Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 15:51

 

Si tous les jours pendant cinq minutes vous savez faire taire votre imagination, fermer vos yeux aux choses sensibles et vos oreilles à tous les bruits de la terre pour rentrer en vous-même, et là, dans le sanctuaire de votre âme baptisée, qui est le temple du Saint-Esprit, parlez ainsi à ce divin Esprit:

 

 

O Esprit-Saint, âme de mon âme, je vous aime,

je vous adore en ma petite église, je vous remercie.

 

Éclairez-moi, guidez-moi, fortifiez-moi, consolez-moi;

dites-moi ce que je dois faire, donnez-moi vos ordres.

 

Je vous promets de me soumettre à tout ce que vous attendez de moi, et d’accepter tout ce que vous permettrez qui m’arrive.

 

Donnez-moi la grâce de découvrir votre sainte volonté dans les événements quotidiens.

 

Ainsi soit-il.

 

«Si vous faites cela, votre vie s’écoulera heureuse, sereine et consolée, même au milieu des peines, car la grâce sera proportionnée à l’épreuve, vous donnant la force de la porter, et vous arriverez ainsi à la porte du paradis chargé de mérites. 

 

Cette soumission au Saint-Esprit est le secret de la sainteté.»

 

Cardinal Mercier

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 08:06

« Voici le temps, dit l’Apôtre Pierre, où doit commencer le jugement par la maison de Dieu » (I.IV,17) Dans les châtiments décrits au chapitre IX d’Ézéchiel, Dieu voulut que les prêtres fussent punis les premiers (IX,6) « A sanctuario Meo incipite » »Commencer par Mon sanctuaire » « A celui qui a reçu beaucoup, on demandera beaucoup, dit Notre Seigneur Jésus-Christ ; et de celui à qui on a confié beaucoup, on exigera davantage »(Saint Luc .XII ,48) Le simple fidèle n’aura à répondre que de lui-même, mais le pasteur rendra compte de tout le troupeau… « Je demanderai ton sang à ta main, dit le Seigneur » (Ezech.III, 18). Mes brebis ont été dispersées, parce qu’elles n’avaient point de pasteur, et elle sont devenues la proie de tous les animaux et elles ont été dispersées. C’est pourquoi, O pasteurs, écoutez : voici ce que dit le Seigneur Dieu : « Je viens Moi-même à ces pasteurs et Je redemanderai Mon troupeau de leurs mains (EZECHIEL. XXXIV, 5-9-10) « Malheureux pasteurs qui perdent et déchirent le troupeau de Mon pâturage, dit le Seigneur » (Jérémie XXXIII, 1). Les prêtres se sont souillés, et J’ai vu leur iniquité dans Ma Maison, dit le Seigneur. C’est pourquoi leur voie est un chemin glissant au milieu des ténèbres ; on les poussera, et ils se heurteront, et J’amasserai sur eux tous les maux. (Jérémie, XXXIII, 11,12). Quelle joie pour l’enfer, quand le mauvais prêtre y entre ! Tout l’Enfer se met en mouvement pour aller au devant de lui, dit Isaïe (XIV, 9).Tous les princes de cette terre de misère se lèvent pour le laisser passer et descendre jusqu’au fond de l’abîme, et laisser à ce prêtre réprouvé la première place à côté de Lucifer : tous élèvent leurs voix, et disent : « Eh quoi ! Tu as été blessé comme l’un de nous ; tu es devenu semblable à nous».

Prière POUR LA SANCTIFICATION DES PRÈTRES

O Dieu, qui pour la gloire de Votre Majesté et le salut du genre humain, avez établi Votre Fils unique Grand Prêtre éternel, faites que ceux qu'Il a élus comme ministres et dispensateurs de Ses mystères soient trouvés fidèles dans l'accomplissement du ministère qu'ils ont reçu. Par le même Jésus-Christ Notre Seigneur.

Et la prière suivante de Sainte Catherine de Sienne: DIEU éternel et ineffable, purifiez-moi et exaucez la prière que je Vous adresse. Tournez vers Vous le cœur et la volonté des serviteurs de notre Mère la Sainte Église, Votre Épouse. Faites qu'ils suivent l'Agneau divin sur le chemin de la croix, dans la pauvreté, la douceur et l'humilité; non point d'une manière humaine et imparfaite, mais surnaturelle. Faites qu'ils ressemblent aux esprits célestes et vivent comme des anges sur la terre, puisqu'ils doivent consacrer et distribuer le Corps et le Sang de Votre Fils unique. Prince de la paix, purifiez-les dans l'océan tranquille de Votre bonté et accordez-leur la protection de Votre divin amour. Écoutez ma voix, Seigneur, et agréez cette demande, ô Père très clément. O Dieu sublime, éternel et ineffable, aimez-les, dans Votre amour infini, et conduisez-les dans Vos sentiers.

