Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 10:56

CANTIQUE en attendant le Jugement de Dieu.   

(Mgr Ghika 1872-1954)

 

Larmes et sourires, bénissez le Seigneur.

Regrets et repentirs, bénissez le Seigneur.

Fièvres et ferveurs, bénissez le Seigneur.

Péchés laves et pardonnes, bénissez le Seigneur.

Crimes expies et répares, bénissez le Seigneur.

Injustices devenues servantes du salut, bénissez le Seigneur.

Bourreaux absous et victimes volontaires, bénissez le Seigneur.

Oublies dont Dieu se souvient, bénissez le Seigneur.

Ingratitudes doucement accueillies, bénissez le Seigneur.

Secrets du fond des âmes, bénissez le Seigneur.

Mensonges agenouilles devant la Vérité, bénissez le Seigneur.

Énigmes et perplexités, bénissez le Seigneur.

Appels, attentes et recherches, bénissez le Seigneur.

Misères faites pour être comblées, bénissez le Seigneur.

Espérances faites pour être dépassées, bénissez le Seigneur.

Impatiences faites pour être confondues, bénissez le Seigneur.

Obstacles faits pour être surmontés, bénissez le Seigneur.

Ténèbres et éblouissements, bénissez le Seigneur.

Extases et délaissements, bénissez le Seigneur.

Fatigues et agonies, bénissez le Seigneur.

Offrandes et sacrifices, voeux et serments, bénissez le Seigneur.

Choses données et point reprises, bénissez le Seigneur.

Rêves et désirs, bénissez le Seigneur ...

Nos saintes et bienheureuses ignorances, bénissez le Seigneur.

Frémissements de la vie de Dieu dans tout ce qui est, bénissez le

Seigneur.

Pensées plus hautes que les cieux, soucis tout proches de 1'humble

Terre, bénissez le Seigneur.

Mystères de la Providence et du salut, blottis jusque dans les plus

Petites choses, bénissez le Seigneur.

Morts et poussières, bénissez le Seigneur.

Ma mort a moi, bénis le Seigneur !

Les choses qui naîtront de moi, quand je ne  serai plus de ce monde,

bénissez le Seigneur.

Le silence autour de ma mémoire, bénis, toi aussi, le Seigneur.

Mon   âme,   qui   ne   doit jamais   mourir,   crie   ton   éternité  déjà

commencée, en bénissant, des maintenant et éternellement, le Seigneur. »

 

http://amdg.over-blog.fr/article-louanges-et-benedictions-2-2-112531552.html

 

elogofioupiou.com

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 10:33

 

SON ENFANCE ET SA JEUNESSE

 

On ne trouvera pas ici une Vie complète de Soeur Marie Marthe Chambon, mais simplement quelques indications biographiques, encadrant un Exposé de sa dévotion préférée : la dévotion aux saintes Plaies de N. S. J.- C.

 

Françoise Chambon naquit d'une modeste mais chrétienne famille de cultivateurs, au hameau de la Croix-Rouge, sur Chambéry, le 6 mars 1841. Le même jour, elle reçut le saint Baptême dans 1'église paroissiale de Saint-Pierre de Lémenc.

 

Il plut à Notre-Seigneur de se révéler de très bonne heure à cette âme innocente.A peine Françoise avait-elle neuf ans que, sa tante l'ayant conduite un Vendredi Saint à l’adoration de la Croix, le Christ s'offrit à ses regards, déchiré, ensanglanté, comme au Calvaire. « Oh! Dans quel état Il était!... » Dira-t-elle plus tard.

 

Ce fut là une première révélation de la Passion du Sauveur qui devait tenir tant de place dans son existence. Mais l'aurore de sa vie apparaît surtout favorisée par les visites de Jésus Enfant.

 

Le jour de sa Première Communion, Il vint à elle visiblement ; et depuis lors, à chacune de ses communions, jusqu'à sa mort, ce sera toujours l'Enfant Jésus qu'elle verra dans la sainte Hostie. Il devient l'Inséparable Compagnon de sa jeunesse, la suit au travail, dans les champs, converse avec elle le long du chemin, la ramène à la chaumière paternelle : « Nous étions toujours ensemble..., oh! Que j'étais heureuse! J'avais le Paradis dans le cœur!... » Disait-elle en rappelant, vers la fin de sa vie, ces lointains et doux souvenirs.

 

A l'époque de ces précoces faveurs, Françoise ne songeait même pas à faire confidence de sa vie de familiarité avec Jésus : elle se contentait d'en jouir, croyant ingénument que tout le monde possédait le même privilège.

 

Toutefois, la pureté et la ferveur de cette enfant ne pouvaient échapper au digne Curé de la paroisse : aussi l'admettait-il fréquemment à la Table sainte. Et c'est lui qui découvrit en elle la vocation reli­gieuse et vint la présenter à notre Monastère.   (À suivre)

 

Extrait de: La brochure sur Soeur Marie Marthe et les Saintes Plaies.                                                                                                                                                                                                                                Monastère de la Visitation.  (1937)

 

ARCHEYECHE DE  CHAMBERY

 

Chambéry,  le 9 juillet 1924.

 

La brochure sur Soeur Marie Marthe et les Saintes Plaies se répand dans le monde pieux avec un vrai succès d'édification.

 

Heureux sommes-nous de voir ainsi Notre-Seigneur plus aimé et prié avec plus de ferveur. Que les maux de notre société trouvent un remède dans les Plaies de notre Sauveur !

Ce nous sera une grande joie qu'une modeste fleur de notre terroir salésien ait ainsi contribué d’embaumer les plaies du monde par le recours aux divines Plaies de Jésus.

 

Dominique CASTELLAN, Archevêque de Chambéry.

