Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 04:02

LE NOTRE PÈRE DE SAINTE MECHTILDE POUR LES ÂMES DU PURGATOIRE.
Saintes âmes, qui furent délivrées par cette belle prière de Sainte Mechtilde, je vous prie de soutenir chacune des personnes qui me sont chères, et d’intercéder en faveur du pape Paul VI, pour hâter le retour du chef suprême la Sainte Église Catholique et Apostolique.  Amen.
NOTRE PÈRE QUI ÊTES AU CIEUX
Père très bon, je Vous prie de pardonner aux saintes âmes du Purgatoire, car elles ne Vous ont pas toujours aimé ni rendu tout l’honneur qui vous était dû à Vous, leur Seigneur et Père, qui par pure grâce les aviez pourtant adoptées comme vos enfants; mais au contraire, à cause de leurs péchés, elles Vous ont chassé de leur cœur  où Vous vouliez pourtant toujours y habiter.
En réparation de leurs fautes, Père Céleste, je Vous offre l’Amour et la Vénération que Votre Fils incarné Vous témoigna tout au long de sa vie terrestre et tous les actes de pénitences et de satisfactions qu’ll a accomplies, par lesquelles Il a effacé et expié tous les péchés des hommes de bonne volonté.    
Ainsi soit-il.
QUE VOTRE NOM SOIT SANCTIFIÉ.
Père très bon, je Vous supplie de pardonner aux saintes âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours honoré dignement Votre Saint Nom. Au contraire elles ont souvent prononcé en vain Votre Nom Divin et elles se sont ainsi rendues indignes du nom de chrétien par leur vie de péché.
En réparation de ces fautes qu’elles ont commises, Père Céleste je Vous offre tout l’Honneur  que votre  Fils  bien aimé a rendu à Votre Nom par ses paroles et par ses actes tout au long de sa vie terrestre.
Ainsi soit-il.
QUE VOTRE RÈGNE ARRIVE
Père très bon, je Vous prie de pardonner aux saintes âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours recherché ni désiré Votre Royaume avec assez de ferveur et d’application. Ce divin Royaume étant le seul lieu où règnent le véritable repos et l’éternelle paix. 
En réparation de leur indifférence à faire le bien, Père Céleste, je vous offre le très saint Désir de Votre divin Fils par lequel Il souhaite ardemment qu’elles deviennent elles aussi, héritières de Son Royaume.  
Ainsi soit-il.
QUE VOTRE VOLONTÉ SOIT FAITE SUR LA TERRE COMME AU CIEL
Père très bon, je Vous prie de pardonner aux saintes âmes du Purgatoire car elles n’ont pas toujours soumis leur volonté à la Vôtre. Elles n’ont pas cherché à accomplir Votre volonté en toutes choses, elles ont plutôt vécu et agi en ne faisant que leur propre volonté.
En réparation de leur désobéissance, Père Céleste, je Vous offre la parfaite conformité du Cœur plein d’Amour de Votre divin Fils avec Votre sainte Volonté et la soumission la plus profonde qu’Il Vous témoigna, en Vous obéissant jusqu’à Sa mort sur la croix.  Ainsi soit-il.
DONNEZ NOUS AUJOURD’HUI NOTRE PAIN QUOTIDIEN
Père très bon, je Vous prie de pardonner aux saintes âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours reçu le Saint Sacrement de l’Eucharistie avec assez de désir, elles L’ont souvent reçu sans recueillement et sans amour.   
En réparation de toutes ces fautes qu’elles ont commises, Père Céleste, je Vous offre l’éminente Sainteté de Notre Seigneur Jésus-Christ et l’ardent Amour avec lesquels, Il nous légua cet incomparable don, qu’est le renouvellement d’une manière non sanglante, de l’unique sacrifice que fut celui de la croix, par des prêtres fidèles au décret perpétuel de Saint Pie V. 
Seigneur Jésus, je désire maintenant vous recevoir spirituellement, venez vite réchauffer mon cœur, du feu de votre ardent amour et je vous prie de me donner la sagesse de la croix, Vous mon Maître et mon Roi.  
Ainsi soit-il.
PARDONNEZ NOUS NOS OFFENSES, COMME NOUS PARDONNONS A CEUX QUI NOUS ONT OFFENSÉS
Père très bon, je Vous prie de pardonner aux saintes âmes du Purgatoire toutes leurs fautes, et surtout leurs manques de charité envers leurs ennemis, n’ayant pas voulu les aimer, ni leur pardonner.
En réparation de tous ces péchés, Père Céleste, je  réitère cette prière pleine d’amour que Votre divin Fils Vous adressa sur la croix en faveur de Ses ennemis en disant : « Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’il font  »   Ainsi soit-il.
NE NOUS LAISSEZ PAS SUCCOMBER À LA TENTATION
Père très bon, je Vous prie de pardonner aux saintes âmes du Purgatoire qui trop souvent n’ont pas résisté aux tentations, ni aux passions. Elles ont plutôt suivi l’ennemi de tout bien, et elles se sont abandonnées aux convoitises de la chair.
 En réparation de tous ces péchés aux multiples formes dont elles se sont rendues coupables, Père Céleste, je Vous offre la glorieuse victoire que Notre Seigneur Jésus Christ a remportée sur le monde, Sa Vie très sainte, Son travail, Ses peines, Ses souffrances les plus secrètes et Sa mort très cruelles sur la croix.    Ainsi soit-il.
DÉLIVREZ NOUS DU MAL.
Délivrez-moi mon Dieu, et délivrez chacune des personnes qui me sont chères de la mort éternel, délivrez-nous de tous les châtiments que nous avons grandement mérités, tout cela en vertu des mérites de Notre Seigneur Jésus Christ Votre Fils bien-aimé. Conduisez-nous ainsi que les pauvres âmes du Purgatoire dans Votre Royaume de gloire éternelle.  Ainsi soit-il.
Chaque fois que Sainte Mechtilde récitait cette prière, elle voyait des légions d’âmes du Purgatoire monter vers le Ciel.   Pourquoi ne pas faire la même chose chaque jour ?   G. G.   Le  22 octobre 2011.

 elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 23:22

Oraison Universelle de Clément  Xl

Mon Dieu  je crois en vous, fortifiez ma foi. J’espère en vous, assurez mon espérance. Je vous aime, redoublez mon amour. Je me repens d'avoir pé-ché, augmentez mon repentir.
Mon Dieu je vous adore, Vous mon premier principe, Je vous désire, Vous ma fin dernière, Je vous remercie, Vous mon bienfaiteur perpétuel, Je vous invoque, Vous mon souverain défenseur.
Mon Dieu daignez : me diriger par votre sagesse,  me contenir par votre justice, me consoler par votre miséricorde, me protéger par votre puissance.
Mon Dieu je vous consacre : mes pensées, mes paroles, mes actions et mes souffrances, afin que désormais je ne pense qu'à vous, je ne parle que de vous, je n'agisse que selon vous, je ne souffre que pour vous.
Seigneur, je veux ce que vous voulez, parce que vous le voulez, comme vous le voulez, autant que vous le voulez.
      Mon Dieu je vous prie : d'éclairer mon entendement, d'affermir ma volon-té, de purifier mon corps, de sanctifier mon âme.
      Mon Dieu aidez-moi : à expier mes offenses passées, à surmonter mes ten-tations à venir, à corriger les passions qui me dominent, à pratiquer les vertus de mon état.
Remplissez mon cœur : de tendresse pour vos bontés, d'aversion pour mes défauts, de zèle pour mon prochain, de mépris pour le monde.
Seigneur, que je me souvienne d'être, soumis à mes supérieurs, charitable envers mes inférieurs, fidèle à mes amis,  indulgent pour mes ennemis.
Venez à mon secours pour vaincre, la volupté par la mortification, l'ava-rice par l'aumône, la colère par la douceur, la tiédeur par la dévotion.
Mon Dieu rendez-moi, prudent dans mes entreprises courageux dans les dangers, patient dans les difficultés, humble dans les succès.
Ne me laissez jamais oublier, de joindre l'attention à mes prières, la tempé-rance dans mes repas, l'exactitude à mes emplois, la constance dans mes résolutions.
Seigneur inspirez-moi le soin d'avoir toujours, une conscience droite, un ex-térieur modeste, une conversation édifiante et une conduite régulière.
Que je m'applique sans cesse, à dompter la nature, à seconder la grâce, à garder la foi, à mériter le salut.
Mon Dieu, faites moi découvrir qu'elle est, la petitesse de la terre, la gran-deur du ciel, la brièveté du temps, la longueur de l'éternité.
Mon Dieu faites que, je me prépare à la mort, que je craigne votre juge-ment, que j'évite l'enfer, que j'obtienne enfin le paradis, par Jésus Christ Notre Seigneur.
Ainsi soit-il.
« Indulgence 5 ans à chaque fois + Indulgence plénière une fois par mois, en vertu des conditions usuelles. (S. C. Peng., 11 mars 1960. »

elogofioupiou.over-blog.com


Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:08

 

Qu'est-ce que le temps ?

Comment perd-on son temps ?

Comment doit-on employer son temps ?

 

Le temps est tout ce qu'il y a de plus insaisissable, tout ce qu'il y a de plus rapide. Le temps, dit la sainte Écriture, c'est l'éclair qui brille et qui disparaît ; c'est la flèche qui fend les airs ; c'est le vaisseau qui franchit l'Océan ; une fois qu'il a disparu, il n'y a plus de traces de son passage.

 

Vous qui nous lisez, vous trouvez peut-être le temps bien long quelquefois ? Ah ! Un jour viendra où vous en jugerez d'une tout autre manière. Vous avez déjà vingt, trente ans, davantage peut-être : Qu'est devenu ce temps de votre vie ? Où est-il ?  Ainsi passeront les années que Dieu doit vous donner encore, et, une fois passées, où en serez-vous ? Que direz-vous du temps ? Qu'en penserez-vous ?

 

Le temps, c'est la minute présente ; vous voulez l'arrêter dans sa fuite, cela n'est pas possible ; la minute suivante arri­ve, elle chasse la première, une autre survient qui en fait autant, et ainsi toujours et toujours, jusqu'à ce que vous tombiez dans le royaume de l'éternité.  Voilà le temps.