PRIÈRE POUR LES VOCATIONS SACERDOTALES. « Pourquoi restez-vous inactif tout le jour? Allez vous aussi dans Ma vigne », et demandez au Maître de la moisson Qu'il envoie des ouvriers dans Son champ.

Prions. - O Dieu qui ne voulez point la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive, donnez, par l'intercession de la bienheureuse Marie toujours Vierge et de tous les saints, des ouvriers à Votre Église, de vrais collaborateurs du Christ qui se sacrifient entièrement pour les âmes. Par le même Christ notre Seigneur.  Amen.

POUR LES RELIGIEUX. OUVREZ, Seigneur, les portes de Votre grâce à Vos serviteurs qui ont renoncé à la vanité du monde et qui, fuyant le démon, se sont rassemblés sous l'enseigne du Christ.

Veuillez accueillir avec un visage souriant ceux qui viennent à Vous pour que l'ennemi ne puisse triompher d'eux. Tendez-leur le bras infatigable de Votre secours et fortifiez leur esprit de la cuirasse de la foi; que, dans un bienheureux rempart, ils se félicitent d'avoir fui le monde! Par le Christ notre Seigneur.

POUR UN APOSTAT PLUS EFFICACE. O Dieu qui restaurez, dans Votre miséricorde, l'homme que Vous avez merveilleusement créé à Votre image, jetez un regard favorable sur Votre serviteur, afin que Votre amour paternel oublie et absolve les fautes que son ignorance aveugle et que la ruse de l'ennemi lui ont fait commettre; et faites qu'il retourne à Vos autels et soit réintroduit dans la communion de Votre vérité. Par le Christ notre Seigneur.

http://amdg.over-blog.fr/2014/06/prions-pour-les-pretres-en-grand-danger.html

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 07:54

Les séraphins se criaient l'un à l'autre : «Saint, Saint, Saint le Seigneur Dieu de l’univers.» «Cette acclamation faisait trembler les poteaux du portail et le temple se remplit de fumée.»   Isaïe 6, 1-13

 

Le père Lelièvre disait : Si j'ai appris à prier, je le dois à ma mère qui me faisait dire tous les jours : «Mon Dieu, je vous donne mon coeur, fermez-le au péché et ouvrez-le à la grâce et faites que je vous aime toujours.»

 

Dès l'âge de  cinq ou six ans, Victor chantait des cantiques, aimait prier à haute voix, attirait à sa suite des jeunes, organisait des processions et faisait des sermons. Les petites filles étaient, à la longue, fatiguées de ses harangues, elles auraient voulu à leur tour prendre l'initiative de ses rassemblements d'enfants. Victor prenait trop de place.

 

«Au moment de la première communion, âgé de 10 ans, les jeux sont terminés, il devient seul, gêné, isolé, méditatif, songeur et apparemment taciturne. Sa prière est cependant déjà une relation à Dieu.

 

A 74 ans, en 1950, il écrit au chanoine Alphonse Clément, curé de la paroisse Sainte-Croix de Vitré, là où il a vécu, et il évoque, entre autres, le jour de sa première communion le 6 juin 1886. "C'est ce jour-là," avoua-t-il, "que j'ai senti l'appel à la vocation de la part du Sacré-Coeur. " Il ajoutait : "M. le curé, comment voulez-vous oublier cet appel qui m'a valu tant de lumières évangéliques au Canada depuis quarante-sept ans?"

 

Le 6 juin 1948 en la fête du Sacré-Coeur, au parc Victoria à Québec, le père Lelièvre affirmait dans une envolée oratoire : "Il y a [62] ans aujourd'hui, j'ai fait ma première communion au côté de ma mère qui m'avait bien préparé. Je lui ai dit : «Maman, quand je serai grand, je ferai un prêtre, le Sacré-Coeur me l'a dit ! Ma mère, émue aux larmes, n'a rien dit. »

 

À la fête du Sacré-Coeur de 1956, l'année de sa mort, nous avons même poussé l’audace de l'amener au parc Victoria.  Il n'était plus l'apôtre vibrant, plein d'humour, décrivant le Sacré-Coeur, sa bonté, sa miséricorde avec beaucoup d'émotions. Sa voix était faible et tremblotante, on le sentait souffrant, diminué. Il parlait lentement, non plus comme s'il s'adressait à la foule, mais plutôt comme s'il  lisait un texte dans son coeur :