 

 

 

elogofioupiou.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 14:27

 

Le 2 décembre 1920, Jésus dit à Marie Fidèle :

 

 « J’aime les pécheurs et J’ai soif de leurs âmes. Les souffrances que tu as endurées avec Ma grâce et dans une union intime avec Moi, Je les ai unies au Sacrifice de la Croix, dont elles tirent toute leurs force.

 

«Je veux que tu* (*Sœur Marie Fidèle Weiss (1882-1923) vécut très saintement dans le monastère des tertiaires franciscaines de Reutberg, en Bavière) Me laisses toujours le choix du pécheur en faveur de qui J’appliquerai le fruit de tes souffrances, et de tes sacrifices, maintenant ou plus tard.

 

«Je suis le Seigneur qui règle tout pour le mieux, selon ce qui convient à Ma gloire et au salut des âmes. Ce sont les pécheurs en face de la mort qui ont un besoin plus grand de Ma miséricorde.

 

«Je suis le Bon Pasteur à l’égard des pécheurs ; c’est pourquoi envers toi, Ma victime J’agis comme un juste juge.

 

«Ne suppose aucune âme perdue jusqu’au dernier moment de sa vie. Mon amour de Rédempteur et Ma sollicitude de Pasteur poursuivent le pécheur avec longanimité jusqu’à la mort pour le sauver et le rendre heureux ; car J’aime les pécheurs. »

 

(Ed. allm., p.164; éd. franç., p. 175.)

 

http://amdg.over-blog.fr/article-pardon-et-misericorde-116848818.html

 

 elogofioupiou.com

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 10:40

 

 

 

 

 

Le  Christ  est  vainqueur ! Le Christ règne ! Le Christ  commande !

 

A Paul VI,  souverain  Pontife et pape universel, la paix, le bien et le salut éternel !

 

Que viennent des temps meilleurs ! Vienne la paix du Christ !

 

Que le règne du Christ et de Marie vienne !

 

 

elogofioupiou.com

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 06:07

 

Notre-Seigneur fit connaître, Ses desseins, à Sœur Marie Marthe Chambon (1841-1907) en ses termes :

 

« Je t’ai choisie pour réveiller la dévotion à Ma Sainte Passion dans les temps malheureux où vous vivez…

 

« Je veux que, par cette dévotion, non seulement les âmes avec lesquelles tu vis se fassent saintes, mais beaucoup d’autres encore…

 

«Ma fille, chaque fois que vous offrez à Mon Père les mérites de Mes Divines Plaies, vous gagnez une fortune immense…

 

«Que celui qui est dans le besoin vienne avec foi et confiance, qu’il puise constamment dans le trésor de Ma Passion.

 

«Voilà de quoi payer pour tous ceux qui ont des dettes. Il ne faut pas craindre de montrer Mes Plaies aux âmes… 

 

« Dans la contemplation de Mes Plaies on trouve tout pour soi et pour les autres.

 

«J’accorderai tout ce que l’on Me demandera par la dévotion aux Plaies. Ceux qui les honorent auront une vraie connaissance de Jésus-Christ. » (Vie, pp. 61 et 62.p)

 

 

http://amdg.over-blog.fr/article-ce-n-est-pas-pour-rire-116285599.html


elogofioupiou.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 07:19

                                

Première oraison        Pater et Ave

    O Jésus-Christ ! Douceur éternelle  pour tous ceux qui vous aiment, Joie qui surpasse  toute joie et tout  désir,  salut et espoir de tout pécheur.  Vous qui avez témoigné n'avoir pas de plus grand contentement que d'être parmi les hommes jusqu'à prendre la nature humaine en la fin des temps pour l'amour d'eux.

    Souvenez-vous de toutes les souffrances que vous avez endurées dès l'instant de votre conception, et surtout dans le temps de votre Sainte Passion, ainsi qu'il avait été décrété et ordonné de toute éternité dans la pensée divine.

    Souvenez-vous Seigneur, lorsque faisant la Cène avec vos  disciples,  après leur avoir lavé les pieds, Vous leur avez donné votre corps sacré et votre  précieux sang, et tout en les consolant avec douceur, vous leur avez prédit votre prochaine Passion.

    Souvenez-vous de la tristesse et de l'amertume que vous avez éprouvés en votre âme, comme vous le témoignâtes vous-même, en disant : " Mon âme est triste jusqu'à la mort."

    Souvenez-vous de toutes les craintes, angoisses et douleurs que vous avez endurées en votre corps délicat avant le supplice de la croix, quand après avoir prié trois fois en répandant une Sueur de Sang, vous fûtes trahi par Judas votre disciple, pris par la nation que vous aviez choisie et élevé, accusé par de faux témoins, injustement jugé par trois juges en la fleur de votre jeunesse dans le temps solennel de la Pâques.

    Souvenez-vous, que vous fûtes dépouillé de vos propres vêtements et revêtu de ceux de la dérision, qu'on vous voilà les yeux et la face, qu'on vous donna des soufflets, que vous fûtes couronné d'épines, qu'on vous mit un roseau à la main et qu'attaché à une colonne vous fûtes déchiré de coups, accablé d'affronts et d'outrages.

    En mémoire de toutes ces  peines et douleurs que vous avez endurés avant votre Passion sur la croix, donnez-moi avant ma mort, une vraie contrition, une pure et entière confession, une digne satisfaction et la rémission de tous mes péchés. 

    Ainsi soit-il.

 

Deuxième oraison         Pater et Ave

    O Jésus, Vraie liberté des Anges, Paradis de délices, ayez mémoire de l'horreur et de la tristesse que vous endurâtes lorsque vos ennemis, ainsi que des lions furieux vous entourèrent, et par mille injures, soufflets, égratignures et autres supplices inouïs vous tourmentèrent à l'envi.

