Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 01:34

735. L'Eglise est édifiée sur la papauté: qu'en est-il?
C'est un fait; l'Eglise est édifiée sur le roc qu'est Pierre, sur les apôtres et sur les papes.
Le magistère est uniquement garanti par les papes encore qu'il n'est pas indispensable que l'Eglise ait toujours un pape, puisque, chaque fois qu'un pape meurt, l'Eglise se trouve sans pape à sa tête pendant un temps plus ou moins long. Il y a eu pas mal de périodes où le siège de Pierre était vacant. D'autre part il y a eu des périodes où il y avait un ou plusieurs antipapes et personne ne savait quel était le vrai pape. Il se pourrait donc que le Christ permette qu'à la fin des temps il n'y ait pas de pape pendant un certain temps ou même plus de pape du tout jusqu'au retour du Christ. D'ailleurs, c'est le Christ Lui-Même qui dirige les fidèles, car c'est Lui la tête de l'Eglise.
736. Est-ce que l'arbitraire en matière de foi est inévitable si, en l'absence de pape il n'y a pas de magistère dans l'Eglise?
Même en l'absence de pape le dépôt de la foi laissé par le Christ et les apôtres garde son caractère obligatoire dans l'interprétation que le magistère en a donné. En cette matière l'arbitraire est donc exclu.
Les hérétiques seront cependant plus effrontés à répandre leurs hérésies, parce qu'ils n'ont pas à redouter des sanctions par un pape. Mais pour ceux qui veulent rester catholiques le dépôt de la foi restera toujours obligatoire. Tous les papes jusqu'à Pie XII inclus ont interprêté et explicité le dépôt révélé. Ce qu'ils ont défini reste en vigueur.  II ne serait pas possible de bien mener le combat contre l'église oecuménique-romaine, sans se baser sur les définitions du passé.

Extrait du Catéchisme de l’Oratoire, traduit par l’abbé Paul Schoonbroodt
Edition SAKA
elogofioupiou.over-blog

Repost 0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 01:31

Pour vous aider à comprendre le complot, dont fut victime, le Pape Paul VI, je me permets de vous, offrir la possibilité de lire quelques pages du volume de Louis de Boanergès.  L’extraordinaire Secret de La Salette. (1988)  Disponible  aux Editions  D F T.

226

« Elle est l'assemblée solennelle de la communauté chrétienne, le grand moyen de faire vivre le Christ dans la communauté paroissiale et dans les cœurs de chacun de ses membres. » C'est à la page 13 de notre « Directoire » de 1956, lequel, pour cette magistrale définition qui occulte l'aspect essentiel et premier du Saint-Sacrifice de la Messe, fait appel à un autre « Directoire pour la pastorale des sacrements — adopté par l'Assemblée plénière de l'Episcopat pour les diocèses de France », de 1951. Voir ces documents si importants en-pages photographiques.
Dans le même temps (et c'est notre deuxième exemple) c'est-à-dire en 1952, on construisait des Eglises préparant le nouveau culte dit de Paul VI, face au peuple. Lisez le court article que nous avons reproduit également en pages photographiques et tiré de cet ignoble « Pèlerin du xxe s. », revue démocrato-progressiste à coloration religieuse très pâle, patronnée par la Hiérarchie qui n'a pas été pour peu dans la dégénérescence de la Foi du peuple chrétien et la subversion de l'ordre social. Dès 1963, « une église retenait l'attention du rédacteur ». Nous aussi, elle retient notre attention, « 25 ans » après, car elle est effectivement historique. Qu'on en juge par la lecture attentive de l'article en question...
... Vraiment, quelle astuce proprement diabolique ! Nous faisons ci-dessous un croquis de cette mignonne église néo-rustique dont il faut reconnaître la belle esthétique extérieure et l'art du meilleur goût... camouflant magnifiquement le venin mortel de l'intérieur... comme avec l'AntéXst :
           
        
           
           
           
           
On voit tout de suite le piège, consommé en hypocrisie. Cette église a été conçue architecturalement pour l'expérimentation liturgique. Voilà pourquoi le rédacteur du « Pèlerin » qui ne pouvait tout de même pas l'avouer ouvertement voulait « retenir l'attention » de ses lecteurs... Il est bien facile de comprendre qu'une fois le rideau tiré, il y avait une partie des assistants qui avaient la Messe dos au prêtre tandis que l'autre l'avait FACE AU PEUPLE. C'est ce que le rédacteur du « Pèlerin » appelle « suivre les offices d'une façon parfaite »...
D'autre part, il est bien évident que cette église ne s'est pas construite « à la sauvage » et que l'architecte avait l'approbation de l'Evêque et du prêtre du lieu : autrement dit, la veule et hypocrite Hiérarchie cautionnait voire promouvait (1) le
(1) Qu'attendre d'autre de fonctionnaires concordataires, de surcroît francs-maçons pour beaucoup d'entre eux : G. Riquier précise que le Cardinal Liénart était Franc-Maçon — ce que tout le monde sait, mais ce qui est beaucoup moins connu c'est la suite — : « il était un des dix-sept évêques
( à suivre )
elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 23:22