 

Mes bons amis, il faut éviter le péché. Aimer le Sacré-Coeur, c'est marcher dans son chemin. Avoir la foi, c'est savoir par coeur les commandements de Dieu, c'est les vivre les uns après les autres, et tous ensemble. La foi, c'est la connaissance de Jésus; la fidélité, c'est un accueil de Jésus, c'est un cheminement en sa présence, comme les disciples d'Emmaüs. Pensez-y, la mort ne vient qu'une fois. Il n'y a pas de reprise. Après la mort, il n'y a pas deux ren­contres, il n'y en a qu'une. Il vaut la peine d'y penser. La mort se prépare, le purgatoire répare, et l'enfer sépare.

 

J’ai voulu aujourd’hui partager avec vous le souvenir de ce grand et saint prédicateur qui vécut de 1876-1956.  Ces quelques extraits du livre de Louis Marie Parent, o.m.i. ayant pour titre : VICTOR LELIÈVRE un homme branché sur le Sacré-Cœur.

 

Aussi voir :http://www.spiritualite-chretienne.com/faustine/bulletins/14.pdf

 

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 09:17

Récemment deux orages ont frappé des monuments catholiques très connus le Vatican et la statue du Christ de Rio.  Que faut-il en penser ?

Nous pensons utile de remettre ces évènements dans leur signification spirituelle, telle qu'elle est exprimée dans la Sainte Écriture

1- Interprétation païenne.

- Dans l'ancien Orient, l'orage est regardé comme la manifestation d'un dieu (Baal en Canaan). Cette manifestation présente trois caractères :

Déploiement de forces cosmiques devant lesquelles l'homme ne peut rien, l'orage révèle la majesté terrifiante du dieu.

Phénomène dangereux pour l'homme, il est à ce titre un signe de colère : le dieu, caché dans la nuée, donne de la voix contre ses ennemis (= tonnerre) et lance contre eux ses flèches (= éclairs) (cf Ps 18,6-16).

Enfin, apportant lapluie fertilisante, l'orage montre dans le dieu la source de la fécondité.

2- L'orage signe de la Majesté divine.

Dans le langage biblique, toute résonance polythéiste est évacuée, spécialement celle qui s'attachait aux cultes de fécondité; mais l'orage garde un sens. Il est une des merveilles qui proclament la grandeur du Créateur, une manifestation voilée de Sa majesté redoutable : Dieu trône au-dessus de lui dans sa transcendance (Ps 29). Aussi permet-il de représenter le Seigneur dans sa gloire. Il est le cadre de la théophanie classique où sont évoquées les interventions Dieu ici-bas : celles de l'histoire sainte, lors de l’Exode, au Sinaï, pour l'entrée en Canaan ; celles par lesquelles Il délivre son Oint (Ps 18) ou son peuple (Ha 3, i); celle qui inaugurera Son règne définitif Toutefois," Dieu n'est pas seulement présence majestueuse qui inspire une terreur sacrée. Élie à l'Horeb est déjà invité à dépasser ce signe partiel, pour entendre une révélation plus haute: Dieu est aussi une présence intime, qui parle à l'homme avec la douceur d'une brise légère.

3-: L'orage signe de la colère divine. Pour manifester les dispositions de Dieu à l'égard des hommes, l'orage demeure un signe ambigu : signe bénéfique, quand grâce à lui Dieu accorde la fécondité à une terre désolée' (1 R18) ; mais aussi fléau redoutable, Dieu réserve à Ses ennemis comme une marque de Sa colère (Ex 9,13-34), La théophanie de l'orage convient donc particulièrement à Dieu quand Il juge et châtie (ls 3o, 27ss), surtout lors du jugement où Il lancera Ses foudres contre Babylone.

C'est pourquoi, par anticipation de ce jugement, la voix divine se fait entendre comme un coup de tonnerre lorsqu'elle proclame la glorification du Fils au moment où le prince de ce monde va être jeté à bas. Cette perspective de jugement ferait trembler d'épouvante si Dieu n'assurait aux siens qu'Il sera leur abri contre l'orage: de ce fléau eschatologique, le monde pécheur est seul menacé (Is 4,6). Car Dieu est autre chose qu'un Jupiter tonnant : Jésus fait comprendre aux « fils du Tonnerre » (Marc 3, I7) qu'Il ne se complaît pas à jeter Ses foudres sur ceux qui ne L'accueillent pas (Luc 9,54 ss).