    En considération de ces tourments, je vous supplie ô mon Sauveur, de me délivrer de tous mes ennemis visibles et invisibles, de me faire arriver sous votre protection à la perfection du salut éternel !            Ainsi soit-il.

 

Troisième oraison         Pater et Ave

     O Jésus, Créateur du Ciel et de la terre, que nulle chose  ne peut borner  ni  limiter,  Vous qui renfermez et tenez tout sous votre puissance, ressouvenez-vous de la douleur très amère que vous souffrîtes lorsque les Juifs, attachant vos mains sacrées et vos pieds  très délicats à la croix, les  percèrent  d’outre en outre avec de  gros clous  émoussés, et, ne vous trouvant pas dans l'état qu'ils voulaient, pour  contenter   leur   rage, ils agrandirent vos plaies, y ajoutèrent douleur sur douleur et par une cruauté inouïe,  vous allongèrent  sur la  croix  et vous tirèrent de tous côtés en disloquant vos membres.

    Je vous conjure ô Jésus, par la mémoire de cette très sainte et très aimante douleur de la croix, de me donner votre crainte et votre amour !  

    Ainsi soit-il.  

                  

Quatrième oraison        Pater et Ave

    O Jésus, Céleste médecin,  élevé  en croix pour guérir nos plaies par les vôtres, souvenez-vous des langueurs  et meurtrissures que vous avez souffertes en tous vos membres,  dont   aucun  ne  demeura en sa place, en  sorte qu'il n'y eut douleur  semblable  à la vôtre. Depuis la plante des  pieds  jusqu'au sommet de la tête, aucune partie de votre corps ne fût sans tourment. Cependant, oubliant  toutes vos souffrances,  Vous n'avez  cessé  de  prier votre  Père  pour vos  ennemis,  en  lui disant :  " Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font."

    Par cette grande Miséricorde et en mémoire de ces douleurs, faites que le souvenir de votre très amère passion opère en nous une parfaite contrition et la rémission de tous nos péchés.

    Ainsi soit-il.

  

Cinquième oraison         Pater et Ave

    O Jésus, Miroir de splendeur éternelle, souvenez-vous de la tristesse que vous avez eue, lorsque contemplant dans la lumière de votre Divinité la prédestination de ceux qui devaient être sauvés par les mérites de votre Sainte Passion, vous voyiez en même temps la grande multitude des réprouvés qui devaient être damnés par leurs péchés, vous plaigniez amèrement ces malheureux pécheurs perdus et désespérés. 

    Par cet abîme de compassion et de pitié, et principalement par votre grande miséricorde envers Dismas, le bon larron, lorsque vous lui avez dit: "En vérité, je te le dis, aujourd'hui même tu seras avec Moi dans le Paradis."

    Je vous supplie, ô doux Jésus, qu'à l'heure de ma mort, vous me fassiez aussi miséricorde !     

    Ainsi soit-il.

 

Sixième oraison         Pater et Ave

   O Jésus, Roi aimable et  tout  désirable, souvenez-vous de la  douleur que vous avez eue, quand nu  comme un misérable, Vous étiez  élevé  et  attaché à la croix, ou tous  vos parents et amis vous abandonnèrent, excepté votre Mère bien-aimée, Marie Madeleine, les saintes femmes  et Saint Jean, qui demeurèrent très fidèlement auprès de vous  dans  votre   agonie, c’est à cette occasion que vous recommandâtes votre  fidèle disciple à Marie en disant:

" Femme, voilà votre Fils ! " et à saint Jean : " Voilà votre Mère ! "

   Je vous supplie, ô mon Sauveur, par le glaive de douleur qui alors transperça l'âme de votre Sainte Mère, d'avoir compassion de moi en toutes   mes afflictions et tribulations tant corporelles que spirituelles et de m'assister dans toutes mes épreuves, surtout à l'heure de la mort.

   Ainsi soit-il.

   

Septième oraison         Pater et Ave  

   O Jésus, Fontaine de pitié inépuisable, qui par une profonde affection d’amour, avez dit sur la Croix :                     " J'ai soif ". 

   Oui, la soif du salut du genre humain.  Je vous prie ô mon Sauveur, d'échauffer le désir de nos cœurs pour tendre à la perfection dans toutes nos œuvres et d'éteindre entièrement en nous la concupiscence charnelle ainsi que l'ardeur des appétits mondains.

   Ainsi soit-il.

 

Huitième oraison       Pater et Ave

   O Jésus, Douceur des cœurs et suavité des esprits, par l'amertume du fiel et du vinaigre que vous avez goûté sur la Croix pour l'amour de nous, donnez-nous la sagesse de la croix et accordez nous, de désirer  recevoir spirituellement chaque jour, votre corps et votre sang précieux, pour donner à nos âmes soutien et réconfort pendant notre vie et surtout à l'heure de notre mort.     

   Ainsi soit-il.

 

Neuvième oraison      Pater  et  Ave

   O Jésus, Vertu royale et joie de l'esprit, ayez souvenance de la douleur,  que vous avez endurée pour nous, lorsque plongé dans l'amertume à l'approche de la mort, insulté et outragé par les Juifs, vous criâtes à hautes voix que vous aviez été abandonné  par  votre  Père  en  disant : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné ?"

   Par cette angoisse, je vous en conjure ô mon Sauveur, ne m'abandonnez pas dans les terreurs et les douleurs de la mort.                

   Ainsi soit-il.   

   

Dixième oraison        Pater et Ave

   O Jésus, Qui êtes en toutes choses, commencement et fin, vie et vertu. Souvenez-vous que vous vous êtes plongé pour nous dans un abîme de douleurs depuis la plante des pieds jusqu'au sommet de la tête. En considération de la grandeur de vos plaies, enseignez-moi à garder vos commandements par une vraie charité, ces commandements dont la voie est large et facile pour ceux qui vous aiment.