Oraison Universelle de Clément  Xl

Mon Dieu  je crois en vous, fortifiez ma foi. J’espère en vous, assurez mon espérance. Je vous aime, redoublez mon amour. Je me repens d'avoir pé-ché, augmentez mon repentir.
Mon Dieu je vous adore, Vous mon premier principe, Je vous désire, Vous ma fin dernière, Je vous remercie, Vous mon bienfaiteur perpétuel, Je vous invoque, Vous mon souverain défenseur.
Mon Dieu daignez : me diriger par votre sagesse,  me contenir par votre justice, me consoler par votre miséricorde, me protéger par votre puissance.
Mon Dieu je vous consacre : mes pensées, mes paroles, mes actions et mes souffrances, afin que désormais je ne pense qu'à vous, je ne parle que de vous, je n'agisse que selon vous, je ne souffre que pour vous.
Seigneur, je veux ce que vous voulez, parce que vous le voulez, comme vous le voulez, autant que vous le voulez.
      Mon Dieu je vous prie : d'éclairer mon entendement, d'affermir ma volon-té, de purifier mon corps, de sanctifier mon âme.
      Mon Dieu aidez-moi : à expier mes offenses passées, à surmonter mes ten-tations à venir, à corriger les passions qui me dominent, à pratiquer les vertus de mon état.
Remplissez mon cœur : de tendresse pour vos bontés, d'aversion pour mes défauts, de zèle pour mon prochain, de mépris pour le monde.
Seigneur, que je me souvienne d'être, soumis à mes supérieurs, charitable envers mes inférieurs, fidèle à mes amis,  indulgent pour mes ennemis.
Venez à mon secours pour vaincre, la volupté par la mortification, l'ava-rice par l'aumône, la colère par la douceur, la tiédeur par la dévotion.
Mon Dieu rendez-moi, prudent dans mes entreprises courageux dans les dangers, patient dans les difficultés, humble dans les succès.
Ne me laissez jamais oublier, de joindre l'attention à mes prières, la tempé-rance dans mes repas, l'exactitude à mes emplois, la constance dans mes résolutions.
Seigneur inspirez-moi le soin d'avoir toujours, une conscience droite, un ex-térieur modeste, une conversation édifiante et une conduite régulière.
Que je m'applique sans cesse, à dompter la nature, à seconder la grâce, à garder la foi, à mériter le salut.
Mon Dieu, faites moi découvrir qu'elle est, la petitesse de la terre, la gran-deur du ciel, la brièveté du temps, la longueur de l'éternité.
Mon Dieu faites que, je me prépare à la mort, que je craigne votre juge-ment, que j'évite l'enfer, que j'obtienne enfin le paradis, par Jésus Christ Notre Seigneur.
Ainsi soit-il.
« Indulgence 5 ans à chaque fois + Indulgence plénière une fois par mois, en vertu des conditions usuelles. (S. C. Peng., 11 mars 1960. »

elogofioupiou.over-blog.com


Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 23:19

Pour vous aider à comprendre le complot, dont fut victime, le Pape Paul VI, je me permets de vous, offrir la possibilité de lire quelques pages du volume de Louis de Boanergès.  L’extraordinaire Secret de La Salette. (1988)  Disponible  aux Editions  D F T.

225

Nous prendrons l'exemple central de la subversion de la Messe Catholique.
L'ouvrage de l'Abbé Bonneterre (1) est certes très révélateur sur ce sujet : dès 1925 avec l'œcuméniste Dom L. Beauduin, il y eut un mouvement subversif de plus en plus général dans l'Eglise amenant à terme la déliquescente « nouvelle messe ». Or, celle-ci est déjà pratiquement enfantée dans les cerveaux des chefs officiels de l'Eglise DÈS AVANT le Concile Vatican II et l'élection de S.S. Paul VI...
Il est déjà remarquable de constater, comme le fait l'Abbé Bonneterre, que « l'Ordo de Taizé », rédigé en 1959 par des protestants et des catholiques « avancés » est quasi semblable à la nouvelle messe de 1969, dite de Paul VI. Mais nous avons dans nos archives un document combien plus probant ! Qu'on en juge :
En 1956, l'assemblée des cardinaux et archevêques français éditait un « Directoire pour la pastorale de la Messe à l'usage des diocèses de France », document comme on le voit on ne peut plus officiel.
En couverture, photo d'une Messe-« modèle » (voir reproduction en pages photographiques). Cette photo est un document historique extraordinaire.
Autel face au peuple. Crucifix et autel « à la protestant ». Différences entre les acolytes et le célébrant principal, tous en aube, gommées au maximum (à tel point qu'on se demande s'il ne s'agit pas d'une concélébration !). Magnifique soleil de l'ostensoir négligemment posé sur le pilier, dans l'ombre (rien n'est l'effet du hasard dans cette photo très officielle destinée à tous les presbytères de France). Bref, que le lecteur regarde lui-même cette photo : elle dispense de tous commentaires. La Messe ressemble tellement au « novus ordo missae » de 1969, dit de Paul VI, que nous avouons avoir regardé à deux fois la date d'édition de ce « Directoire », croyant que nos sens nous trompaient. Mais non, c'est bien cela : 7956. Huit ans avant le Concile Vatican H, 13 ans avant (!!!) la « nouvelle messe » dite de Paul VI, l'ensemble des cardinaux, archevêques et évêques français avec certainement une bonne partie de leur clergé avaient déjà toute la nouvelle messe dans la tête ! Car ce « Directoire » très officiel était fait pour être diffusé en masse (et l'a sûrement été) dans tous les presbytères de France et de Navarre... « Les mauvais livres abonderont sur la terre », c'est cela aussi...
Le contenu de ce « Directoire », tout en reprenant pharisaïquement l'exposé traditionnel de la Messe, ouvre en même temps par de petites phrases... à tout ce que la photo de couverture représente. On connaît la méthode, style Vatican II. On a reproché la définition hérétique de la Messe dans le « Novus Ordo Missae » de 1969 (2). Mais elle n'est jamais que la reprise de la définition co-signée par Nosseigneurs les cardinaux et archevêques Français... en 1951, soit 18 ans avant !!! Nos « Princes de l'Eglise » définissaient ainsi la Messe :
(1) « Le mouvement liturgique », Abbé Bonneterre,  1980.
(2) Rappelons pour les mémoires défaillantes que celui-ci a été concocté par Bugnini et sa clique franc-maçonne, et que Paul VI n'a signé que forcé... ce que reconnaît, entre autres, Jean Madiran dans sa plaquette « La Messe, état de la question », en 1975; il en faisait d'ailleurs une de ses quatre fondamentales raisons du refus du N.O.M. et affirmait, en exergue, que ces quatre arguments développés publiquement depuis 1972 (dont la non-liberté de S.S. Paul VI), « n'ont fait l'objet d'aucune tentative de réfutation »...

(a suivre)

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 03:35

L’Évangile tel qu’il m’a été révélé  de
Maria Valtorta. Volume 3, page 75.

Jésus est sur le lac de Tibériade dans une barque, avec ses apôtres et Jeanne sa disciple, qu’il avait guérit d’une grave maladie.
Jésus arrête sa contemplation et tourne son regard vers sa disciple Jeanne, Il lui sourit et lui demande :
Nous sommes presque arrivés, n’est-ce pas ? 
Et tu diras que le Maître est un compagnon bien peu aimable. Je ne t’ai pas dit une seule parole. 
Jeanne  -- Mais, je les ai lues sur ton visage, Maître, et j’ai entendu tout ce que tu disais a ces choses qui nous entourent.
Jésus ajouta :  Que disais-je, alors ? 
Jeanne  -- Aimez, soyez purs, soyez bons. Parce que vous venez de Dieu et que de sa main, il n’est rien sorti de mauvais ou d’impur.
Jésus ajouta : Tu as bien lu.
Jeanne  -- Mais mon Seigneur, les herbes le feront encore.  Et le feront aussi les animaux.  L’homme… pourquoi ne le fait-il pas, lui qui est le plus parfait ?
Jésus ajouta : Parce que la morsure de Satan est entrée seulement en l’homme.  Il a essayé de démolir le Créateur dans son prodige le plus grand, dans ce qui était le plus semblable à Lui. 
Jeanne baisse la tête et réfléchit….

elogofioupiou.over-blog.com


Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 03:31

Pour vous aider à comprendre le complot, dont fut victime, le Pape Paul VI, je me permets de vous, offrir la possibilité de lire quelques pages du volume de Louis de Boanergès.  L’extraordinaire Secret de La Salette. (1988)  Disponible  aux Editions  D F T.

224

l'auguste victime expiatrice. Tout désigne le Pape Paul VI pour assumer les terribles fautes de la Papauté. Tout d'abord, il arrive au moment crucial où les « dix rois » viennent de jeter leur filet sur la fonction papale : ils sont au faîte de leur puissance sur le monde et l'Eglise, ayant déjà mis la main sur Elle avec l'ouverture du Concile Vatican II; ensuite, la devise du Pape Paul VI est la plus MAGNIFIQUE des CENT ONZE énumérées par Saint Malachie dans la Prophétie des Papes : « FLOS FLORUM », Fleur des fleurs qui sont les Papes, c'est-à-dire martyr pour la papauté et l'Eglise, destin qui le met sans conteste bien au-dessus de tous les papes car le martyre est l'acte qui consomme tous les autres en perfection (1). Ensuite encore, « Fleur des fleurs » dans la symbolique traditionnelle, c'est le Lys. Le Lys, c'est bien sûr la Royauté française.
Et trois lys figurent dans les armes du Cardinal Montini... exactement comme dans le blason de la Royauté Française (2) (3). Que veut-on de plus ?! Cl. Peignot nous dit : « II est élu le 21 juin 1963, fête du Sacré-Cœur du Christ percé de la lance (Jean XIX, 31-37) » (4). Si c'est vrai — nous n'avons pas personnellement retrouvé cette fête —, tout semble bien désigner ce Pape pour l'épisode final de la Passion de l'Eglise...
Car si le Pape Jean XXIII, par son imprudente ouverture au monde, a permis à la Bête de l'Apocalypse de s'emparer des postes-clefs de l'Eglise, nonobstant le conseil pourtant si fort de la T.S. Vierge de « rester dans Rome », ce n'est pas lui qui a eu à en supporter les conséquences, c'est son successeur... comme Louis XVI supportera les lâchetés de Louis XV. Or, puisque c'est l'heure de la puissance des ténèbres, celle-ci a le pouvoir de vaincre les saints, en d'autres termes, de fouler aux pieds les catholiques. Entendez par là que même si le « saint », le chrétien , en l'occurrence le Pape Paul VI (une fois converti de ses illusions libérales du départ — comme S.S. Pie IX, d'ailleurs —, n'en déplaise aux pharisiens) ne cède pas à la Bête, il en aura toutes les apparences.
Lorsqu'en 1963, S.S. Jean XXIII meurt, il n'y a plus qu'un rôle à jouer pour le Pape, c'est celui de Victime expiatrice pour les péchés de la Papauté et de la chrétienté en union avec le Christ. Alors, comment s'est déroulée cette Passion mystique ? Comment le drame de l'Eglise dont l'acteur principal sera évidemment le Pape, va-t-il se jouer ?
Avant de répondre à cette question, réglons un point fondamental.
Certains esprits mal inspirés, se fiant trop à la seule apparence des choses et des personnes, font de S.S. Paul VI « le grand méchant loup » de la crise de l'Eglise, le bouc émissaire de tout ce qui s'est fait de mal dans l'Eglise depuis (et même avant !!) Vatican II. Mais penser ainsi, c'est faire le jeu du démon et remplir le rôle des pharisiens et des bourreaux de la Passion. Deux exemples majeurs suffiront, pour démontrer que lorsque S.S. Paul VI a été élu en 1963, TOUTE LA RÉVOLUTION ÉTAIT DÉJÀ CHOSE FAITE DANS L'EGLISE.
(1) C'est pourquoi Nôtre-Seigneur dira : « C'est pour cette heure — la Passion — que Je suis venu » (Jean XII, 27).
(2) « Maximin, à l'exemple des Chartreux et autres religieux qui mettaient leurs armoiries sur leurs produits, avait lui aussi son blason, ses armoiries (...) : trois lys etc. » (« Les Secrets de La Salette, » M. Le Hidec, p. 86-87).
(3) « Prophétie des Papes », R. Auclair, p. 69.
(4) «Le nombre, langage de DIEU», Cl. Peignot.