La théophanie de l’orage est désormais complétée par la révélation de la grâce divine, qui nous est donnée dans la Personne de Jésus (Tt 2,10); « Des trompettes, des éclairs, la terre tremble; mais quand Tu descendis dans le sein d'une Vierge, Ton pas ne fit aucun bruit» (épigramme chrétienne sur la Nativité du Christ).

L'orage est aussi lié à la signification du feu : Vivifiant, réchauffant, symbole de l'ardeur de l'amour destructeur dans les châtiments, consumant dans les purifications éclairant à travers les nuées. L'orage apporte donc à la fois l'eau et le feu, nécessaires à toute vie humaine ; Profonds sujets de méditations...

Éclairs et nuées, bénissez le Seigneur

Ps: Le verbe fulminer vient de fulmen: la foudre. En matière d'autorité du pape, on dit qu'il fulmine un décret, une «  bulle » (du latin bulla- évoquant le sceau de plomb qui authentifiait cette décision).

D'après nos informations, SS Paul VI rétablirait la Messe de Saint Pie V par une bulle, dont nous pouvons penser qu'elle aura un ton  sans réplique.

Prions à cette intention.

Provient de :  http://amdg.over-blog.fr/

elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 06:19

Les trois prières pour les mourants sont celles qui ont la côte  de mes lecteurs.

 

Merci à tous ceux qui les ont récités.

 

Et à tous ceux et celles qui en ont profités, je vous demande d’intercédez pour nous en faveur de notre Saint Père PAUL VI, qui doit bientôt nous revenir afin de sauver notre Église des faux papes qui travaillent à sa démolition.

 

http://elogofioupiou.over-blog.com/article-trois-prieres-pour-les-mourants-95808008.html

 

http://elogofioupiou.over-blog.com/article-histoire-des-trois-prieres-qu-il-faut-absolument-faire-connaitre-et-reciter-chaque-jour-121133268.html

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 06:08

Hier soir, dans le calme extérieur, quand mes compagnes ont sombré dans le sommeil, je me suis retrouvée devant vous, ô mon Jésus, pour vous offrir ma petite « Hostie »... bien pauvre... difforme encore... et j'ai osé l'unir à la vôtre si immaculée, si divinement parfaite, puis, après avoir dit et redit ce Fiat dou­loureux dans cet état si pénible à toute nature, joyeux dans la volonté de Vous servir, j'ai ajouté, avec une grande envie de pleurer, mais en me reprenant, d'un effort suprême, pour « me » redonner à votre volonté : Magnificat ô mon Dieu, tant que vous, vous le voudrez, mais aidez-moi ! ... Vous me faites mal ! Ô di­vin sculpteur. Mon roc est-il donc si abrupt, tellement rebelle au ciseau ? ...

 

J'unis ma croix avec les croix, la croix qui me répugne, me désole... la croix si lourde, si épineuse, la croix qui me meur­trit {...}

 

La croix qui pénètre partout dans ma chair... mes membres dans ces brûlements, pas une région de mon pauvre organisme n'est exempte...

 

La croix de l'ambiance, la croix qui, par la souffrance épuisante, suscite des désirs fous, dans l'esprit fatigué : Partir ! Fuir ! Me faire au moins transporter dans le corridor ou, encore, me lever, bondir, aller parler à l'officière, ou m'asseoir dans mon lit. [... ]

 

Alors j'ai refoulé les pleurs, pleurs amollissants en la circonstance et j'ai prié la petite Thé­rèse. Elle avait le plus d'attention pour ses compagnes les moins agréables et cela, naïvement en apparence...

 

Oui, être naïve et douce ! ... J'ai la conviction maintenant que Lui seul permet toutes ses souffrances physiques afin de me faire communier étroitement à la souffrance pour la mieux comprendre et élever les âmes éprouvées, jusqu'à Lui. Pour réaliser cet idéal tant caressé en ces années de maladie, il me faut souffrir beaucoup... et la lumière vient...