   Ainsi soit-il.

 

Onzième oraison       Pater et Ave

   O Jésus, Abîme très  profond de  Miséricorde, je vous en supplie en mémoire de vos plaies qui ont  passé  jusqu'à  la moelle de vos os et de vos entrailles, de  me  tirer moi misérable,  submergé par mes offenses,  hors du péché et de me cacher de votre face  irritée dans  les trous  de  vos  plaies,   jusqu'à ce que votre colère et votre  juste indignation soient passées.

   Ainsi soit-il.  

 

Douzième oraison        Pater et Ave

   O Jésus,  Miroir de vérité, marque d'unité, lien de charité, souvenez-vous de la multitude des plaies dont  vous avez  été  blessé de la  tête  aux  pieds, déchiré  et  tout rougi  par  l'effusion  de votre sang adorable.

   O grande et universelle douleur, que vous avez soufferte pour l'amour de nous  en  votre  chair  virginale !  Très doux Jésus qu'avez-vous pu faire pour nous, que

 vous n'ayez fait !

   Je vous en conjure, O mon  Sauveur, de marquer avec votre précieux Sang toutes vos plaies dans mon  cœur,  afin que j'y lise sans cesse votre douleur  et votre amour.

    Que par le fidèle souvenir de votre Passion, le fruit de vos souffrances soit renouvelé dans mon âme, que votre amour y augmente chaque jour, jusqu'à ce que je parvienne à Vous qui êtes le trésor de tous les biens et de toutes les joies, que je vous supplie de me donner, O très doux Jésus, dans la vie éternelle.

    Ainsi soit-il. 

 

Treizième oraison         Pater et Ave

    O Jésus, Lion très fort, Roi immortel et invincible, ayez mémoire de la douleur que vous avez endurée pour nous de toutes vos forces, tant du cœur que du corps et à la fin, étant entièrement épuisé, vous inclinâtes la tête en disant :           "Tout est consommé".

    Par cette angoisse et cette douleur, je vous supplie Seigneur Jésus, d'avoir pitié de moi  en la  dernière  heure de  ma  vie, lorsque mon âme sera dans l'angoisse et que mon esprit  sera  troublé.       

   Ainsi soit-il.  

   

Quatorzième oraison     Pater et Ave

   O Jésus, Fils unique du Père, Splendeur et  figure de  sa   substance,  souvenez-vous  de l'étroite et humble recommandation  que  vous fîtes  à  votre  Père  en disant :   "Père, je remets mon Esprit entre vos mains".

   Votre corps étant tout déchiré, votre cœur brisé et les entrailles de votre miséricorde ouvertes pour nous racheter, vous avez expiré. Par cette précieuse mort, je  vous   supplie  O  Roi  des  saints ! Confortez-moi, donnez-moi le secours pour résister au démon, à la chair et au sang, afin qu'étant mort au monde je ne vive  qu'en  Vous  seule.

   Recevez, je vous prie, à l'heure de ma mort, mon âme pèlerine et exilé   qui retourne vers vous.     

   Ainsi soit-il. 

 

Quinzième oraison       Pater et   Ave

   O Jésus, Vrai et féconde vigne, souvenez-vous de l'abondante effusion de sang que vous avez si généreusement répandu de votre corps sacré ainsi que le raisin sous le pressoir.

   De votre côté, transpercé d'un coup de lance par Longin, vous avez répandu du sang et de l'eau, en telle sorte  qu'il  n'en  est  plus  demeuré une seule  goutte  et  enfin,  comme  un faisceau de myrrhe élevé au haut  de  la Croix, votre chair délicate s'est anéantie, l'humeur de vos entrailles s'est  tarie et la moelle de vos os s'est séchée.

   Par cette amère passion et par l'effusion de votre précieux sang, je vous supplie, O doux Jésus, blessez mon cœur afin que mes larmes de pénitence et d'amour, nuit et jour, me servent de pain. Convertissez-moi entièrement à  vous, que mon cœur vous soit une perpétuelle habitation,  que ma conversation vous soit agréable et que la fin de ma vie soit tellement  louable, que  je  mérite  votre Paradis pour vous louer et vous  bénir à jamais avec tous les saints.

   Ainsi soit-il.

 

Transcrit le 4 janvier 2000, revue 15 mars 09. Par G. G.

 

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 21:58

 

 Sainte Mère de Dieu, Vierge très prudente, je veux avec mon ange gardien, vous accompagner sur la voie du Calvaire  où tant de fois vos pas ont suivi le chemin sanglant de votre Fils adorable. Je veux méditer avec vous  les souffrances que Jésus a endurées pour mes péchés.  Que mon cœur soit rempli des sentiments de compassion et d'amour, dont le vôtre surabonde.

 

Reine du Ciel et de la terre, Reine conçue sans le péché originel, obtenez-moi de réussir à gagner  les personnes qui me sont chères,  à une vie plus chrétienne et plus sainte. Faites que j'accepte les épreuves et les souffrances de la vie, en expiation de mes péchés  et pour la conversion des pauvres pécheurs.

 

*** Pater…  

*** Ave Maria… 

*** Gloria Patris…

 

O Marie, Mère de Jésus et ma mère, si généreuse en grâce, Vous avez donné vie à Jésus ici bas, donnez-Lui vie en mon âme, obtenez-moi cette vie d’intimité que vous avez si bien vécue avec Lui. Que sa vie soit la mienne et que ma vie soit la sienne, qu’elles se confondent et que je puisse dire pour moi, vivre c’est le Christ, que je me fixe en Lui pour y demeurer toujours.  Mère bénie faite que Jésus repose à jamais dans mon cœur et que je repose à jamais dans le Cœur de Jésus.