 

Comment perd-on son temps ?

On le perd de mille manières, voici: Les plus communes et plus générales.

 

On perd son temps en ne faisant rien.

 

Il y a des êtres humains qui en sont là, qui passent leur vie à ne rien faire. Ils regardent la télévision et ils ne pensent à rien, ils ne disent rien, ou ils ne disent que des riens, ils ne produisent pas davantage.

 

Quelle vie, grand Dieu ! On se lève quand on est fatigué de rester au lit. On s'habille, et on y passe des heures. On mange, on se promène, on se couche. Et tous les jours c'est à recommencer les mêmes occupations, c'est-à-dire la même oisiveté. C’est la première manière de perdre son temps.

 

Il y en a une seconde.

 

On perd son temps en ne faisant que des choses vaines et inutiles. Ce sont des bagatelles, des frivolités. On fait de la vie une récréation : elle n'a aucun but sérieux et sacré.

 

A quoi bon travailler ? dit telle femme du monde ; à quoi bon me donner de la peine, puisque rien ne manque à mes besoins ?

 

On oublie que Dieu nous a tous condamnés au travail, que c'est un châtiment auquel il faut se soumettre, sous peine de s'en préparer un plus terrible après cette vie.

 

On s'occupe de son ameublement ; on lit son journal, on fait des visites ; on va dans le monde, on se mêle à toutes ses réunions, on partage tous ses plaisirs. C’est la seconde manière de perdre son temps.

 

Il en reste une dernière.

 

On perd son temps en s'occupant mal, c'est-à-dire en ne faisant pas ce qu'on fait comme on devrait le faire.

 

Ainsi on agit sans attention, avec un esprit distrait, sans savoir pourquoi l'on agit d'une façon plutôt que d'une autre. On ne se rend pas compte de son travail ; il est, pour ainsi parler, inutile, on n'en tire aucun profit. On agit avec paresse, avec une lenteur exagérée : il faut une journée entière pour faire ce qui ne demanderait que quelques heures. Enfin, on tente des choses impossibles, on s'occupe de sciences ou d'arts qui ne serviront jamais à rien, parce qu'on n'y apporte ni aptitude ni ardeur.

 

Comment faut-il employer le temps ?

 

Un chrétien doit employer le temps pour Dieu et pour son salut. Le temps est le prix du sang de Jésus-Christ. Rien donc ne peut nous être plus précieux que le temps. Tout ce que l'on fait, du reste, peut être rapporté à Dieu et nous servir à gagner le ciel. Il suffit d'agir avec une bonne pensée, avec une intention religieuse.

 

Dites à Dieu, dans toutes vos actions : «Mon Dieu, je vous offre ce que je fais, ce dont je m'occupe. Je vous l'offre pour vous glorifier. Je vous l'offre pour obtenir vos grâces et pour mériter la vie éternelle

 

Voilà la seule véritable manière de bien employer le temps.

 

De cette façon vos journées seront remplies. Rien de ce que vous pourrez faire ne sera perdu ; vous vous préparerez d'immenses trésors pour le ciel. Et quand Dieu vous appellera à lui, ce sera pour vous dire cette douce parole : « Entrez dans la joie de votre Maître ! ».     A vous de choisir, ça presse il y a urgence !

 

Quelques pensées précises et suggestives résumeront ces considérations :

 

« Le temps de cette vie est court », dit l'Esprit Saint.

 

Et en effet le temps déjà passé n'est plus en mon pouvoir : Il est irrévocablement retranché de mon existence : tel qu'il a été rempli par moi, avec ses œuvres bonnes ou mau­vaises, tel il me sera remis devant les yeux au jour de la reddition des comptes.

 

L'avenir ne m'appartient pas. J'ignore combien de temps le Seigneur mettra encore à ma disposition ; ce qui est certain, c'est que la dernière limite ne dépassera pas un petit nombre d'années.

 

Le présent seul est entre mes mains !

 

Tout mon bonheur dépend du bon emploi du temps, et comme le temps se réduit pour moi au moment actuel, toute ma préoccupation doit être de sanctifier ce moment.

 

C'est en outre l'unique moyen qui me reste d'expier les iniquités de ma vie passée. Si un homme avait devant lui un riche trésor et qu'il ne fût posséder pour sa subsistance à l'avenir que ce qu'il serait à même d'en emporter chez lui dans l'espace d'un quart d'heure, avec quel extrême empressement n'en prendrait-il pas le plus qu'il pourrait ! De ce quart d'heure pas une seconde ne serait perdue. Voilà exactement votre situation par rapport à l'éternité.

 

Le temps ne m'est donné que pour gagner une place dans le véritable ROYAUME ; à chaque instant du temps, je puis gagner cette éternité ; après le temps, il n'y a plus moyen de gagner l'éternité : trois maximes capitales, dont je dois perpétuellement me souvenir.

 

«O mon Dieu, je vous rends grâces du temps que vous voulez bien me donner encore ! 

«Faites que je n’en gaspille pas une seule seconde !

«Faites qu’à chaque heure j’augmente mes mérites pour le ciel ! »

 

Extrait de: Lectures médités (Édition 1933).   