 

Oh ! Jésus ! Je veux t'aimer avec ton propre amour et celui de l'Univers entier, t'aimer autant que tous les saints, tous les martyrs, toutes les âmes sacerdotales, consacrées, toutes les petites âmes héroïques dans leur silence et leur abnégation. Je veux t'aimer d'un amour si puissant, si pur, que rien de ma nature humaine ne subsiste dans cet amour, que Toi seul reste toujours ma Lumière, mon Guide, mon Modèle, ma Vie, et je te le demande, ô mon Jésus, d'augmenter ma volonté de Te servir en toutes circonstances de ma vie, de Te rayonner pleinement afin de me sanctifier et de Te gagner, par ton Amour, un nombre d'âmes aussi étendu que l'Infini. Il y a des multitudes à sauver ! Des oublieuses, des légères, des enténébrées !

 

Que ton amour, vivant en moi et me transformant en Toi, ô Jésus, devienne une consolation pour ton Cœur délaissé et une source jaillissante de lumière et d'amour pour toutes les âmes sacerdotales et consacrées qui doivent répandre la Foi et attirer les âmes...

 

Je veux T'ai­mer, pour aimer la vie, exactement celle que tu me destines, au jour le jour. En surnaturalisant tout, je veux expier mes fau­tes et être ton jouet. Dans la réalité, la vérité sans illusions. Je te supplie de me donner la grâce puissante et je veux être Hostie de louange d'action de grâces. Je veux T'aimer assez pour ne jamais cesser de te grandir en moi, pour accepter de vivre au­tant que tu le voudras. Même pour continuer la lutte ennuyante contre les ravages de la maladie dans mon pauvre corps. Aimer la vie pour aimer pleinement la vraie vie et désirer la « mort » seulement quand tu le voudras, ô mon Jésus, la mort, non celle qui débarrasse des maux dont on est las, mais la merveilleuse ren­contre avec le Père éternel, dans l'Infini, l'Éternité et seulement au jour, à l'heure, par toi choisie... quand tu jugeras bon, ô mon Bien-Aimé Jésus, de m'attirer à toi...

 

La souffrance est une vocation et Jésus destine véritablement des âmes à vivre dans cet ordre...

 

Il n'a pas fait de moi Son Épouse, car je n'ai pas consacré par des vœux, ma vie de jeune fille. Pourquoi ? Ma liberté a été entravée par la maladie... Le rêve « d'immolée » va se réaliser d'après Ses plans peut-être sur un théâtre humainement impro­pre à la vie intérieure, ardente, suivie, et au « rayonnement » désiré... Fiat ! Je veux être épouse cachée, selon votre Divin Cœur. Vous me permettez de désirer le calme, le silence, le re­cueillement, de Vous le demander aussi ? ...

 

Mais, je Vous de­mande avant tout la paix, dans l'obéissance à tous vos « capri­ces », ô mon Jésus... La patience a été harcelée, agacée, presque exaspérée. Causes multiples... Est-ce, mon Dieu, votre volonté ? Et la confiance s'ébranle avec le pourquoi qui surgit au loin...

 

Pendant toute ma prière les flots mugissaient : l'impatience, la souffrance, l'ennui, le doute, tous ces diables affreux, hideux, ont forcé les portes..., ébranlé les ouvertures. Mais veillez, priez a été votre conseil suivi... La foi pure, nue, sans consola­tion a été le garde sûr.

 

Je crois en la vocation de la souffrance dans le milieu où Vous me placez et dans toutes les circonstances défavorables à ma guérison, car je veux accepter cette conclusion. Je suis venue non pour guérir, mais pour mourir à moi-même et faire Votre Volonté.

 

Fiat ! Fiat ! Fiat comme une litanie quand je trouve très dure l'acceptation.               Olivette Halle

 

Extrait de : NOURRITURES  spirituelles.  Tome 1  (1956)

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 13:23

Tout l'organisme fonctionne mal et me procure bien des pe­tites misères à offrir au Seigneur Jésus. Que j'en suis contente ! Je me pénètre de plus en plus de l'efficacité des petits sacrifices obscurs. Aussi je tâche de ne laisser passer aucune occasion d'en faire.

 

La Sainte Trinité vit incessamment là dans mon cœur. Elle ne me suffirait pas, Elle qui faisait le rassasiement de la Vierge Marie, mon modèle ! Elle y demeurait toujours puisque ma Mère chérie est toujours restée sortie d'elle-même, en Dieu qui doit être aussi mon centre.

 

J'ai fait mienne une ambition du bienheureux père Eymard en l'adaptant à ma condition. Partout où je passe je veux être une cause de rénovation spirituelle. Je veux, dans l'ombre, préparer les voies à Jésus et m'efforcer d'être comme un simple fumier qui engraisse la terre du sanatorium et de toute l'Église.  