 

I - Jésus est condamné à mort.

 

Ste Marie, Mère de Dieu, quelles angoisses inimaginables ont déchiré votre cœur maternel quand vous entendiez les clameurs de haine des Juifs réclamant la mort de votre Fils.  Puisque c'est pour me sauver de l'enfer, que Jésus innocent, accepta  d’être condamné à mort, ne permettez pas Mère très  pure,que je demeureinsensible devant tant  de souffrances endurées pour moi avec autant d’amour.

 

Reine  des  confesseurs,  donnez-moi  la grâce  de  compatir  dignement  avec Vous  aux douleurs   secrètes   de  Jésus.  Faite  que  le spectacle  de   tant  d'humilité,  guérisse mon orgueil, et me  fasse  pleurer  mes  infidélités, afin  que  je  ne  sois pas condamné au tribunal du Souverain Juge!   Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.   (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

II - Jésus est chargé de sa Croix.

 

Ste Marie, Mère de  la  divine  grâce, si la Croix qui pèse si lourdement  sur les épaules de Jésus,  s'appesantit aussi sur votre cœur maternel, c’est que Vous étiez intimement unie à votre Fils  dans ses souffrances pour le salut de mon âme.   Vous portiez avec Lui la croix de mes péchés et deveniez ainsi notre Co-rédemptrice.

 

Reine de la Paix, donnez-moi la patience et le courage de porter moi aussi ma croix, pour me dépasser tous les jours  et de supporter avec charité les défauts de ceux qui m'entourent.  Donnez-moi votre amour  pour que j'aille au devant de tous les sacrifices  quand il s'agira de vous plaire et de vous servir, afin d’envisager sereinement l’idée de la mort libératrice qui me fera prendre mon envol vers vous.  Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.   (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

III -Jésus tombe la première fois.

 

Ste Marie, Mère sans tache, qu'il est lourd pour Jésus le fardeau de la Croix.   Sous les coups des bourreaux, Jésus tombe contre terre  et la  couronne d'épines  s'enfonce   profondément dans sa tête.  Cette première chute a déchiré votre cœur maternel.  Vous avez accepté ce tourment avec votre Fils  pour expier mon orgueil et ma témérité,  sources de toutes mes chutes dans le péché.

 

Mère des Douleurs, je vous fais amende honorable, donnez-moi la force d’une véritable et sincère conversion.  Que le souvenir de mes lâchetés déchire mon cœur  et me garde dans une profonde humilité !   Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.   (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

IV  - Jésus tombe une deuxième fois.

 

Ste Marie, Reine des Vierges, vous seule pouvez pénétrer parfaitement le mystère de douleurs,  qui déchire le cœur de votre Fils  lors de cette seconde chute sous la Croix. C'est le nombre incalculable de nos rechutes dans le péché  qui l'accable et le fait tomber de nouveau.

 

Je vous en conjure Mère aimable, par vos larmes et les douleurs de Jésus,  guérissez-moi de l'amour désordonné des créatures,  corrigez-moi de mon égoïsme et de mon orgueil.  Donnez-moi le courage de toujours me relever, si j’ai le malheur de tomber, et surtout, accordez-moi la force de fuir les occasions dangereuses.     Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

V - Jésus tombe une troisième fois.

 

Notre  Dame de pitié, si notre doux Sauveur accepte cette troisième chute,  plus cruelle que les précédentes, et si les bourreaux redoublent leurs outrages et leurs coups, c'est pour expier l'amour des plaisirs défendus, qui jettent tant d'âmes en enfer.  C’est aussi pour donner aux pécheurs, la grâce de la dernière chance, soit celle de regretter sincèrement leurs péchés, à l’heure de leur mort.

 

Ste Marie,  Reine des prophètes, dont le cœur fut si souvent déchiré,  quand après l'Ascension de Jésus,  vous vous arrêtiez pleine de douleurs à cette station, aidez-moi à réparer tant de sensualités dont je me suis rendu coupable.

 

Vierge très chaste, communiquez-moi votre pureté,  obtenez-moi un grand amour pour cette angélique vertu,  qu’elle me fasse craindre les moindres souillures.  Faite que, je ne sois jamais pour les autres, une occasion de pécher !        Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.   (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

VI -  Véronique essuie le Visage de Jésus.

 

Ste Marie, Mère du Grand Amour, quelle consolation pour vous que le geste courageux de cette femme  qui essuie le Visage de votre Fils  couvert de crachats, de sueur et de sang.

 

Je veux vous procurer la même joie  en purifiant mon âme qui fut créée à l'image de Dieu, et qui est maintenant couverte de  souillures à cause de mes péchés.

 

O ma Souveraine, aidez-moi à surmonter mes lâchetés, obtenez-moi une parfaite pureté du cœur, du corps et de l’esprit,  pour réimprimer à jamais dans mon âme  l'image de Jésus dans toute sa beauté.   Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

VII - Jésus console les saintes femmes.     

 

Ste Marie, Mère toujours Vierge,  obtenez-moi de comprendre la bonté du Cœur de Jésus  et sa tendre compassion pour nos misères. Il oublie même ses affreux tourments, pour consoler les pieuses femmes désolées.

 

Avec vous Tendre Mère,  je veux trouver près du Cœur de Jésus  le soulagement de toutes mes amertumes  et la consolation de toutes mes peines.  Je sais qu'il n'y a pas de consolation possible,  si je ne commence par pleurer mes péchés, qui sont la cause de toutes les souffrances.