(a suivre)

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 01:57

L'ENFER   EXISTE…

En 1989, en Sibérie un forage profond de l6 km (52,000 pi.) a été effectué sous la direction de scientifiques Soviétiques et Norvégiens, pour trouver un moyen d'être averti de l'imminence d'un séisme.  Le projet était de placer au fond du tubage de forage un microphone spécial relié à magnétophone en surface pour enregistrer le bruit provenant du début d'un déplacement de plaques continentales cela étant l'annonce d'un séisme.
"Nous avons découvert L'ENFER"
Cette information fut publiée d'abord par les journaux norvégiens et finlandais puis reprise aux USA par le Weekly World News, du 24 avril 1990 dont voici des extraits:
"Le journal finlandais "Ammenusastia" publie le témoignage du géologue soviétique, le Dr Dimitri AZZACOV, qui dit:
"En tant que Communiste, je ne crois pas au Ciel ni à la Bible, mais en tant que scientifique, je crois maintenant à l'ENFER.  Inutile de vous dire que nous étions choqués par une telle découverte, mais nous SAVONS ce que nous avons VU et ENTENDU; et nous sommes ABSOLUMENT CONVAINCUS que nous avons percé le plafond de l'ENFER."
A 16 km de profondeur  et 1,100 degré Centigrade
Arrivée à 16 km de profondeur, la colonne de forage s'est mise à tourner à vitesse  maximum, signe que le trépan tournait dans une large poche ou une caverne. Le capteur de température au fond indiquait 1,100 degré C. Quand nous avons remonté la colonne de forage, un nuage gazeux est sorti du tu-bage et nous n'en croyions pas nos yeux, une créature avec des crocs et des yeux pleins de méchanceté est apparue et a hurlé comme un animal sauvage avant de disparaître. Des techniciens et des ouvriers se sont enfuis.
Des  millions de voix humaines criant leur douleur
Nous avons descendu le microphone, ce qui était le but de la recherche.  Au lieu d'un bruit de plaque lithosphérique en déplacement, c'est une voix hurlant de douleur que nous avons entendu.  Pensant à une défectuosité de notre matériel, après vérification nos pires soupçons ont été confirmés : ce n'est pas UNE seule, mais des MILLIONS de voix humaines que nous avons entendu et enregistré sur bande magnétique.
Alors nous avons tout arrêté et fermé le trou.  Il est évident que nous avions découvert   quelque chose de surnaturel et que nous avons vu et entendu des choses extraordinaires."
Un autre témoignage
En vacances de Noël 1989, en Californie, le Ministre norvégien de la Justice, entendant une radio parler de cela, dit avoir bien ri de la naïveté des Américains croyant que l'Enfer était situé sous la Terre.   De retour à OSLO, dans une lettre du 7.01.90 à ses amis californiens, il leur dit : "J'ai peine encore à croire au CHOC  que j'ai reçu à mon retour en Norvège: TOUS les journaux étaient pleins de cette information! Et j'ai réalisé que s'il y a un Enfer, j'y finirai sûrement.
"Je vous en supplie, ne laissez personne enterrer cette découverte !"
"J'ai rencontré de sismologue Bjarne Nummendal, membre de l'équipe scientifique, il m'a dit:
"La découverte de ces voix humaines et aussi la créature démoniaque qui a crié en RUSSE : " Je vous ai conquis!", cela a tellement choqué les soviéti-ques qu'ils nous ont menacé de mort si nous en parlions;  ils ont donné une très grosse somme en dollars aux étrangers pour acheter leur SILENCE.  Un chauffeur russe a révélé qu'on avait donné à tous des drogues pour vider leur mémoire"
Fin de  l'article paru dans la revue américaine, du 24 avril 1990, cependant 73 ans auparavant, un autre événement disait la même chose.
Premier secret de  FATIMA, donné aux enfants le 13 juillet 1917. 
Voici ce que raconte  Lucie, une des trois voyantes. 
" Notre Dame nous montra un océan de feu qui paraissait être sous la terre et, plongés dans ce feu, les démons et les âmes des damnés, qui sem-blaient des fraises transparentes, noires ou bronzées, avec une forme humaine.  Elles flottaient dans cet incendie, soulevées par les flammes qui sor-taient d'elles-mêmes, avec des nuages de fumée.  Elles retombaient de tous côtés, comme les étincelles qui retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir, qui horrifiaient et faisaient trembler de peur.  Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et répugnantes d'animaux épouvantables et inconnues, mais transparentes et noires."
Conclusion, nous devons nous souvenir que l'existence de l'enfer est chez nous les catholiques, c'est un dogme de notre foi.  Nous devons croire à l'enfer si non, nous ne sommes plus catholique. 
Souvenez vous que pour y aller, contrairement au Ciel, il n'est pas nécessaire d'y croire.

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 01:38

Pour vous aider à comprendre le complot, dont fut victime, le Pape Paul VI, je me permets de vous, offrir la possibilité de lire quelques pages du volume de Louis de Boanergès.  L’extraordinaire Secret de La Salette. (1988)  Disponible  aux Editions  D F T.

223

3. A la toute-fin de la tentation (dans les « 3 jours de ténèbres »), en une phrase lapidaire, méprisante, la T.S. Vierge nous révèle le châtiment de la prévaricatrice : « Rome [devenue] païenne DISPARAÎTRA ». Et il semble bien que lorsque la prophétie suivante dit : « Le feu du Ciel tombera et consumera trois villes », il s'agit de trois villes d'une grande importance spirituelle dont certainement « Rome » fera partie.
Rome-la-prévaricatrice ne nous intéresse plus, mais elle nous en a trop révélé sur la Passion de l'Eglise pour ne pas continuer. Mais qui nous guidera ?
C'est Nôtre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même, la divine Victime par excellence, qui nous donnera le fil conducteur pour rentrer dans le mystère de la Passion de l'Eglise sous l'AntéXst, au moyen d'une locution privée bien connue, donnée en 1931 à Sœur Lucie de Fatima, à Pontevedra :
« Fais savoir à Mes ministres, étant donné qu'ils suivent l'exemple du Roy de France en retardant l'exécution de Ma demande, qu'ils le suivront dans le malheur. »
Le Frère Michel de la Ste-Trinité conclut que le pluriel (« mes » ministre « s ») concerne les Papes qui se succéderont sur le Siège de Pierre sans réaliser la Consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, comme demandé par la T.S. Vierge à Fatima. De même que la demande du Sacré-Cœur à Louis XIV par Ste Marguerite-Marie concernait tous ses successeurs (1). C'est aussi notre avis; apportons néanmoins une précision : chaque roy ou pape, s'il ne satisfait pas à la demande du Ciel, transmet à son successeur le châtiment en puissance de la non-réalisation de la Demande du Ciel. Et ceci, jusqu'à ce que DIEU laisse tomber le châtiment sur un des successeurs sans qu'il soit possible pour lui de repousser le châtiment. Ce fut pour la Royauté Française, le destin terrible de Louis XVI et de Louis XVII. Mais pour l'Eglise Catholique, un seul Pape sera choisi pour expier...
Cependant, le Frère Michel n'est pas assez précis lorsqu'il décrit ce châtiment de la Royauté Française, qu'il faut pourtant circonscrire avec une grande minutie, pusqu'il sera mystiquement celui de la Papauté... Ce n'est pas seulement, comme il le dit, la pénible fin de règne du roy Louis XIV (châtiment personnel du Roy Louis XIV... de même que la fin de règne difficile de S.S. Pie XII sera châtiment personnel de ce Pape qui n'avait pas voulu faire la Consécration de Fatima); ce ne sont pas non plus les Philosophes du xvii siècle: tout cela n'est que sombres prémices. Le châtiment de la Royauté Française réside ESSENTIELLEMENT dans :
1. La décapitation du Roy-martyr Louis XVI;
2. Et, la « démonétisation » (X. de Roche) du Roy-martyr Louis XVII, entraînant l'obscurcissement total de la légitime Royauté Française.
Voilà les deux points, les fils directeurs de ce châtiment de la Royauté Française qui s'appliqueront, avec un étonnant parallélisme, à celui de la Papauté.
Après avoir bien cerné la nature du châtiment, voyons à présent qui est                   (a suivre)
elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:08

 

Qu'est-ce que le temps ?

Comment perd-on son temps ?

Comment doit-on employer son temps ?

 

Le temps est tout ce qu'il y a de plus insaisissable, tout ce qu'il y a de plus rapide. Le temps, dit la sainte Écriture, c'est l'éclair qui brille et qui disparaît ; c'est la flèche qui fend les airs ; c'est le vaisseau qui franchit l'Océan ; une fois qu'il a disparu, il n'y a plus de traces de son passage.

 

Vous qui nous lisez, vous trouvez peut-être le temps bien long quelquefois ? Ah ! Un jour viendra où vous en jugerez d'une tout autre manière. Vous avez déjà vingt, trente ans, davantage peut-être : Qu'est devenu ce temps de votre vie ? Où est-il ?  Ainsi passeront les années que Dieu doit vous donner encore, et, une fois passées, où en serez-vous ? Que direz-vous du temps ? Qu'en penserez-vous ?

 

Le temps, c'est la minute présente ; vous voulez l'arrêter dans sa fuite, cela n'est pas possible ; la minute suivante arri­ve, elle chasse la première, une autre survient qui en fait autant, et ainsi toujours et toujours, jusqu'à ce que vous tombiez dans le royaume de l'éternité.  Voilà le temps.

 

Comment perd-on son temps ?

On le perd de mille manières, voici: Les plus communes et plus générales.

 

On perd son temps en ne faisant rien.

 

Il y a des êtres humains qui en sont là, qui passent leur vie à ne rien faire. Ils regardent la télévision et ils ne pensent à rien, ils ne disent rien, ou ils ne disent que des riens, ils ne produisent pas davantage.

 

Quelle vie, grand Dieu ! On se lève quand on est fatigué de rester au lit. On s'habille, et on y passe des heures. On mange, on se promène, on se couche. Et tous les jours c'est à recommencer les mêmes occupations, c'est-à-dire la même oisiveté. C’est la première manière de perdre son temps.

 

Il y en a une seconde.

 

On perd son temps en ne faisant que des choses vaines et inutiles. Ce sont des bagatelles, des frivolités. On fait de la vie une récréation : elle n'a aucun but sérieux et sacré.

 

A quoi bon travailler ? dit telle femme du monde ; à quoi bon me donner de la peine, puisque rien ne manque à mes besoins ?

 

On oublie que Dieu nous a tous condamnés au travail, que c'est un châtiment auquel il faut se soumettre, sous peine de s'en préparer un plus terrible après cette vie.

 

On s'occupe de son ameublement ; on lit son journal, on fait des visites ; on va dans le monde, on se mêle à toutes ses réunions, on partage tous ses plaisirs. C’est la seconde manière de perdre son temps.

 

Il en reste une dernière.

 

On perd son temps en s'occupant mal, c'est-à-dire en ne faisant pas ce qu'on fait comme on devrait le faire.

 

Ainsi on agit sans attention, avec un esprit distrait, sans savoir pourquoi l'on agit d'une façon plutôt que d'une autre. On ne se rend pas compte de son travail ; il est, pour ainsi parler, inutile, on n'en tire aucun profit. On agit avec paresse, avec une lenteur exagérée : il faut une journée entière pour faire ce qui ne demanderait que quelques heures. Enfin, on tente des choses impossibles, on s'occupe de sciences ou d'arts qui ne serviront jamais à rien, parce qu'on n'y apporte ni aptitude ni ardeur.

 

Comment faut-il employer le temps ?

 

Un chrétien doit employer le temps pour Dieu et pour son salut. Le temps est le prix du sang de Jésus-Christ. Rien donc ne peut nous être plus précieux que le temps. Tout ce que l'on fait, du reste, peut être rapporté à Dieu et nous servir à gagner le ciel. Il suffit d'agir avec une bonne pensée, avec une intention religieuse.

 

Dites à Dieu, dans toutes vos actions : «Mon Dieu, je vous offre ce que je fais, ce dont je m'occupe. Je vous l'offre pour vous glorifier. Je vous l'offre pour obtenir vos grâces et pour mériter la vie éternelle

 

Voilà la seule véritable manière de bien employer le temps.

 

De cette façon vos journées seront remplies. Rien de ce que vous pourrez faire ne sera perdu ; vous vous préparerez d'immenses trésors pour le ciel. Et quand Dieu vous appellera à lui, ce sera pour vous dire cette douce parole : « Entrez dans la joie de votre Maître ! ».     A vous de choisir, ça presse il y a urgence !

 

Quelques pensées précises et suggestives résumeront ces considérations :

 

« Le temps de cette vie est court », dit l'Esprit Saint.

 

Et en effet le temps déjà passé n'est plus en mon pouvoir : Il est irrévocablement retranché de mon existence : tel qu'il a été rempli par moi, avec ses œuvres bonnes ou mau­vaises, tel il me sera remis devant les yeux au jour de la reddition des comptes.

 

L'avenir ne m'appartient pas. J'ignore combien de temps le Seigneur mettra encore à ma disposition ; ce qui est certain, c'est que la dernière limite ne dépassera pas un petit nombre d'années.

 

Le présent seul est entre mes mains !

 

Tout mon bonheur dépend du bon emploi du temps, et comme le temps se réduit pour moi au moment actuel, toute ma préoccupation doit être de sanctifier ce moment.

 

C'est en outre l'unique moyen qui me reste d'expier les iniquités de ma vie passée. Si un homme avait devant lui un riche trésor et qu'il ne fût posséder pour sa subsistance à l'avenir que ce qu'il serait à même d'en emporter chez lui dans l'espace d'un quart d'heure, avec quel extrême empressement n'en prendrait-il pas le plus qu'il pourrait ! De ce quart d'heure pas une seconde ne serait perdue. Voilà exactement votre situation par rapport à l'éternité.

 

Le temps ne m'est donné que pour gagner une place dans le véritable ROYAUME ; à chaque instant du temps, je puis gagner cette éternité ; après le temps, il n'y a plus moyen de gagner l'éternité : trois maximes capitales, dont je dois perpétuellement me souvenir.

 

«O mon Dieu, je vous rends grâces du temps que vous voulez bien me donner encore ! 

«Faites que je n’en gaspille pas une seule seconde !

«Faites qu’à chaque heure j’augmente mes mérites pour le ciel ! »

 

Extrait de: Lectures médités (Édition 1933).   

 

elogofioupiou.com                           

 

   
Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:05

Pour vous aider à comprendre le complot, dont fut victime, le Pape Paul VI, je me permets de vous, offrir la possibilité de lire quelques pages du volume de Louis de Boanergès.  L’extraordinaire Secret de La Salette. (1988)  Disponible  aux Editions  D F T.

Page 222

Or, dans cette très extraordinaire prophétie « Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l’AntéXst », la T.S. Vierge nous résume d'une manière incroyablement précise ce qui adviendra sous Philadelphie (« Rome perdra la Foi »), puis sous Laodicée (« Rome deviendra le siège de l’AntéXst »)... Quel éclairage que cette petite phrase de la T.S. Vierge qui, si on veut bien la méditer HUMBLEMENT « sous la conduite du Saint-Esprit » comme nous allons nous essayer à le faire, nous livre la clef, la solution très simple de la crise de l'Eglise dans la papauté...
« Rome perdra la Foi ». Rome ne regarde pas, bien sûr, l'Eglise infaillible avec le Vicaire du Christ jouissant de cette infaillibilité, mais la Hiérarchie officielle, ce qu'on a coutume d'appeler « le Vatican ». Cette Rome s'est donc à, un moment donné dissociée de l'Eglise infaillible, puisqu'elle a pu perdre la Foi ,ce qui ne saurait être le cas de l'Eglise infaillible...
Etudions donc par le Secret donné à Mélanie le mystère d'iniquité à l'œuvre dans Rome, étude qui nous permettra de comprendre la Passion de l'Eglise que nous traiterons ensuite. Que le lecteur sache prendre patience : il aura tous les éclaircissements qu'il désire au fil de notre commentaire de cette prophétie majeure du Secret.
Qu'on veuille bien se rappeler le tout début du Secret; lorsque la T.S. Vierge voyait l'Eglise au seuil de « l'heure de la tentation qui viendra dans tout l'univers pour éprouver ceux qui habitent sur la terre » (1), cette sage Mère entre toutes donnait à la papauté le bon conseil qui, s'il avait été suivi aurait épargné (du moins amorti, car pour l'Eglise aussi, il fallait que l'Ecriture s'accomplisse) l'humiliation suprême à la papauté et à toute l'Eglise : « Qu'il ne sorte plus de Rome. » Or, S.S. Jean XXIII est « sorti » : il a ouvert portes et fenêtres avec le Concile Vatican II. Mais Rome était identifiée à ce moment-là à l'Eglise. Pourtant par cette imprudence, Rome — la Hiérarchie officielle, globalement parlant — était vouée à ne plus être l'Eglise infaillible au bout du compte, l'Ennemi la pénétrant et triomphant dans Rome. Le Secret est absolument fulgurant sur ce point :
1. Au tout début du Secret, « Rome » est identifiée à l'Eglise;
2. A la fin de la grande tentation, il est dit « Rome perdra la Foi » pour finalement combler l'abomination en devenant, dans un second temps, « le siège de l'AntéXst ». Rome va donc prévariquer, ce que l'Histoire ne nous montre que trop... depuis le funeste concile Vatican II concocté par la franc-maçonnerie (2).
(1) Apoc. III, 10.    <
(2) Nous ne voulons pas fatiguer le lecteur en reprenant ici la recension de toutes les déviations doctrinales de Vatican II et en refaisant l'historique de la subversion maçonnique de l'Eglise conciliaire. Il pourra se reporter utilement aux ouvrages décisifs sur cette question (disponibles à l'adresse figurant en bibliographie) : — « Infiltrations ennemies dans l'Eglise » (collectif) — « Le mouvement liturgique » de l'Abbé Bonneterre — « J'accuse le Concile » de Mgr Lefebvre — « Face à face : doctrine catholique, Vatican II » de l'Abbé Zins — « Le Rhin se jette dans le Tibre, le concile inconnu » du R.P. Wiltgen — « Iota Unum, étude des variations de l'Eglise Catholique au XXe siècle » de Romano Amerio — « Les Dubias » de Mgr Lefebvre concernant la liberté religieuse — « Présence et signification de la Fin des Temps » de Louis de Boanergès — « L'Eglise occupée » de J. Ploncard d'Assac.
elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0