 

Dans mon oraison d'aujourd'hui j'ai pensé que du Corps mys­tique je suis le moindre des membres. Et cependant, ô merveille ! Ma puissance est infinie dans le Christ; ce qui fait que les autres attendent ma collaboration à l'édification de l'œuvre que Jésus a fondée dans son sang. Oui, que c'est admirable cette vocation universelle à la réalisation du plan divin ! Ces affections abon­dent dans mon cœur et je les confie à mon carnet telles que le Sauveur les fait surgir en moi.

 

Ainsi dans la prière, je me nourris de la pensée que toute la chrétienté compte sur moi, elle fait fonds sur l'apport précieux que mon union à Jésus me permet de lui procurer. Toute petite que je suis, que je me sens grande à cette vue !

 

Ces lumières excitent ma plus vive admiration pour la sa­gesse divine qui éclate sous tous les aspects de la communion des saints ! En même temps, ces manifestations de l'amour de Dieu pour nous m'arrachent à mon apathie, me pressent d'accourir au champ du Père de famille.

 

Les mots tombent en ce moment de mon âme sur ces pages. Bien que je veuille faire oraison, je ne sens pas qu'il faille m'interdire cet épanchement, qui n'est pas une digression puisque je me sais comme jamais en la présence de Dieu.

 

Pour parler au Bien-Aimé je choisis toujours le temps de la cure, qui est le plus favorable au recueillement. S'il ne m'avait fallu recourir à la plume je n'aurais pu, comme je le fais, coucher sur le papier les effusions qui me viennent, et plus tard je n'au­rais peut-être pas pu y revenir.

 

Ce n'est pas que j'attache de l'importance à ce griffonnage puisque je n'agis que pour obéir. Mais je suis toujours heureuse de vous donner à constater ce que l'infinie Bonté verse dans mon âme en considération des autres.

 

C'est ordinairement durant les colloques commencés avec Jé­sus que je pourrais écrire longuement, car alors descend à flots ces grâces qui illuminent. D'autre part quand j'entreprends de vous écrire, cette occupation s'entremêle de la prière, vers la­quelle elle m'y conduit comme naturellement.

 

Il devrait bien en être ainsi pour tout ce que je fais. Mon activité vivifiée de prière servirait doublement la cause de l'Église tandis qu'elle resserrerait les liens qui déjà m'attachent au Christ. Dès lors, au lieu d'avoir des heures de prières, c'est ma vie entière qui serait «priée». Oh ! Le bel idéal. Plus de cloison entre l'action et l'oraison, mais les deux se compénétrant pour la plus grande efficacité de mon apostolat !

 

De ces riantes perspectives je reporte mes regards sur la mul­titude d'âmes qui ignorent leur valeur et celle de leur destinée. Que Notre-Seigneur doit souffrir de voir son règne si peu avan­cé ! Puisse-je aimer de plus en plus, aimer sans mesure, aimer jusqu'à me laisser consumer et détruire par l'Amour pour hâter l'avènement de ce règne tant désiré.

 

Quand je me place bien en face de ces réalités tant oubliées du grand nombre, il n'existe plus rien à mes yeux. Je souhaite une participation aussi large que possible à l'œuvre de rédemp­tion du monde par l'amour et la souffrance.

 

Ma force dérisoire ne m'arrête pas. Saint Paul s'est glorifié dans ses infirmités et la chère sainte du Carmel s'est complus dans sa faiblesse. J'en ferai autant avec la grâce de Dieu et le Tout-Puissant ne refusera pas d'opérer par moi de grandes choses. Il restera si évident que je n'y serai pour rien.      Marie-Claire Tremblay

 

Extrait de : NOURRITURES  spirituelles.  Tome 1  (1956)

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 16:30

Jésus est par excellence celui qui a aimé en souffrant. Après avoir épuisé le contenu dou­loureux d'un cœur d'homme, il a voulu que la lance nous ouvrît ce cœur uni à la Divinité, pour que le fond infini nous apparût, après les mani­festations finies de sa tendresse.

 

Catherine de Sienne ne peut se lasser de ru­miner ce thème : l'amour, le sang, l'homme et Dieu formant un mélange où l'âme se perd de confusion et d'extase. « La douleur fut faite divine, dit-elle, quand le sang du Fils unique fut pétri et comme mêlé avec la nature divine par le feu de la divine charité, qui fut le lien qui le tint attaché et cloué à la croix. »

 

Oh! La croix! La croix chargée d'amour, ruis­selante du sang glorieux et inondée de lumière céleste, quel talisman des douleurs, et quel appui pour les forces humaines qui déclinent! Quelle gloire pour notre humanité! La petite terre est plus grande que tous les astres, si en elle seule a été planté ce que Paul Claudel appelle « l'Eden de la croix », si sur elle seule se dressent l'hostie et le calice, où l'amour et le sang chantent encore et toujours la Divinité.