 

  Mère puissante, laissez tomber sur mon cœur ainsi que sur le cœur des mourants et sur le cœur de chacune des personnes qui me sont chères, et auxquelles je m’intéresse spirituellement, une de vos larmes pour les attendrir. Imprimez-y les Plaies de Jésus, ainsi que le désir d'une vraie contrition et d’une sincère pénitence.  Augmentez en eux la voix de leur conscience.    Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs. (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

VIII - Simon aide Jésus

 

Ste Marie, Mère du bon conseil,  quand je médite la générosité du Cyrénéen,  qui soulage votre Fils en l'aidant à porter sa Croix,  accordez-moi d'accepter la part de souffrances  qui m'associe à sa Passion et à soulager ses douleurs.

  

Reine des Patriarches, c’est Vous qui avez soulagé, plus que tout autre,  cette soif de consolations de notre Sauveur.  Rendez mon cœur plus généreux  dans l'acceptation de toutes les peines et les difficultés de la vie.

 

Divine consolatrice des enfants de Dieu,  soyez pour moi le compatissant et miséricordieux Simon, aidez-moi à porter la croix de mes épreuves et celle de mes ennuis,  par amour pour vous et par amour pour votre Divin Fils.  Faites, Bonne Mère, que je découvre et comprenne la véritable valeur de la souffrance.  Veuillez imprimer dans mon cœur cette précieuse connaissance.   Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.   (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

IX - Jésus rencontre sa Sainte Mère.

 

Ste Marie, Mère du Sauveur, je ne pourrai jamais comprendre, la grandeur de la douleur que vous avez ressenti en votre cœur maternel, en voyant votre Fils  ensanglanté, épuisé, bousculé et frappé par les bourreaux.   Vous vouliez être là pour le soutenir de votre présence maternelle, car pour un enfant qui souffre,  il n'est pas de consolation plus grande que celle de la présence de sa mère.

 

Reine de tous les Saints, j’aimerais justement avoir en ma poitrine les cœurs de tous les saints,  pour essayer de consoler le vôtre de toutes les angoisses,  que vous avez endurées pour mon salut. 

 

Souvenez-vous   Mère admirable,  que  je  suis votre enfant, venez me fortifier aux heures difficiles  de l'épreuve et de la tentation.  Lorsque mon âme quittera cette vie,  venez à ma rencontre pour me présenter à Jésus votre divin fils. Que ma grande espérance en vous  me guide vers la  Lumière éternelle !       Ainsi soit il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

X - Jésus est dépouillé de ses vêtements.

 

Notre Dame des Sept douleurs, je pense aux frémissements et aux atroces souffrances,  que vous avez éprouvé dans  votre  cœur maternel, lorsque vous assistiez à l'humiliant et cruel dépouillement de votre Fils, surtout en voyant  couler de  son corps sacré ce sang divin, le prix de notre salut.

 

C'est pour me faire recouvrer ma robe d'innocence, que vous et votre Fils souffrez ainsi. Vous avez voulu réparer les exagérations de la mode,  du luxe, de la vanité des toilettes mondaines et indécentes,  sources de tant de scandales insoupçonnés.

 

Ste Marie, Reine des anges, pardonnez-moi  les peines que vous ont causées tant de fois  mes imprudences. Je vous prie de revêtir mon âme de la modestie et de la simplicité des anges,  afin que j'inspire toujours autour de moi  la dignité et le respect.       Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

XI - Jésus est cloué à la Croix.

 

Ste Marie, Mère du Perpétuel Secours, les coups redoublés qui fixent les membres de votre Fils à la croix, ont résonnés douloureusement dans votre cœur.  Toutes les blessures faites au corps du Sauveur s'impriment cruellement dans votre âme et vous avez souffert tout cela avec une telle intensité  qu'aucune douleur ne sera jamais  comparable à la vôtre.  J'ai honte, à la pensée que c'est moi, par mes péchés et par mes infidélités à la grâce, qui vous ai causé ce martyre.

 

Reine du Très Saint Rosaire, je veux par vos mains,  renouveler les promesses de mon baptême. Je veux être cloué avec votre Fils a la Croix, par les sacrifices de mon devoir d'état, selon la grande promesse que fit votre divin Fils : "Quand je serai élevé de terre,  j'attirerai tout à moi".   Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

 

XII - Jésus meurt sur la Croix.

 

Ste Marie, Vierge fidèle, vous étiez là au pied de la croix où Jésus mourait,  et la douleur de votre âme fût semblable à l'immensité de l’univers. Je ne puis compatir dignement à l'affliction de votre cœur  et vous rendre hommage pour l'immense amour que  vous  avez eu  pour  moi.   C'est pourquoi, je vous offre la  divine  compassion  de  Jésus, car lui seul a connu tout le poids et la grandeur de vos souffrances.

 

Reine des Martyrs, c'est à ce moment  par la volonté de votre Fils,  que vous êtes devenue Mère de tous les hommes,   lorsqu’il dit à saint Jean : "Voilà votre Mère".   Malgré mon indignité, je me réfugie dans votre amour maternel.  Je me remets entre vos mains et je m'abandonne à vous.  Disposez de moi selon votre bon plaisir  et celui de votre divin Fils.  Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

XIII - Jésus est descendu de la croix et remis à sa Mère.

 

Ste Marie, Reine des apôtres,   en recevant dans vos bras le corps sacré de votre Fils, couvert de blessures, vous vous rappeliez les caresses et les soins que vous lui donniez avec tant d'amour à Nazareth et votre cœur fût transpercé de mille glaives de douleur.

 

Puisque c'est moi, par mes péchés, qui fût la cause de sa mort et celle de vos souffrances,  Vierge  digne de  louange  je vous  demande pardon pour tant d'ingratitude.

 

Je veux, avec chacune des personnes qui me sont chères et mon Jésus, me placer dans vos bras de Mère.

Par les  Saintes Plaies de Jésus, guérissez les plaies de nos âmes  et que son Sang divin nous lavent de toutes nos souillures. Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

XIV - Jésus est déposé au tombeau.

 

Ste Marie, Vierge des Vierges,  pour que votre sacrifice fût complet, il a fallu que le Corps adorable de Jésus   disparaisse de vos yeux derrière la pierre du tombeau. Dans le silence de votre cœur,  vous avez gardé  secrètement   cette déchirante séparation en retournant à Jérusalem avec Jean devenu votre fils.

 

En terminant avec vous ce chemin de la Croix, Vierge Clémente, faites que je conserve en mon esprit le souvenir de toutes ces souffrances. Gravez dans mon âme les Plaies de mon Sauveur  et plantez sa Croix  dans mon cœur.  Je veux que le souvenir des angoisses du Calvaire me garde dans une inviolable fidélité  à mon devoir d’état, et me fortifie contre toutes les tentations jusqu’à la dernière heure de ma vie.    Ainsi soit-il.

 

Nous vous adorons, O Jésus et nous vous bénissons, parce que vous avez racheté le monde par votre Sainte Croix.    (3 ans)

 

Père Éternel, je vous offre les plaies de N.S.J.C. pour  soulager les âmes du purgatoire et pour la conversion des pécheurs.  (300 jours)

 

Père Éternel, je vous offre le Sang très précieux de N. S. J. C. en expiation de mes péchés, pour les besoins de votre Sainte Eglise et pour le Pape Paul VI. (500 jours chaque fois)

 

Modifié par Gérald Guay,  le 23 novembre 2002 et le 30 octobre 2011, fête du Christ Roi.

L’ordre logique des stations m’a été inspiré par la lecture : L’Évangile tel qu’il m’a été révélé, de Maria Valtorta.

 

elogofioupiou.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 10:19

C’est à Sainte Angèle de Foligno que fut dite cette parole :

 

« Tous ceux qui aimeront et qui partageront Ma pauvreté, Mes douleurs, Mon abaissement, sont Mes fils légitimes et ils seront les tiens, les autres ne le sont pas. Ceux qui auront l’esprit fixé sur Ma Passion et sur Ma Mort, en dehors desquelles il n’y a pas de vrai salut, ceux là sont Mes enfants légitimes ; les autres ne le sont pas ». (Doncoeur, p. 241 ; Ferré p. 343.)

 

Une autre fois Dieu lui dit : « A tes fils présents et absents Je donnerai le feu du Saint-Esprit, Il les enflammera tous, et par l’amour il les transformera totalement en Ma Passion.

 

 Il y aura, cependant, entre eux de grandes différences : ceux qui se souviendront davantage de Ma passion M’aimeront davantage ; ceux qui M’aimeront davantage Me seront plus unis. »        (Doncoeur, p. 223 ; Ferré, p. 231.)

 

Et à Sainte Mechtilde :

 

 « Autant de fois, au souvenir de Ma Passion, l’homme gémit du fond de son cœur, autant de fois il semble appliquer une rose fraîche sur Mes plaies, et il en part pour atteindre son âme un trait d’amour qui lui fait une blessure de salut. » (Ire part., ch. XVI.)

 

 

A la vénérable Agnès de Langeac :

 

« C’est Moi qui suis l’amour même. Je l’ai montré dans l’excès de Ma Passion. Oh ! Bienheureux sont ceux qui s’y entretiennent, quoique le nombre en soit fort petit ! Ceux qui la méditent n’auront pas peur des dernières paroles que Je dirai aux pécheurs lors du dernier jugement. » (Vie, par Lantage, t. II, IIIe part., ch. v, p.129.)

 

Sainte Mechtilde ayant demandé au Seigneur ce qui lui plaisait le plus en l’homme, Il répondit :

 

 « C’est qu’il médite avec un profond sentiment de reconnaissance et garde dans une perpétuelle mémoire tous les actes de vertu que J’ai accomplis sur la terre, toutes les peines et les injures que J’ai supportées pendant trente trois ans, en quelle misère J’ai vécu, quels affronts J’avais à supporter de Mes créatures, et enfin que Je suis mort en croix de la mort la plus amère, pour l’amour de l’âme de l’homme que J’ai acheté de Mon Sang Précieux, afin d’en faire Mon épouse. Que chacun ait pour tous ces bienfaits autant d’affection et de reconnaissance que si J’avais souffert pour son salut à lui seul. » (I part., ch. XVIII.)

 

http://amdg.over-blog.fr/article-ce-n-est-pas-pour-rire-116285599.html

 

elogofioupiou.com

 

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 05:50

Très Sainte Trinité, dans cette longue nuit de l'histoire, je vous offre l'amour que la Très Sainte Vierge Marie a pour Vous; je vous offre l'inimitié et la haine qu'Elle a reçues en don, contre le démon, cet ennemi infernal qui travaille à abaisser le Fruit Béni de Ses Entrailles, à Le faire placer sur le même plan que les faux dieux, et à rabaisser Sa Sainte Religion au même plan que les fausses religions…

 

Très Sainte Trinité, je vous offre l'inimitié que la Très Sainte Vierge porte à la volonté du démon, occupé à soustraire les âmes à Dieu par la séparation de l'Église et de l'État.

 

O Très Sainte Vierge Marie, par la grâce de ce mystère d'inimitié, que Vous avez pour le serpent, laissez-moi unir mon esprit au Vôtre pour que je ne sois pas vaincu par les œuvres du démon; ne permettez pas que je respecte l'ennemi de Dieu, même si la presque totalité des hommes le font aujourd'hui.

 

«O Très Sainte Trinité, je vous offre aussi l'acte de foi solitaire, cruel et parfait que fit la Très Sainte Vierge Marie le Samedi Saint, lorsque tous avaient perdu la foi» (Saint Bernard).