 

elogofioupiou.com                           

 

   
Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 03:19

PATER NOSTER

     

Nous voici avec Jésus sur un nouveau calvaire. Tenons-nous au pied de sa croix avec une tendre compassion, comme Madeleine ; avec un amour fidèle, comme saint Jean ; avec espérance de le voir un jour dans sa gloire, comme les autres disciples. Regardons-le quelquefois de loin et pleurons nos péchés avec saint Pierre.

 

 

Que je suis heureux, ô mon Dieu, de vous avoir pour Père !

Que j'ai de joie de songer que le ciel où vous êtes doit être un jour ma demeure !

Que votre saint nom soit glori­fié par  toute la terre.    

Régnez absolument sur tous les cœurs et sur toutes les volontés.   

Ne refusez pas à vos enfants la nourriture spirituelle et corporelle.   

Nous pardonnons de bon  cœur, pardonnez-nous.    

Soutenez-nous dans, les tentations et dans les maux de cette misérable vie, mais préservez-nous du péché, le plus grand  de  tous les maux.  Ainsi soit-il.

 

Cette version du Notre Père a été tirée pour vous du Nouveau traité des devoirs du Chrétien envers Dieu, qui date de 1860.  Quelle belle prière, elle est simple et elle est vraie.

 

 

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 16:15

Litanies du Chef Sacré de Jésus  

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Jésus Fils de Dieu, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Chef Sacré de Jésus, Formé par le Saint Esprit dans le sein de la Bienheureuse Vierge Marie, nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Uni substantiellement au Verbe de Dieu,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Temple de la Divine Sagesse,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Foyer des clartés éternelles,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Sanctuaires de l'Intelligence infinie,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Providence contre l'erreur,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Soleil du Ciel et de la terre,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Trésor de science et gage de Foi, nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Rayonnant de beauté, de justice et d'amour, nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Plein de grâce et de vérité, nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Leçon vivante d'humilité,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Reflet de l'infinie Majesté de Dieu,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Centre de l'Univers,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Objet des complaisances du Père Céleste,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Sur qui s'est reposé le  Saint Esprit,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Inondé d'une sueur de sang, sur le Gethsémani,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Couronné d'épines,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Indignement outragé pendant votre Passion,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Consolé par le geste aimant de Véronique,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Lumière de tout homme venant en ce monde,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Notre guide et notre espoir,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Qui avez reçu les caresses de la Vierge Marie,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui avez laissé briller un reflet de votre gloire sur le Thabor,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui n'avez pas eu, sur terre, où vous reposer,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui avez agréé l’onction parfumée de Marie Madeleine,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui avez daigné dire à Simon qu'il n'avait pas oint Votre Tête à Votre entrée chez lui,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui avez pleuré sur nos péchés,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui Vous êtes incliné vers la terre, au moment où Vous la rachetiez par la séparation de Votre Âme d’avec Votre Corps sur la Croix,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui connaissez tous nos besoins,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui dispensez toutes grâces,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui dirigez les mouvements du Divin Cœur,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui gouvernez le monde,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui jugez toutes nos actions,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui connaissez tous les secrets de nos cœurs,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Qui ravissez les Anges et les Saints,  nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus, Que nous voulons faire connaître et adorer par toute la terre, nous vous adorons.

Chef Sacré de Jésus,  Que nous espérons contempler un jour sans voile,  nous vous adorons.

- Nous adorons Votre Chef Sacré, Seigneur Jésus.

-Et nous nous soumettons à tous les décrets de votre Infinie Sagesse.

Chef Sacré de Jésus, augmentez la foi dans les cœurs des personnes qui me sont chères. Ainsi soit-il.

PRIONS

O Doux Jésus, qui avez daigné révéler à Votre Servante Teresa Higginson, Votre immense désir de voir adorer Votre Chef Sacré. Donnez-nous la joie de Le faire connaître et honorer.  Laissez tomber sur nos âmes un rayon de Votre lumière, à chaque litanie que nous récitons avec ferveur, afin que nous avancions, de clarté en clarté, conduits par Votre Sagesse adorable jusqu'à la récompense promise à  Vos  élus.  Ainsi soit-il.

 

Notre Seigneur a montré  à Teresa  Higginson en 1880,  les grandes bénédictions  et  les grâces  abondantes  qu'Il réserve pour tous ceux qui travaillent à l'accomplissement de Sa divine volonté, au sujet de la dévotion à Son Chef Sacré.  Il lui  fit comprendre Son Désir que Sa Tête Sacrée  soit honorée comme le Temple de la divine Sagesse et les Puissances de Son Âme humaine adorées en Elle, car la tête est le temple des puissances intellectuelles de l'homme.

 

 Transcrit par Gérald Guay, le 24 février 2002 - final  le 24 juin 2011.

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 18:55

 

 

A quoi, passez-vous du matin au soir?

A quoi tendent tous vos efforts, sinon à procurer à vos enfants soit une position opulente, soit un état plus lucratif ou un emploi plus conve­nable?

 

N'est-il pas vrai que vous n'omettez rien pour qu'ils deviennent habiles dans les écoles, braves, dans la milice, ingénieux dans les affaires, afin d'assurer par là leur fortune, et de les mettre à même, comme vous le dites, de figurer plus honorablement dans le monde?

 

Mais de mettre leur salut en sûreté, quand y penserez-vous?

 

Ah! C’est là ce qui arrachait des larmes à St Jean Chrysostome

 

"Les uns pourvoient leurs enfants de grades dans l'armée, les autres d'honneurs, ceux-ci de dignités, ceux-là de richesses et personne, chose déplorable, ne songe à les pourvoir de l'amitié de Dieu.

 

" Quel amour insensé! Pourvoir ses enfants de tout excepter de Dieu!"

 

St Léonard de Port Maurice. .......

 

‘’On a eu  trop d'égard aux programmes imposés par le monde universitaire, on a trop poursuivi le succès aux examens faits sur ces programmes l'enseignement religieux qui devait tenir la première place n'a eu trop souvent que la dernière.  

 

Qu'est il arrivé? Sortis de nos collèges, de nos pensionnats, nos jeunes gens se sont trouvés dans un monde saturé de naturalisme et de libéralisme. 

 

Les journaux,  les brochures,  les livres sont venus leur apporter sur tous les sujets des impressions et des idées contraires au sentiment chrétien et  à la vérité révélée.

 

Mal armés,   ils n'ont pas su se défendre, et bientôt, leur esprit a été rempli d'une foule d'idées en opposition avec la doctrine chrétienne, et n'étant plus soutenus par la foi,  ils se sont  égarés." 

 

Mgr Henri De Lassus   "      Conjuration antichrétienne Tome III page  985 Désclée 1910

 

"Nous affirmons qu'une grande partie de ceux qui sont condamnés aux supplices éternels subissent ce châtiment sans fin à cause de leur ignorance des mystères qu'il est néces­saire de savoir et de croire pour être placé panai les élus."     

 

Benoît XIV  cité par St Pie X -dans Acerbo Nimis.

 

Transcrit par G.G.

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 23:47

«L'AVE MARIA » sa puissance visible et efficace.

 

Un petit bonhomme de six ans, de famille protestante, avait l'occasion d'entendre ses compagnons de jeu (catholiques) dire le "Je vous salue Marie". Il aimait cette pri­ère, tant et si bien qu'il en écrivit le texte et l'apprit par coeur pour le réciter chaque jour.

 

"Regarde, maman, comme elle est belle, cette prière", finit-il par dire à sa mère.

Celle-ci réagit vivement: "Ne la dis jamais plus! C'est une superstition de ces ca­tholiques qui adorent les idoles et croient que Marie est une déesse. Tout bien pense, elle est une femme comme toutes les autres. Tiens, prends plutôt ce livre, la Bible, et lis. La Bible contient et nous apprend tout ce que la religion nous oblige à faire."

 

A partir de ce jour, le petit garçon cessa de dire son "Je vous salue, Marie" quotidien et consacra plus de temps à lire la Bible.

 

Un jour, dans l'Evangile, il en vint à lire le texte relatant l'annonce de l'Ange à Notre Dame. Le garçonnet en fut rempli de joie. Il courut trouver sa mère pour lui di­re: "Maman, maman, j'ai trouvé le "Je vous salue Marie" dans la Bible! Je l'ai lu: "Sa­lut, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, Vous êtes bénie entre toutes les fem­mes." Pourquoi dites-vous que c'est une prière de superstition?"

 

"Plus loin encore dans la Bible, il lut la belle salutation de sainte Elisabeth à la
Vierge Marie et l'admirable Magnificat, dans lequel Marie prédit que "toutes les généra­tions l'appelleront Bienheureuse".

 

Il n'en parla plus à sa mère, mais il recommença à dire comme auparavant le "Je vous salue Marie" tous les jours. Il ressentait beaucoup de satisfaction et de joie à répéter ces belles paroles à la Mère de Jésus, notre Sauveur.

 

Le temps passait, et un jour, âgé maintenant de quatorze ans, il entendait les membres de sa famille discuter à propos de Notre Dame. On s'accordait à dire que Marie était une femme en tout comme les autres. Le jeune homme ne pût supporter d'entendre énoncer ces erreurs et il ne pût contenir son indignation.

 

 "Non, Marie n'est pas comme les autres descendants d'Adam, souillés par le péché. Non! L'ANGE l'a saluée PLEINE DE GRÂCE ET BÉ­NIE ENTRE TOUTES LES FEMMES. Marie est la Mère du Christ  Jésus, et par conséquent Mère de Dieu. Il n'existe aucun honneur aussi élevé où une créature peut atteindre. L'évangile nous dit que "toutes les générations la proclameront bienheureuse" et vous autres, vous essayez de la mépriser, de la déconsidérer. Votre esprit n'est pas l'Esprit de l'Évangile ou de la Bible que pourtant vous proclamez bien haut comme étant le fondement de la reli­gion chrétienne.

 

Si impressionnante fut cette riposte de l'adolescent que sa mère fondit en larmes et s'écria, en proie à un profond chagrin: "0 mon Dieu! Que j'ai peur que cet enfant, mon enfant, n'embrasse un jour la religion catholique, la religion des Papes!"

 

Et justement, peu de temps après, s'étant appliqué à une étude sérieuse du protestantisme et du catho­licisme, le jeune homme découvrit en celui-ci la vraie religion, s'y convertit et devint un de ses apôtres les plus zélés.

 

Un peu plus tard, après sa conversion, il rencontra sa soeur mariée, qui lui adresse des reproches avec beaucoup d'indignation. "Tu ne peux savoir à quel point j'aime mes en­fants, lui dit-elle. Eh bien, si l'un d'eux manifestait le désir de se faire catholique, je lui transpercerais le coeur avec un poignard plutôt que de lui permettre d'embrasser la religion des Papes."

 

 

 

 

 

 

Sa colère et sa haine ressemblaient à l'acharnement de saint Paul contre les chré­tiens avant sa conversion. Malgré cela, elle allait changer de sentiments, comme saint Paul terrassé sur le chemin de Damas.  II arriva qu'un de ses fils tomba dangereusement malade, à tel point que les médecins ne pouvaient lui laisser le moindre espoir de guérison. Son frère alla lui-même la trouver et lui parla avec toute son affection frater­nelle:

 

"Ma chère soeur, lui dit-il, tu voudrais naturellement voir ton fils revenir à la santé. Bien, alors, voilà ce que je vais te demander, nous allons ensemble dire un "Je vous salue Marie" et promettre à Dieu que si ton fils recouvre la santé, toi et lui, vous allez étudier sérieusement la doctrine catholique; par la suite, si vous en arri­vez à la conclusion que la seule vraie religion, c'est le catholicisme, vous embrasse­rez cette religion, quels que soient les sacrifices que vous aurez à affronter."

 

La soeur du jeune homme écouta sa demande avec hésitation, avec répugnance même sur le coup. Mais elle pensait aussi à la guérison de son fils; elle accepta la suggestion de son frère et récita le "Je vous salue Marie" avec lui. Or, le lendemain, son fils était guéri, complètement, complètement guéri ...

 

La mère remplit sa promesse, elle étudia la doctrine catholique. Après une soigneuse préparation, elle reçut le baptême avec toute sa famille, ne tarissant pas de remercie­ments envers son frère pour l'apostolat qu'il avait exercé auprès d'elle.

 

C'est dans un sermon que le Rév. Père Tuckwell  relata cette anecdote :

 

"Mes frères, dit-il, le garçon qui se fit catholique et convertit sa soeur au catho­licisme a consacré sa vie entière au service de Dieu. C'est le prêtre QUI VOUS PARLE EN CE MOMENT. Ce que je suis, je le dois à Notre Dame. Vous de même, mes chers frères, con­sacrez totalement vos personnes à Notre Dame et ne laissez pas passer un seul jour sans dire le "Je vous salue Marie" dans votre rosaire. Suppliez-la d'éclairer l'esprit des protestants qui sont séparés de la vraie Église du Christ bâtie sur le roc dé Pierre et contre laquelle les portes de l'enfer ne prévaudront pas."

 

Extrait de North American Voice of Fatima,

Maria! Guild, Box 565, Joliet, iIlinois, U.S.A.
Traduction de Raymond Robert.

Publié par Gérald Guay.

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 23:37

 

 

 

TROIS  PRIERES POUR LES MOURANTS

 

           

Très utiles pour les mourants et que l'on peut avantageusement employer, pour parvenir à la béatitude.

 

Il y avait  à Rome, un Pape qui était accablé par ses nombreux péchés.  Dieu le frappa d'une maladie mortelle.  Mais,  comme  il  se rendît compte qu'il allait mourir, il convoqua autour de lui,  cardinaux,  évêques  et savants,  et  leur dit   :

 

Mes chers amis ! Quelle consolation pouvez-vous me donner, alors que je vais bientôt mourir  et que j'ai mérité la damnation éternelle à cause de mes péchés !

 

Aucun ne lui répondit. Cependant, un pieux chapelain nommé Jean, lui dit: Pourquoi, désespères-tu de la Miséricorde de Dieu ? " Le Pape dit alors : Quelle consolation me donnes-tu, à moi qui doit mourir et qui  crains d'être damné pour mes péchés ?"

 Jean lui répondit : "   Pour ce faire, je vais réciter trois prières, et j’espère que tu seras consolé et que tu obtiendras la miséricorde du Seigneur. "  Sur ce, le Pape ne peut plus rien dire,   le chapelain s'agenouilla et tous  ceux qui étaient avec lui en firent autant  et il dit  les prières suivantes : (Elles ont été modifié pour les circonstances actuelles…)

 

 

* Réciter l’acte de contrition parfaite *

 

PREMIÈRE PRIÈRE.

 

* Notre père qui êtes aux Cieux…

 

* Je vous salue Marie… 

 

Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu et Fils de la Vierge Marie, Dieu et homme, Vous qui avez versé pour nous sur le Mont des Oliviers une sueur d’angoisse et de sang; pour les mourants présents les plus méritants daignez offrir votre SUEUR DE SANG à Dieu votre Père Céleste, et si, par leurs péchés ces mourants avaient méritée la damnation éternelle,  puise-t-elle être détournée d’elles.

 

Père Éternel, daignez-leur accorder cette ultime

Faveur, en vertu des mérites acquis par Notre Seigneur Jésus-Christ, votre Fils bien-aimé, qui vit et règne avec Vous, dans l’unité du Saint-Esprit, maintenant et pour l’éternité.

 

 Ainsi soit-il.

 

DEUXIÈME PRIÈRE.

 

** Notre père qui êtes aux Cieux …

 

** Je vous salue Marie… 

 

Seigneur Jésus-Christ, Vous qui avez accepté de mourir pour nous sur le bois de la Sainte Croix, en toute soumission à votre Père Céleste; pour épargner de l’enfer les mourants de ce jour, que je connais et qui me sont chères, daignez offrir  à votre Père Céleste, votre TRÈS SAINTE MORT, afin d’effacer tout ce qu’elles ont mérité par leurs péchés.

 

Père Éternel, daignez-leur accorder cette ultime Faveur, en vertu des mérites acquis par Notre Seigneur Jésus-Christ, votre Fils bien-aimé, qui vit et règne avec Vous, dans  l’unité du Saint-Esprit, maintenant et pour l’éternité.

 

Ainsi soit-il.

 

 

TROISIÈME PRIÈRE.

 

*** Notre père qui êtes aux Cieux …

 

*** Je vous salue Marie… 

 

Seigneur Jésus-Christ, Vous qui avez voulu parler par la bouche des prophètes, par Amour éternel,  je Vous ai attiré auprès de moi.

 

Cet Amour, Vous a fait prendre un corps semblable au notre, par le fiat de la Vierge Marie Vous avez accepté de passer trente-trois années dans la vallée de ce pauvre monde.

 

En signe de ce grand Amour, Vous avez voulu être fait prisonnier,  conduit d’un juge à un autre, être condamné à mort, puis mourir, être mis au tombeau, pour enfin ressusciter vraiment.

 

Vous êtes ensuite apparu, à plusieurs reprises à Votre Très Sainte Mère et aux saints Apôtres,

 

Vous êtes monté au Ciel par Votre propre force et puissance, Vous êtes assis à la droite de Dieu  Votre Père Céleste, et Vous avez envoyé le Saint-Esprit dans le cœur de tous ceux qui espèrent et croient en Vous  à travers les signes de Votre Amour éternel.

 

Vous nous avez donné Votre Corps Sacré en nourriture véritable et Votre précieux Sang en boisson authentique.

 

Si les âmes des personnes qui me sont chères et les mourants les plus méritant de ce jour,  ne sont pas digne d’être admis immédiatement dans le Royaume de Votre Père Céleste, je vous prie par les mérites et les douleurs de Votre Sainte Mère, de leur pardonner leurs péchés, et surtout de les préserver du feu terrible de l’enfer et de les admette dans votre Purgatoire afin qu’ils puissent un jour régner avec nous dans le Royaume céleste.

 

Ainsi soit-il.

 

Le Pape mourut vers la fin des prières.

Le chapelain demeura trois heures près de la dépouille.   Le Pape  lui apparut visiblement et consolé,   son visage était plus rayonnant que le soleil,  ses habits étaient comme la neige, et il dit : " Mon cher  Frère, alors que je devais être un enfant de la damnation  éternelle. Je  suis devenu un enfant de la béatitude. Quand tu prononças la première prière, mes péchés tombèrent de moi comme la pluie du ciel,  et lorsque tu prononças la deuxième prière, je fus purifié de la même manière qu'un forgeron purifie l’or dansun feu ardent. Je fus davantage purifié quand tu prononças la troisième prière.  Je vis alors le Ciel ouvert,  et, debout à la droite du Père, le Seigneur, me dit : " Viens, tes péchés te sont remis, tu seras et resteras éternellement dans  le Royaume de Mon Père.  " 

" A ces mots, mon âme se sépara de mon corps et les Anges de Dieu la conduisirent dans l’éternelle félicité.’’

En attendant cela, le chapelain dit : " 0 Saint-Père. ! Je ne dois dire ces choses à personne car on ne me croira pas. " Le Pape dit alors : " En vérité je te le dis, l’ange de Dieu est à côté de moi et il a écrit ces prières avec des lettres d’or, pour la consolation de tous les pécheurs et pécheresses. Si un homme avait commis tous les péchés du monde, mais que ces  trois prières auraient été prononcées à son lit de mort, tous ses péchés lui seraient remis, et même si son âme devait souffrir des peines jusqu'au jugement dernier, elle serait délivrée. "

" L'homme qui les entend dire, ne mourra pas d'une mauvaise mort, de  même dans n'importe quelle maison où elles seront dites."

" C'est pourquoi, prends ces prières et porte-les à l'Église Saint-Pierre et dépose-les  dans la chapelle, dite, de l'Assomption de  Marie, pour une  consolation assurée.’’

" La personne qui sera là, assistant à l’agonie, qui les dit ou les entend  dire, gagne 400 ans d'indulgences  pour les jours qu’elle aurait  du souffrir en Purgatoire, en raison  de la dette, contractée.  "

" De même, à celui qui dira ou entendra dire cette prière, lui sera révélée l'heure de sa mort. 

" Ainsi soit-il.  "

 

Transcrite par Gérald Guay des : Cahiers de Louis de France (Les). Le 11 avril 2003 et revus le 17 déc. 2011.

 

  

 

 

   

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 01:48

Le nouveau Notre Père est  blasphématoire !

 

Cette traduction, en plus d'être  blasphématoire, elle est fausse et impie.

 

Pourquoi une nouvelle traduction française alors que depuis des siècles les fidèles jouissaient d'un texte clair et enrichissant? 

C'est en raison du principe révolutionnaire bien connu:

"Briser, le chef d'œuvre et de ses débris construire une horreur», en d'autre terme,  substituer à une traduction catholique un texte œcuménique protestantisé,  composé par un protestant luthérien en 1922.  Et par le biais introduire le tutoiement dans les prières catholiques, donc une familiarité irrespectueuse alignée sur les mœurs démocratiques.

 

Dans le texte hérético-conciliaire "vienne" a été substitué à "arrive".  Or le texte de la Vulgate est correctement et exactement traduit par "arrive", alors que "vienne" est un contresens.  En effet "arrive" est l'aboutissement d'un mouvement qui arrivera certainement au but; tandis que "venir», c'est marcher vers un objectif que l'on est pas assuré d'atteindre.  Or, dans le Pater, nous demandons que le "Règne de Dieu" se réalise -- non comme une possibilité-- mais  comme le dit St-Cyprien, "qu'il arrive au point d'être déjà présent".

 

Les conciliaires ont remplacé "pain quotidien" par "pain de ce jour».  Ce changement est contraire au génie de la langue française qui ne permet pas une périphrase sans une raison poétique quand il y a un adjectif adéquat.

 

En ajoutant "aussi" (nous pardonnons aussi)  ces mêmes apprentis réformateurs offensent une nouvelle fois la langue française.  Car cet "aussi"  est mal placé, et là où il est mis, il se rapporte à  "nous",  et  pas, comme il le devrait, à "pardon".  Si l'ignare qui rédigea ce texte avait quelques notion de syntaxe, il aurait dû écrire: "comme aussi, nous pardonnons". 

 

La sixième demande est à bannir parce qu'elle est un blasphème.  Elle dit : "Ne nous soumets pas à la tentation".  Le mot "soumet" prétend traduire le latin "inducat" (qui signifie : conduire vers).  "Soumettre", c'est étymologiquement "mettre sous le joug", donc priver le sujet de toute liberté pour accomplir en esclave une chose imposée.  De plus, le mot "tentation" est précédé de"in" qui dans le texte latin indique le mouvement.  Ainsi la "soumission" introduite frauduleusement dans le Pater est non seulement un "joug", mais un mouvement vers la tentation !  En définitive, la nouvelle église conciliaire demande à Dieu une chose impie et que le Seigneur ne peut satisfaire, à savoir qu'il soit mis sous le joug et livré pieds et poings liés à la tentation qui est le mal… 

En plus du blasphème, c'est philosophiquement une absurdité, car le mal n'est autre qu'une absence de bien due à l'imperfection d'une action chez un être libre qui use maladroitement de sa liberté.  Or Dieu est l'être infiniment parfait.  Certes Dieu peut permettre l'existence du mal pour un plus grand bien, mais ne peut en rien le favoriser.  C'est ce qu'enseigne St-Jacques: "Dieu ne tente personne".

Ajoutons afin un argument péremptoire.  Si les hérétiques protestants rejettent la Tradition, nous les Catholiques, nous la considérons comme une REGLE DE FOI.

 

Or toute la Tradition REJETTE  la version française de ce concile hérétique.    G. G.

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 00:05

AVEZ VOUS UNE SECONDE

 

Un jour, un homme fit la prière suivante au Bon Dieu

 

Voici sa première demande.

 

Que représente pour Vous Seigneur, Vous qui êtes tout puissant, la somme de 25 MILLIONS DE DOLLARS ?

 

A peine « UN SOUS »,  lui répondit le Seigneur Dieu de l’univers.

 

Suit sa deuxième demande.

 

Que représente pour Vous Seigneur « UN  SIÈCLE » ?

 

A peine « UNE SECONDE », lui répondit le maître absolu de toutes les choses.

Voici enfin sa dernière demande

Je vous en supplie,  mon Dieu, donnez-moi  « UN SOUS ».

 

Devant cette demande qui lui paraissait raisonnable, le Seigneur Jésus répondit à notre homme qu’Il voulait bien lui accorder ce qu’il demandait, cependant il lui demanda s’il pouvait attendre « UNE SECONDE ».

 

                                             *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *   *

 

Et vous, où serez vous dans  « UNE SECONDE » ?

 

A quoi serviront vos « SOUS »  dans  « UNE SECONDE » ?

 

Êtes vous  certain que la vie finit après la mort?

 

Qu’est ce qui vous arrivera après la mort ?

 

La seule façon de vous donner toutes les chances possibles de mettre la main sur cette belle récompense qu’est le CIEL, c’est de conformer votre vie aux 10 commandements de Dieu, c’est le minimum requis.

 

Soyez sur qu’il y a un jugement et que vous recevrez la consolation méritée pour les peines endurées avec amour ou la punition qui correspondra à chacun des plaisirs défendus que votre égoïsme aura satisfait.

 

2 février 2004 G.G. 

 

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article