 

Anatole France écrivait : « La terre n'est qu'un grain de sable dans le désert infini des mondes, mais si on ne souffre que sur la terre, elle est plus grande que tout le reste du monde. » C'est vrai. Ce n'est vrai cependant que par la croix; car cela seul est grand que Dieu estime et que Dieu aime, et Dieu n'aime les corps souffrants, les âmes douloureuses, les familles en deuil ou les patries qui saignent qu'à travers son Église, à travers la Sainte Famille, à travers l'âme et le corps du Premier-né humain.

 

Rien ne vaut, en la souffrance, que ce qu'elle a de divin dans sa source, dans ses motifs, dans son inspiration chrétienne, dans sa fin. C'est la leçon de tout homme éprouvé, alors qu'il serait tenté d'orgueil stoïque, ou surtout de découra­gement et de rancœur.

 

Quand vous souffrez, faites  une croix; ap­prochez, plutôt, la croix du Christ, la croix fra­ternelle.   Couchez-y   pieusement   vos   membres; reposez là votre cœur, ou votre esprit troublé, ou votre conscience inquiète.

 

Tenez-vous proche du cœur divin aux indicibles battements. Prenez le rythme. Écoutez le commentaire et la sublime suggestion qui apaise :   « Mon Père, je remets mon esprit entre tes mains. » Il dit cela pour la mort;  dites-le aussi pour la vie.  Je te remets mon esprit, Père. A toi le jugement; à toi le gou­vernement;  à moi la  soumission  confiante.  Je ne comprends pas : je n'ai pas besoin de com­prendre; mon cœur soupçonne et cela me suffit. Tu aimes : je me livre à l'amour. Tu es le maître de l'œuvre;  je  suis l'ouvrier, l'imagier  qui sculpte, et aussi la pierre qu'on sculpte. Je col­labore par mon seul consentement. Je sais! Il s'agit de m'établir    « en la forme de Dieu »; j'accepte les conditions, la morsure de l'outil, le choc du marteau, et je goûte par avance la beauté heureuse. Amen.

 

Extrait de : RECUEILLEMENT. Œuvre de A. D. Sertillages O.P. (1935)

 

Dernière de cette série.  Avez-vous aimé ?

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 08:04

S'il n'y avait pas l'amour, nous aurions de fortes raisons de croire notre univers abandonné au hasard, tout au moins quant aux satisfactions ou à l'aide qu'il nous apporte. La douleur, scan­dale des philosophies et des âmes, n'a que ce seul antidote. Mais avec lui en Dieu, avec lui en nous, tout se transforme.

 

Dieu aime. Sa création est une œuvre d'amour. Au sommet de la création, l'homme est invité à porter ses regards vers les fines créatrices, à les juger en leur honte exaltante et à aimer en retour. La chaîne est formée; le courant passe; dans ce jeu d'effluves montants et descendants, quelle place pour la douleur révoltée ou cha­grine ?

 

La douleur, comme la joie, est une collabo­ration. L'une et l'autre s'égalent. L'une appelle l'autre ainsi qu'un écho. « Je surabonde de joie au milieu de mes tribulations », écrivait Paul. Il est joyeux, parce que sa vie, elle aussi, « sura­bonde », parce que le travail où il s'exténue est un grand œuvre d'édification, c'est-à-dire de construction spirituelle dans l'amour, et que ses tribulations apparaissent à son esprit de foi comme l'élément principal de la tâche.

 

Agir, pâtir, prouvent tous deux l'amour, mais combien plus sûrement pâtir! Agir répond à nos instincts; souffrir les opprime: travaillant contre soi, on est plus sûr de servir purement.

 

« Dans la voie de l'amour, dit le poète persan, la souffrance est une joie, la douleur un soutien. Que le cœur désireux de guérir soit blessé da­vantage ». Novalis écrivait : « Lorsqu'on fuit la douleur,  c'est qu'on ne veut plus aimer.» Et sainte Catherine de Sienne, parlant d'elle-même, disait : « Elle se délecte dans ses peines, et la mesure de ses peines est la mesure de sa joie. »

 

Il est vrai que les parfaits seuls sont à la hauteur de tels jugements et surtout de passions si sur­humaines. Il y a là du héros. Mais le vrai sens de la vie, avons-nous dû reconnaître, c'est le héros qui le conçoit. Pour nous, faibles cœurs, la souffrance par amour est une douceur qui nous épouvante, comme ces rosés qu'un homme des glaces n'osait toucher, de peur de se brûler les doigts. Que notre amour s'accroisse, il trouvera sa loi, comme l'ont trouvée les êtres sublimes. Il estimera toute simple l'exclamation de Thérèse d'Avila : « Ou souffrir, ou mourir »; ou bien servir l'Amour, ou bien le rejoindre. Bien mieux, consentir à ne jamais le rejoindre, afin de le mieux servir : « Toujours souffrir et ne jamais mourir. »

 

Que l'humble chrétien étranger à ces outrances cornéliennes sache du moins ceci : la douleur trouve dans la pensée et dans l'amour de Dieu des compensations merveilleuses. Des tristes sentiers de ce monde, l’amour sait faire une route inondée de soleil.

 

 

Extrait de : RECUEILLEMENT. Œuvre de A. D. Sertillages O.P. (1935)

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 15:44

Il y a une technique de l'action; il y a aussi une technique de la douleur.  L'essentiel, pour le chrétien, est de penser haut, cela revient   à oublier de penser à soi, à son cas, à sa plainte éventuelle et à sa peine.

 

Quand j'ai mal, j'appelle Dieu, et je pars avec lui bien loin de la douleur. Briser la chaîne du temps et fuir vers l’immobile; fixer son cœur là où règne l'éternelle sérénité, là où est notre place et où tend, d'un timide ou vaste essor, ce coup d'aile en nous qui s'appelle l'espérance, n'est-ce pas en finir avec les agitations et les rancœurs, avec les grossissements prétentieux que la souf­france, comme l'orgueil, suggère, avec les révoltes et les désespoirs, avec les dépressions et les en­gourdissements tristes? Si c'est fait, nous sommes dans la vérité de la douleur chrétienne, qui est passivité active et soumission dans la magnani­mité. Telle est la patience.

 

Chateaubriand écrivait : « Au jour de la mort, il nous sera fort indif­férent d'avoir été heureux ou malheureux ». Le jour de la mort ne fait qu'apporter ici une lumière plus vive; ce qu'il fait voir est vrai dès maintenant. Qu'importe le lieu de passage? Les causes de nos douleurs ne sont pas éternelles; elles passent, et nous restons. Que si nous avons tant de peine à noyer le sen­timent de nos tristesses dans celui de notre immortalité, ne serait-ce point que nous doutons, pratiquement, d'être des immortels? Mais alors, la vie est bien peu de chose, et peu importe qu'on la passe à rire ou à pleurer.

 

« Souffrir est une courte souffrance; avoir souffert est une longue joie. » (Le bienheureux Henri Suso.) Au coeur de la douleur même, cette joie se goûte du fait qu'elle s'annonce, du fait que l'amour est là, et que d'ailleurs, dans le pire état, tempéré de la paix chrétienne, bien des choses nous restent.

 

Le grand Willy écrivait : « Le pire n'est pas, aussi longtemps que nous pouvons dire : Voilà le pire ». Hamlet félicitait Horatio d'être « un homme qui en sachant tout souffrir se rend libre à l'égard de toute souffrance ».

 

La providence nous sou­tient contre ses propres chocs; elle nous rend en équivalents supérieurs tout ce qu'elle nous dérobe; elle nous laisse ce qu'une âme haute, place toujours bien au-dessus de ses épreuves : la grandeur de la vie et la beauté du monde. Même dans un buisson d'épines, on peut rester sensible au chant des oiseaux et à la douceur du ciel.

 

On entend bien que je parle ainsi au figuré; le « buisson » est légion,  les oiseaux et le ciel sont nombreux comme la vie elle-même. Toute­fois, l'univers a ici sa part.

 

Quand nous souffrons, nous accusons l'indif­férence des choses; nous voudrions que la nature suspendît son sublime travail; mais la nature est comme nous, elle a sa tâche et ne peut s'attarder à nous consoler. Son travail ne vaut-il pas mieux pour nous que sa plainte ?

 

Quand nous souffrons, l'univers continu à être beau, utile et artisan d'une œuvre éternelle. Il est au point de vue où nous devrions être nous-mêmes : celui des abou­tissements, auprès desquels nos souffrances ne comptent plus.

 

 

Extrait de : RECUEILLEMENT. Œuvre de A. D. Sertillages O.P. (1935)

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens