois parties du message)

LA NOUVELLE ÉGLISE

Rome détruite. Des membres de la Curie Romaine chercheront refuge en France et décideront, entre eux, de l'élection du nouveau Pape. Diverses prophéties indiquent LYON comme ville où doit se dérouler ce simili-Conclave. Les adversaires de la véritable Eglise, profitant du désordre, chercheront alors à imposer leur candidat ; un Pape franc-maçon ou pro-communiste. (D) C'est alors, qu'au cours de Son Avertissement le Seigneur interviendra visiblement au Conclave pour désigner Lui-Même celui qu'il a mis, pour un temps, à l'abri et qu'il a choisi comme Chef de SON EGLISE (D). Malgré cette pré­sence du Christ Jésus, l'aveuglement satanique de certains les em­pêchera de reconnaître l'élu du Seigneur et le schisme aura lieu comme il a été dit précédemment.

Dans les devises des Papes : « DE MEDIETATE LUNE » annonce l'anti-pape alors que la devise du Vicaire de Notre Seigneur sera « DE LABORE SOLIS. »

ISRAËL

Parallèlement à cette manifestation au Conclave, le Seigneur se fera reconnaître du peuple élu, comme le Messie, à Jérusalem.

Dans l'apocalypse (1. 7), Saint Jean dit « Voici qu'il vient avec les nuées et tout œil le verra et ceux-là même qui l'ont transpercé... » : Même, c'est-à-dire que les Juifs eux-mêmes verront Notre Seigneur. Lorsque Jésus est devant le Sanhédrin, II répond au Grand-Prêtre : « Dorénavant, vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la -Puissance et venant sur les nuées » (Mt XXVI-64) : c'est aux juifs qu'il s'adresse, affirmant qu'eux, les Juifs, Le verront venir sur les nuées du Ciel. Déjà, précédemment, en apostrophant Jérusalem, qui tue !es prophètes, Jésus leur avait annoncé (aux Juifs) qu'ils L'acclameraient lors de son Retour : « Oui, Je vous Je dis, vous ne Me verrez plus jusqu'à ce que vienne le jour où vous direz : Béni soit Celui qui vient au nom du seigneur. »

ET POUR «SES MEILLEURS»

A travers ces événements, Jésus promet une grande grâce à Ses Meilleurs. Dans les Messages d'Amour et de Miséricorde, II y revient très souvent sans en donner l'explication.

D'abord son désir de se mettre au centre de notre être.

A.M. 10-11-73: «Moi qui suis votre Dieu, Je suis le milieu, le centre de votre être. Que vous compreniez que, de votre âme, Je suis le cœur, le centre, le milieu, le noyau, l'essence. »

Et pourtant, Jésus veut, en quelque sorte, venir davantage en nous. Si « en Lui nous avons la vie, le mouvement et l'être » (Act. XVH-28) ne veut-il pas établir entre Lui et nous une vie d'intimité ? (Jn. XVII-26) : « Père, Je leur ai fait connaître Ton nom et Je leur ferai connaître, pour que l'Amour dont tu m'as aimé soit en eux, Moi aussi en eux. »

A.M. 17-4-74 : « Soyez vigilants, jusqu'à Ma Venue dans vos âmes. »

A.M. 3-11-73: «Oui, vous devez ouvrir vos cœurs à Ma Venue, car ce sera doux pour celui qui saura se tenir prêt. »

A.M. 9-3-74 : « Préparez-vous   à   Ma   venue   dans  Mon  avertissement.»

A.M. 9-11-73: « Mon désir est de Me mettre au centre de votre être afin que lors de Ma Venue, vous soyez placés dans Mon Amour et non dans Ma Justice. »

A.M. 26-4-74 : « Mon Avertissement Me mettra au centre de votre être et vous aurez surtout le grand désir de Me manifester votre amour. »

A.M. 27-3-74 : « Manifestez-Moi, dès maintenant, une grande confiance afin que Ma Venue dans Mon Avertissement ne vous donne que le grand désir de Me manifester votre amour et non votre crainte. »

POUR  QUE LE MONDE  SACHE

QUE TU LES AS AIMES

COMME TU M'AS AIME »   (Jn. XVII-23)

Car le Jour de Sa Venue, Ses Meilleurs seront confirmés en grâce, c'est-à-dire qu'ils seront fixés définitivement dans l'Amour de Jésus.

Extrait de : Je ne peux plus sursoir.  Abbé Roger Rebut.

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

Repost 0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 15:17

L'AVERTISSEMENT DE N.S. JÉSUS-CHRIST…(2)

(suite)

Dans les Messages, donnés à San Stéphane, plusieurs faits ter­restres matériels sont annoncés :

Un char de feu = chaleur

Éloignement du soleil = obscurité

Famine.

Or, chacun de ces événements a été confirmé par ailleurs.

Le char de feu

... D ... : Message  dicté  par la  Reine de l'Univers :

«Quand ce jour-là arrivera tout sera purifié par un grand châti­ment. Un char de feu traversera l'univers et carbonisera tout sur son passage si les âmes ne se convertissent pas. Le soleil descendra du ciel sur la terre et exterminera notre génération Mettez des lainages et des affaires de côté, cela pourrait vous, servir si vous en avez encore le temps. N'oubliez pas que les étoiles se détacheront du firmament, les tempêtes se lèveront et extermineront tout sur leur passage. Cela sera tellement terrible à voir que beaucoup de fidèles en mourront avant de voir le châtiment. Beaucoup de maladies se présenteront, comme la peste, le choléra et le typhus qui extermineront beaucoup d'âmes ; même les docteurs ne pourront plus leur venir en aide et les secourir. »

La chaleur

A...X... deux des enfants ont vécu l'avertissement dont voici le récit :

«Dans la nuit, ...O... voit le Christ en croix. Elle subit une cha­leur excessive. Tout est brûlant autour d'elle... Elle veut prendre de l'eau au robinet, il n'en coule pas. Sur le fourneau, la bouilloire est vide. Elle veut sortir pour respirer et tombe à terre. Jésus lui dit que l'Avertissement sera ainsi.

« La même nuit, ...P... voit la Vierge avec l'Enfant Jésus. Une boule de feu occasionne la même chaleur. Il transpire abondamment. Sa chemise colle à sa peau... et il n'est soulagé que par une goutte d'eau de San Damiano que lui donne la Sainte Vierge, en même temps qu'Elle lui essuie le visage avec un mouchoir béni. Le lendemain, a 17 heures, P... ressentait encore la chaleur de la nuit. »

Conchita avait dit : « Ce sera comme du feu. Il ne brûlera pas notre chair, mais nous le ressentirons corporellement et intérieure­ment. »

Eloignement du soleil - Obscurité

L'Avertissement durera 48 heures (X) et la majeure partie de ce temps sera dans les ténèbres (D). Ce sera le moment de penser aux cierges bénis.

Famine

Le bouleversement sera tel cette année-là qu'il n'y aura pas de récoltes (O).

Une seule Croix par propriété, Une Croix de bois sur laquelle seront fixées des médailles de Saint Benoît (en forme de croix) et enfouie en terre, éloignera les esprits du mal et permettra une certaine récolte (D).

 (A suivre)

Extrait de : Je ne peux plus sursoir.  Abbé Roger Rebut.

Elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 11:02

 

L'AVERTISSEMENT DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST…

A diverses reprises, dans les Messages d'Amour et de Miséri­corde. Jésus, au sujet des Avertissements nous dit : « Ne vous posez pas de questions. »

Devant la grandeur du fait et son importance, nous ne ferons que citer des textes et quelques faits. Sans plus. A chacun de les méditer et de s'en pénétrer.

S. Stéfano 14-6-69 : « Le calice est plein et le moment de la Justice a sonné. Ce jour-là, dans un violent roulement de tonnerre, un char de feu traversera tout l'univers laissant derrière lui une forte lumière inconnue de vous. Ce sera le SIGNE que le châ­timent de Dieu est proche.

Ensuite le soleil s'éloignera et un grand roulement de tonnerre secouera  la terre   et ce sera  l'obscurité.

Quinconque n'écoute pas Mes Paroles et continuera dans la voie du péché mourra d'épouvante et sera chassé loin de Moi. Ensuite, le soleil illuminera de nouveau la terre, mais la famine et le mal empireront encore.»

S. St. 14-9-69. « Les Ténèbres s'approchent avec de terribles tour­mentes dans le monde entier et ce sera le premier avertisse­ment des châtiments. »

S. St. 14-3-70. « Même après qu'un char de feu aura traversé l'uni­vers entier, l'amour envers Dieu diminuera toujours davantage. Viendra le jour où ne subsistera qu'un petit nombre pour re­faire un nouveau monde d'âmes bonnes comme Dieu les désire.» La description faite par CONCHITA, à Garabandal, nous avons cette phrase :

« L'Avertissement sera comme la révélation intérieure de nos péchés. »

Le Message d'Amour et de Miséricorde du 9-6-74 se passe de commentaires.

A.M. 9-6-74 : « Maintenant voici l'heure de votre conversion intérieure. Vous aillez Me rencontrer dans Mon Avertissement, et voici ce qui va se passer : Je vais susciter en vous un grand désarroi qui vous fera chercher votre Dieu.

Que tu comprennes que dans ce geste, Mon Amour pour vous, fera chercher un refuge   et vous aurez à  Me  demander Mon aide.

A ce moment-là, Je Me ferai connaître à chacun de vous en particulier.

ET VOUS  AUREZ  A  ME RENDRE COMPTE DE  CE QUE VOUS AVEZ FAIT POUR MOI et Moi Je vous demanderai ce que vous avez fait de ce que Je vous ai donné en vous donnant Ma Vie.

Et vous aurez à me répondre en Me disant SI OUI OU  NON VOUS M'AIMEZ !

Et Moi Je vous dirai alors : « Qu'as-tu fait du Bien que Je t'avais confié» ?

Alors, vous serez dans un grand désarroi, car vous n'aurez pas fait fructifier votre Bien, ou si  peu et si mal que cela ne se compte guère en comparaison de ce que vous auriez pu Me donner.

Et c'est là que votre souffrance  sera grande.

Mais  si   vous   pouvez   vous, présenter devant Moi   les   Mains pleines de   vos   œuvres  de   salut,  alors  Je vous  accueillerai comme un  Ami, comme un très   Bon  Ami, qui sait que, dans son Amour il peut vous accueillir et qui sait qu'il peut être  fier de vous.

Alors Je vous dirai : « Viens que Je te place dans Mon Amour et que Je te présente à Mon Père. »

Mais si, au contraire, vous arrivez devant Moi les mains vides, Je vous  dirai :  « Qu'es-tu pour oser   Me   demander  Mon  Aide alors  que  tu   M'as   pris   pour un  refuge  et que  tu   ne   M'as jamais manifesté un geste de confiance ou d'abandon ? »

Alors ce sera pour celui-là le drame et la désolation car Je le placerai dans  Ma Justice.

Garde Ma Main et continuons. A ce moment-là IL SERA TROP TARD  POUR   ME   DEMANDER  MON   AIDE   car  Je   suis   retiré dans le Sein de la Divinité et Je ne peux que vous juger. Alors Je serai dans  Ma Justice.

Il faut que vous en preniez conscience enfin, et que vous sachiez que Je ne  Me mettrai  pas dans  Mon  Amour, car Je suis dans le Sein de Mon Père qui vous envoie un châtiment exemplaire. »

                                          *   *   *

 

A suivre

Extrait de : Je ne peux plus sursoir.  Abbé Roger Rebut.

Elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0