 

O Notre-Dame, par la grâce de ce mystère, donnez-nous de garder la Foi en ce Samedi Saint de l'Église, faite que nous ne craignions pas de nous retrouver seuls à croire aux conséquences de la Divinité de Votre Fils !

 

        O Notre-Dame, pour nous obtenir ces grâces, offrez à la Très Sainte Trinité, par vos Mains très pures, ce Trésor caché qu'est le Saint Sacrifice de la Messe encore célébré sur la terre.  (Abbé Tam)

 

Inspiré de : http://amdg.over-blog.fr/article-priere-dans-la-nuit-115758641.html


elogofioupiou.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 15:59

Présentation de Marie au Temple.     

 

Ce qui se passa ce jour la, dans l’âme très sainte de la petite Marie, innocente par son âge et surtout par sa conception immaculée est le Secret  Divin. Marie enfant est présentée au Temple, pour y être consacrée, par ses parents, Sainte Anne et Saint Joachim, obéissant à l’inspiration du Saint Esprit. Sous l’action du même Souffle l’enfant offrit toute sa personne, corps et âme au service de Dieu.

 

C’est sa vocation de Servante, qui commençait. Il y aura toute sa vie une infinité d’événements où elle pourra offrir dans la joie, la douleur et la gloire son Fiat et son Magnificat.

 

Nous pouvons nous unir spirituellement à l’offrande mariale  en faisant nôtre cette sublime prière de Sainte Gertrude, pour que les consacrés et leur chef légitime retrouvent la place d’honneur dans l’Église.

 

La bienheureuse Gertrude ayant offert cette prière d’offrande à Dieu, Notre-Seigneur lui apparut, et lui représenta cette offrande qu'elle venait de faire, sous la forme d'un riche présent envoyé à l'Auguste Trinité; et tandis que ce présent s'élevait dans les Cieux, les Anges paraissaient fléchir par respect le genou devant lui à son passage. Elle comprit alors que lorsqu'on offre à Dieu des prières ou de saints désirs, la Cour céleste entière les reçoit et les élève vers Son Trône, comme des dons qui lui sont agréables  mais lorsqu'on ajoute à ses propres mérites ceux de Jésus-Christ, les Saints témoignent en outre leur respect de la manière qu'on vient de dire.

 

« O Dieu de gloire, Maître suprême du ciel et de la terre, tout indigne créature que je suis, je Vous offre sur l'Autel sacré du Très doux Cœur de Jésus, je Vous offre dis-je et sans réserve ma personne, tout ce que je suis, tout ce que je puis, et aussi tous les biens que le flot infini de Votre Bonté a laissé déborder sur moi. De plus, je Vous offre tous les trésors et toutes les richesses du monde, les monarchies, les royaumes, les principautés, les honneurs et les dignités; je Vous les offre, disposé de telle sorte que, si je possédais tous les trésors du monde, je voudrais les employer à soulager les pauvres ou à faire des bonnes œuvres, et ce serait en même temps, pour moi un bonheur de rester dans ma situation présente.

 

Je vous offre ensuite, sur le même Autel,  toutes les vertus, les dévotions, les mérites et la sainteté de tous les justes; je vous offre toutes les afflictions, les croix, l'indigence et la pauvreté, de tous les pauvres, de tous les affligés et de tous les infirmes; je vous offre toutes les peines, les tourments, les plaies, les supplices sanglants et la mort de tous les martyrs; je vous offre toutes les pénitences, les mortifications, les veilles, les jeûnes et les austérités de tous les confesseurs; je vous offre tout l'amour, la continence et la pureté de toutes les vierges; et je Vous offre tous ces mérites comme s'ils m'appartenaient, et comme si je les possédais; je Vous les offre avec l'intention la plus pure pour Votre gloire, pour le Pape Paul VI, pour votre Sainte Église en péril et pour les âmes expiatrices.

 

Je Vous offre cette plénitude de grâce et de gloire, dont Vous avez enrichi avec tant de magnificence Vos Saints dans le ciel, et surtout la très haute et très digne Marie, la Mère de Votre Fils Unique, trésors dont il est impossible à l'intelligence humaine de s’en figurer la grandeur.

 

Mais par dessus tout, je Vous offre les vertus que Votre divin Fils a pratiquées et les mérites qu'Il a acquis sur la terre; je Vous offre toutes les grâces et tous les dons puisés dans le trésor infini de la Très Sainte Trinité et que Vous avez répandus sur Sa Très Sainte Humanité.

 

A la vue de tant de merveilles, je veux au nom du ciel, de la terre et des enfers, célébrer Votre magnificence; je veux, accompagné des plus ravissants accords divins, du Cœur déifié de Votre Fils, dont l'Esprit-Saint fait raisonner les accents d'amour; je veux chanter à Votre gloire des hymnes de louanges et d'actions de grâces au nom du ciel, de la terre et des enfers, et Vous rendre ainsi ce qui Vous appartient.

 

               Enfin je Vous offre le trésor inestimable, le trésor infini de Vos richesses et de Vos perfections, trésor que renferme Votre Divine Essence et que les Personnes divines se communiquent entre elles avec le plus doux et le plus ineffable amour. Je Vous remercie avec toute l'affection dont je suis capable de ce bonheur dont Vous jouissez; je Vous félicite de posséder en Vous et pour Vous ces immenses trésors de délices et de les communiquer éternellement à Vos élus. Ainsi donc, O mon Roi, vivez éternellement, jouissez éternellement de ce bonheur qui n'est autre que Vous-même, et daignez nous envoyer, à nous pauvres exilés de cette vallée de larmes, quelques miettes de cette magnifique table où sont assis Vos élus. Ainsi soit-il. »

 

http://amdg.over-blog.fr/article-le-zele-de-ta-maison-me-devore-112669781.html

elogofioupiou.com

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens