Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 07:30

Le grand livre des créatures : Complexité du corps, simplicité de l’âme.

 

« La créature humaine est un résumé de tout l’univers. » (Sainte Hildegarde)

L’homme est l’horizon entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Sa mission est de faire remonter vers le Divin Créateur la louange de ces deux infinis, comme deux mains jointes. Bienheureux les cœurs purs qui voient le Nom de Dieu, Sa puissance, Sa Sagesse, Sa Bonté dans toutes Ses œuvres. 

 « Vous toutes, les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur »

 

* Le cœur bat en moyenne 3 milliards de fois au cours d'une vie et 70 fois / minute

* Environ 2 millions de globules sanguins, meurent chaque seconde et le même nombre se forment chaque seconde.

* Une goutte de sang contient environ 5 millions de globules rouges, 300 000 plaquettes et 10 000 globules blancs.

* Un globule rouge fait le tour du corps en une minute.

* Les globules rouges font environ 180 000 fois le tour du corps avant de retourner dans la moelle osseuse où ils sont fabriqués.

* Les globules rouges vivent environ 4 mois et transportent les éléments nutritifs dans les autres cellules du corps (il y en a 60 billions). Un billion, c’est un million de millions…

 

Le cerveau compte environ 14 milliards de neurones. Un neurone est une cellule très complexe, comme votre ordinateur et forme des réseaux auprès duquel Internet est tout à fait élémentaire…

 

·                          Chaque neurone peut être en contact avec 25 000 autres ce qui fait plus de 1000 milliards de connexions Un milliard, c’est 1000 millions… !

 

·                          Dans le corps humain, il y a 1345 types de cellules, environ 1 million de types de cellules différentes. Il est donc absolument impossible qu’elles s’assemblent par le seul fait du hasard de mutations aléatoires et d’autant plus que chaque type de cellule correspond à un logiciel déterminé. La moindre faute de frappe peut avoir de lourdes conséquences, aussi il existe des systèmes de réparation automatique comme dans votre PC… en beaucoup plus sophistiqué.

 

·                          A l'instar des poupées russes, on peut encore démonter la cellule et ses organes fonctionnels. On arrive alors aux molécules : environ cent milliards par cellule. Ce qui représente près de 6x1024 pièces constitutives de l'organisme, c'est-à-dire six millions de milliards de milliards de molécules interagissant entre elles selon un programme très strict.

 

·                         
Sucres, protéines, lipides, eau... Toutes les molécules résultent elles-mêmes de l'assemblage d'atomes. On estime leur nombre autour de 1027 (mille quadrillions ou un milliard de milliards de milliards). Les deux tiers sont des atomes d'hydrogène. Et la descente dans l'infiniment petit pourrait encore se poursuivre avec les protons, neutrons et électrons composant les atomes…..

 

·                           

Le corps vivant est fait d’une myriade d’éléments ordonnés et est mortel L’âme humaine est, immatérielle, une, simple et immortelle. Son œuvre est d’unifier, d'élever, de simplifier, de spiritualiser tout ce qui lui vient de la matière corporelle et d'accueillir la grâce qui vient d'en Haut.

 

 « Créer, c'est donner la puissance d'exister, de comprendre, d'apprendre, de vouloir, d'aimer. Autant de talents dont vous devrez rendre compte et surtout remercier, remercier, louer votre Créateur."... NSJC

 

« L'âme humaine est immortelle. Créée par décret irrévocable de l'Amour divin, elle vivra aussi longtemps que Dieu sera Dieu"

 

Soit dans le bonheur de Sa Miséricorde éternelle, soit dans la rigueur de Sa Justice éternelle, aussi longtemps que Dieu sera Dieu.

 

Dieu lui donne la liberté pour qu’elle fasse le choix. »

 

L’adoration passe par l’admiration. La science qui ne conduit pas à l’émerveillement et à l’amour est comme un fleuve détourné de son embouchure. Elle dégénère en marécage.

 

http://amdg.over-blog.fr/

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Divers sujets ...
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 08:17

 

Depuis quarante années que dure cette terrible crise de l'Église, un certain nombre de personnes a trouvé refuge dans une position qui s'appelle le sédévacantisme. Par refus du modernisme qui veut faire cohabiter deux vérités contradictoires, ils sont passés à une position qui les amène à l'exact opposé de ce à quoi ils disent adhérer : l'Église Catholique Romaine.

 

Si le modernisme et ses composantes ne sont pas aisés à analyser, étant « l'égout collecteur des hérésies », le sédévacantisme représente une véritable jungle de personnes, de méthodes et de positions, unie seulement par une contradiction naturelle dans les faits de leur position avec l'Église catholique : les lignes qui suivent le montrent aisément.

 

Le socle de base du sédévacantisme consiste à dire que Jean XXIII ainsi que Paul VI ayant proféré des hérésies sont excommuniés (d'autres disent encore que ce n'est pas Jean XXIII qui a été élu et qu'il n'est donc pas pape). Étant excommuniés ils ne sont plus papes, donc les cardinaux ne sont plus cardinaux, donc les papes suivant ne sont pas papes. Mais ils considèrent également le rite de Paul VI comme intrinsèquement invalides, ce qui fait donc que les évêques ne sont plus évêques, et les prêtres ne sont plus prêtres. Bref plus personne n'est plus grand-chose !

 

Parmi les tenants de ces théories, nous pouvons tenter d'esquisser trois profils :

 

-         Le sédévacantiste de base : il y adhère de bonne foi, mène une vie conforme avec les préceptes de l'Église, du moins le croit-il. Car la réalité est tout autre.

Les lieux de messe sédévacantistes étant plus que rares, et refusant d'assister à toute messe même de St Pie V dite « una cum » (en communion) avec le pape, et donc aux messes dites par un prêtre de la FSSPX, ils se coupent de toute pratique religieuse et de tout sacrement. De catholiques qu'ils veulent être, les sédévacantistes sont menés, pour la plupart, à l'abandon de la pratique religieuse.

Même les personnes qui « bénéficient » encore à ce jour de prêtres sédévacantistes seront amenées tôt ou tard dans cette situation de non pratique car n'ayant ni structure ni hiérarchie, ces prêtres indépendants ne seront pas remplacés.

 

-         Les opportunistes : ce sont toutes ces personnes qui se servent des arguments que peut leur fournir la crise de l'Église pour rejeter toute hiérarchie et « se mettre à leur compte ». Il y a plusieurs spécimens dans le genre qui profitent à des degrés divers.

On a le cas d'un prêtre à Nantes dont nous tairons le nom qui mène sa petite chapelle sans trop faire de bruit, bien que se trouvent parmi ses paroissiens certains ses fidèles comme un certain Monsieur Rémy qui sont des champions du dénigrement de la Fraternité Sacerdotale St Pie X, qui se font les chantres de la morale alors que la clarté de leur situation matrimoniale laisse à désirer.

Il y a aussi des gens plus dangereux : c'est ainsi que l'on a eu le cas malheureusement scandaleux de l'abbé de Nantes, qui est passé du sédévacantisme à un progressisme pour le moins original, puis qui a tout simplement glissé vers la secte, problème judiciaire à l'appui.

Et puis il y a ceux qui s'inventent des sacrements ou des dignités : c'est ainsi que certains prêtres sédévacantistes sont allés se faire sacrer par un évêque fou ou par d'autres, dont la validité de l'épiscopat est plus que douteuse, certaines de ces personnes ayant même été « sacrées » plusieurs fois. Tout ceci afin que ces prêtres élaborent autour de leur « épiscopat » de « petites églises » n'ayant pour seul maître qu'eux-mêmes. Sans parler de ceux qui se sont autoproclamés pape.

 

-         Les fous : les compteurs des éternels complots. Ils travaillent souvent avec les précédents. Vous ne connaissez pas le réseau allemand, ayant à sa tête l'abbé Ratzinger et son complice l'abbé Schimdberger, infiltré ayant pour but de rallier la FSSPX ! Et l'abbé Célier, franc maçon renommé ayant la main mise sur l'abbé de Cacqueray et les organes de communication de la FSSPX ! Et ne connaissez-vous pas le terrible Mgr Williamson, qui dirige un réseau de prêtres aux mœurs plus que douteuse ! Leur dernière trouvaille est de laisser entendre que Mgr Lefebvre aurait été assassiné !

Voici le genre d'absurdités qui circulent sur Internet du fait de ces sédévacantistes. Nous en rions ici, mais les graves diffamations répandues par ces imbéciles ne sont pas drôles.

Mais les délires de ces déséquilibrés ne s'arrêtent pas là. Ils s'inventent des « comités internationaux » (composés en réalité d'une personne), des « philosophes éclairés », des études « étonnantes et lumineuses », des « scoops » de fidèles qu'ils inventent eux-mêmes, etc. A ceci s'ajoutent les « survivantistes » qui imaginent toujours que Paul VI kidnappé est toujours en vie, et qui par conséquent, professent leur foi en un pape de 110 ans.

Nous avons donc à faire soit a des gens psychologiquement instables sombrant dans une grave paranoïa, soit à des pervers, soit à des manipulateurs, ou bien les trois à la fois.

           Rien dans cette mouvance sédévacantiste n'est catholique Seuls de braves gens abusés par des manipulateurs et des opportunistes conservent au fond de leur cœur la « paix aux hommes de bonne volonté ». Pour ceux-là la crise de l'Église est sans doute la bonne raison de leur écart. Pour le reste rien n'est catholique, tout va contre la nature de l'Église catholique : refus du pape, ce qui amène nombre d'antipapes, aucune hiérarchie ne les organise, chapelles « autocéphales », arrêt de la pratique religieuse, éloignement des sacrements, manipulations grossières, diffamations immondes.

            Le sédévacantisme éloigne de l'Église autant qu'il rapproche de la secte. De catholique, les sédévacantistes n'en n'ont ni la doctrine (les porte de l'enfer ne prévaudront pas contre l'Église), ni l'attitude (schismatique par refus du pape), ni la volonté (sans hiérarchie ni ordonnancement).

 Austremoine

http://christus.imperat.over-blog.com/article-25359615.html

 

 

Je viens de découvrir votre article sur le sédévacantisme et je suis bien d’accord avec vous sur son absurdité radicale.

 

Cependant  je vois que vous n’avez pas compris que les survivantistes, eux font la différance entre le faux Paul VI décédé en 1978 et le VRAI TOUJOURS VIVANT.

 

Vous devez tenir compte des prophéties etc.  Nous sommes à la fin des temps et l’Église doit passer par où son fondateur a passé.

 

Rire de son âge n’ajoute rien à votre article, loin de là…  il est encore vivant et les preuves sont réelles. Voilà…

 

http://elogofioupiou.over-blog.com/article-ss-paul-vi-et-les-saints-anges-119008185.html

 

http://elogofioupiou.over-blog.com/article-reflexions-concernant-les-medisances-sur-la-vie-de-ss-paul-vi-119028019.html

 

 

Donnez vous la peine de lire les articles sur : http://paulvipapemartyr.over-blog.com/

 

http://amdg.over-blog.fr/

 

élogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 08:12

Tout pouvoir vient d’en Haut : P. Bail  (1610-1669)

Toujours d’actualité, méditation sur la légitimité des pouvoirs spirituels et temporels. Extrait des commentaires de la Somme théologique de St Thomas sur les grands principes du gouvernement Divin : communication, participation, miséricorde et justice.

 

«  Considérez que Dieu après la création des premières et comme fondamentales pièces de ce monde qu’Il a produit immédiatement par Soi-même, se sert des causes secondaires pour gouverner et conduire les autres à leur fin, et spécialement les hommes.

 

Bien que Dieu gouverne encore toutes choses immédiatement, Il a pourtant voulu communiquer à plusieurs créatures la vertu et la puissance d’en gouverner d’autres.

 

Le gouvernement de Dieu, dit Saint Thomas d’Aquin, conduit les choses à leur plus grande perfection, et c’est en quoi consiste Sa principale excellence qui est de communiquer aux êtres qu’Il gouverne une plus grande perfection ; or, c’est une plus grande perfection d’avoir de la bonté en soi-même, et de pouvoir la donner à d’autres, que de l’avoir seulement en soi-même.

 

C’est pourquoi Dieu gouverne tellement, qu’Il fait aussi part à d’autres du pouvoir de gouverner comme un maître, qui instruit si bien ses disciples qu’il les rend aussi Docteurs et capables d’enseigner les autres.

 

C’est par cette conduite que le soleil et tous les cieux servent au gouvernement de toutes les choses corporelles de ce monde, que les anges sont employés à « faire mouvoir l’univers», à illuminer leurs inférieurs, et à assister les âmes diversement, et que les hommes ont des pouvoirs temporels ou spirituels sur les autres hommes qui leur sont soumis, pour recevoir leurs ordres et les exécuter, c’est pourquoi encore Jésus-Christ, en tant qu’homme, mais Fils de Dieu et Roi des rois, le grand Prêtre et très grand Chef des hommes possède la fin bienheureuse de la béatitude accomplie.

 

Tout vise à cette fin diversement, les uns de plus près comme les supérieurs  spirituels, les autres de plus loin comme les princes temporels, Dieu ayant fait « toutes choses pour les élus ». (Saint Paul) Les hommes ne reçoivent tous Ses secours que pour les employer à Son service et s’acquérir la fin de la béatitude.

 

               Par-dessus tout Jésus Christ le Fils de Dieu, est le Chef suprême de ceux qu’il plait à Dieu d’employer à diriger les âmes dans la voie du salut. Toute puissance, pour ce sujet Lui a été donnée au Ciel et sur la terre ; Il est le soleil spirituel, le Docteur de justice, le Juge des vivants et des morts, le grand Pontife et le Médiateur, à qui Dieu le Père a donné toutes les nations en partage, pour recevoir Ses ordres et être gouvernées par des lois inflexibles et immuables, selon qu’il a été dit : « Tu les gouvernera avec une verge de fer. » c'est-à-dire, avec une loi qui ne plie pas au gré des hommes, mais sous la quelle les hommes doivent plier sans exception, sous peine d’être brisés par Sa Puissance.  L’Écriture contient de très grandes menaces contre les puissances spirituelles ou temporelles qui ne s’appliquent pas légitimement de leur devoir. « Les puissants, dit elle, seront puissamment tourmentés » Malheur à ceux qui font mauvais usage de l’autorité que Dieu a daigné leur départir…. !

 

Car une seconde maxime du gouvernement divin est de procéder en tout par miséricorde d’abord, puis par justice et sévérité ensuite, comme dit le psaume XXIV de David : «  Toutes les voies du Seigneur sont miséricorde et justice »

 

Ainsi donc, O Dieu infini en grandeur, en bonté et en magnificence, Vous régissez et Vous dirigez tellement toutes choses, que Vous associez avec Vous, d’une certaine manière, et rendez participants de Votre autorité des Anges et de faibles hommes. Vous le faites, Seigneur ! Non que Vous ayez besoin de leur secours, Vous qui êtes infiniment sage et puissant, mais pour les rendre plus honorables et que Vous les combliez de toute perfection. De là vient que les choses sont dans la subordination, que les unes sont dépendantes plus que les autres et que de cette inégalité résulte une plus grande utilité. Mais Vous, O gouverneur admirable, vous ne prétendez à rien d’autre chose, sinon qu’en Vous rendant le culte qui Vous convient, ils Vous soient semblables dans la gloire immortelle. »    Deo Gratias.

http://amdg.over-blog.fr/

 

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 06:21

POUR NOS AMIS ET BIEN FAITEURS, POUR NOS ENNEMIS

 

Sainte Gertrude ayant, sur l'invitation de Notre-Seigneur, prié de cette manière pour les personnes qui lui étaient chères, notre Bon Sauveur usa envers chacune d'elles d'une compassion pleine de condescendance et d'amour, en remettant sous Ses yeux, dans la lumière de Sa connaissance divine, chacun de leurs besoins.  

 

« O bon Jésus, je vous présente tous ceux qui se sont recommandés à mes indignes prières, et je les confie à cette Divine Connaissance et à cet Amour qui sont en Vous, et qui Vous ont porté à descendre du sein de Votre Père sur la terre pour sauver l'homme.

 

En union de cet amour avec lequel Vous avez remis Votre esprit à Votre Père, je les remets et Je les renferme dans Votre très doux Cœur; et je Vous offre et je Vous donne ce même Cœur Divin, en union de l'amour qui Vous a fait unir ce Cœur humain avec Votre Divinité pour le salut des hommes : je vous offre Votre Cœur, que Vous avez souvent donné à Vos amis comme un gage spécial de Votre amour, afin que vous y puisiez des biens à répandre sur ceux pour lesquels je Vous prie et je dois vous prier. –

 

(C'est Jésus qui a appris cette prière à Sainte Gertrude). 

 

Dites ensuite un Pater, et offrez-le comme suit:

 

Bon Jésus, je Vous offre cette prière pour Votre éternelle gloire, afin que, par elle, Vous répandiez Vos bienfaits sur Vos amis et sur mes amis en particulier, selon le bon plaisir de Votre Divine Tendresse. Ainsi soit-il.

 

De la même manière, Sainte Gertrude offrit, à la grande satisfaction du Sauveur, un Miserere pour les personnes qui lui étaient chères.

 

Si vous voulez savoir combien il est utile de prier pour les autres, écoutez les paroles du Sauveur à Sainte Gertrude: Comme il est impossible que le cœur de celui à qui on transperce les pieds reste sans douleur, ainsi il est impossible à Ma tendresse paternelle de ne pas regarder avec amour, et de ne pas enrichir de Mes miséricordes celui qui ne cesse de Me supplier par charité pour le salut du prochain, bien que, chargé de ses propres péchés, il reconnaisse qu'il a besoin le premier des effets de Ma Divine Miséricorde.

 

PRIÈRE POUR LES ENNEMIS ET PERSÉCUTEURS

 

Sainte Gertrude avant récité la prière suivante. Jésus se prosterna devant Dieu Son Père, et offrit pour elle le fruit de toute Sa très Sainte Vie, afin d'effacer tous les péchés qu’elle n’avait jamais commis.  

  

« Seigneur Jésus, en union de cette indicible douceur et de cet amour avec lesquels, même au milieu des inexprimables douleurs de Votre Passion et des tourments de Votre mort, Vous avez prié pour Vos bourreaux, en disant: Mon Père, pardonnez-leur : je Vous supplie, du fond de mon cœur, de daigner pardonner à tous ceux qui m'ont jamais offensé en quelque chose. »   

Ainsi soit-il.

http://amdg.over-blog.fr/

 

 

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 06:15
13 novembre 1791. Sous la pression maçonnique, Louis XVI accorde la citoyenneté aux juifs vivant en France. Une erreur qui s’avérera tragique.
Le remède à la situation actuelle découle naturellement de notre exposé. Indiquer ce remède est cependant autre chose que l’appliquer. Pour y arriver, il faudra vaincre la répugnance de ceux qui considèrent encore l’émancipation des Juifs comme un progrès.
II est absolument nécessaire de changer cette mentalité en les amenant à reconnaître leur erreur et à faire marche en arrière.Lorsqu’un homme se rend compte qu’il a fait fausse route, il doit avoir le courage de rebrousser chemin. Ceci vaut aussi pour les peuples.
Tout en accordant aux Juifs la liberté de leur culte et la sécurité de leur personne, il faut limiter leurs droits civiques. C’est –à -dire qu’il faut les traiter comme n’importe quel étranger. « Ni élu, ni éligible, ni électeur, ni citoyen » disait l’abbé Charles. Toute personne habitant à l’étranger sait qu’il ne doit pas se mêler des affaires publiques du pays qui lui offre l’hospitalité. Il peut être parfaitement heureux sans être électeur ou éligible. La situation politique des Juifs, tant qu’ils se trouveront encore chez nous, est ·donc parfaitement claire.
Quant à leur situation sociale, nous avons exposé que, pendant de longs siècles, l’Église a exclu les Juifs de tous les emplois publics leur conférant une autorité sur les chrétiens.
L’expérience nous a montré les suites désastreuses de l’abandon de ces mesures de protection. Il faut donc revenir aux lois qui écartent les Juifs de toute fonction sociale dans laquelle la conscience chrétienne aura à se prononcer.
Ainsi un Juif ne pourra entrer ni dans la magistrature, ni dans l’administration. Il pourra encore moins être appelé à une fonction dans l’enseignement primaire, secondaire ou supérieur. L’oeuvre juive de déchristianisation et de corruption a toujours visé en premier lieu l’enseignement et les lois qui le concernent.
Nous ne pouvons empêcher les Juifs de continuer leurs expériences qu’en revenant sur le chemin que saint Thomas d’Aquin nous a tracé : liberté pour les Juifs, protection des chrétiens. Que signifie cette liberté pour les Juifs ? C’est la liberté d’exercer leur culte, c’est la liberté d’élever leurs enfants dans la religion juive, c’est la liberté d’observer leur sabbat.
Ayant accordé cette liberté aux Juifs, saint Thomas demande la protection des chrétiens. Il faut que l’autorité empêche les Juifs d’attaquer la foi des chrétiens, qu’elle protège le peuple contre les tentatives de corruption de la part des Juifs. Saint Thomas conseille aux chrétiens d’être prudents dans leurs rapports avec les Juifs, d’éviter des relations intimes ou familières, de ne pas leur confier des charges publiques, de ne leur donner aucune juridiction sur les chrétiens ; en résumé, de ne leur confier aucun poste qui leur permettrait d’exercer quelque autorité ou influence sur les chrétiens.
L’antisémitisme de saint Thomas n’était autre chose que l’exercice du droit de légitime défense. Pour être efficace, cette défense légitime doit être accompagnée d’une renaissance religieuse.
Et c’est là que nous nous séparons de ceux qui partagent nos idées quant au danger juif, mais qui veulent y remédier en dehors du christianisme. Pour obtenir un résultat durable, il faut l’harmonie entre l’esprit et la matière. Il faut que les mesures pratiques que nous préconisons soient accompagnées d’un redressement des esprits.
Si notre société ne revient pas à la foi et aux principes chrétiens, nous ne sortirons pas du cercle vicieux dans lequel nous nous débattons. Si les Juifs réussissent dans leurs entreprises, c’est parce que les chrétiens ont affaibli leur défense en ne vivant plus d’après les préceptes de l’Église.
D’autre part, la vie publique ayant été ainsi déchristianisée, les Juifs exercent sur elle une influence toujours plus grande. La petite pierre détachée de la montagne, se transforme en avalanche dévastatrice lorsqu’elle ne rencontre pas d’obstacle capable d’arrêter sa course folle.
H. de Vries de Heekelingen – Juifs et catholiques (1939)

http://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/07/16/lemancipation-des-juifs-est-un-echec/

 

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Divers sujets ...
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 09:18

  

Témoignage de SS Paul VI  sur son état d’âme.

 

Il nous arrivait souvent de remarquer, sur les photographies de S S Paul VI, dès le début de son pontificat, une expression de tristesse et parfois d'angoisse. Lui-même, en diverses audiences, n'a-t-il pas confié à ses visiteurs que ses peines avaient souvent « le goût de l'agonie »? Telle, cette confidence lors de l’audience du 21 Juin 1964. Il se confie d’abord très humainement en disant : je. Puis il reprend le Nous pontifical traditionnel, qu’il assume pleinement.

 

« ...Même le Pape a besoin de réconfort. Je ne dresserai pas la liste de mes ennuis, elle serait trop longue. Pour un observateur superficiel, le Pape peut sembler vivre dans une atmosphère de sérénité suprême, où tout est magnifique, tout facile, tout admirable. Le Pape, bien qu'il soit réconforté par l'assistance spirituelle qui lui vient du Ciel, a ses peines qui lui viennent avant tout de son insuffisance humaine, parfois en conflit avec l'ensemble énorme et démesuré de ses devoirs, de ses problèmes, de ses responsabilités... Ses peines ont parfois le goût de l'agonie. »

 

«, Que dirions-nous d'une autre peine si courante aujourd'hui, celle de voir incomprise la pensée et repoussée la charité de l'Église? L'inefficacité du labeur apostolique et l'étude mauvaise qui en déforme parfois les intentions sont des épines profondes et quotidiennes pour le cœur du Pasteur de l'Église et elles le sont pour Nous aussi. » »

 

 « Nous vous demandons de prier pour Nous, d'offrir vos prières pour Notre humble personne et Notre grande mission, de prier pour que le Seigneur ait pitié de Nous, pour le Christ accepte d'être présent dans notre humble travail. »

 

Plus encore que les photographies, ce témoignage est la « preuve par l’âme » qui est inimitable et à cela nous le reconnaîtrons…

Même à ses adversaires de droite ou de gauche, du dedans ou du dehors, SS Paul VI est apparu soucieux, angoissé, à vif; (J’en ai été le témoin visuel) La confidence qui précède est de 1964 à la fin du Concile Vatican II ; il souffre physiquement d’une arthrose des genoux qui va bientôt gêner beaucoup ses déplacements. Mais c’est surtout intérieurement qu’il souffre. Il souffre comme un père, un pasteur, un pape. C’est sa charge.

 

C’est par amour qu’il souffre. C’est pour nous. Il souffre des persécutions internes, externes qui le réduisent à l’impuissance. Il est incompris, trahi, calomnié à un degré inimaginable au point d’en pleurer publiquement.

 

Il souffre comme ont souffert les papes depuis la Révolution, qui veut en finir avec la PAPAUTÉ. Qui supprime le pasteur, disperse le troupeau. Dans le secret de la Salette, Notre Dame nous le répète :

 

 « Le Vicaire de Mon fils aura beaucoup à souffrir… Le Saint Père souffrira beaucoup. Je serai avec lui jusqu'à la fin pour recevoir son sacrifice… »

 

Elle nous le redit à Fatima et en bien d’autres lieux d’apparition, demandant dans des messages pressants qu’on prie pour le pape légitime» Car pour elle, le pape légitime et Église c’est tout un.

 

Elle n’a jamais dit que dans la crise affreuse il n’y aurait plus de pape légitime pendant un demi-siècle. La « crise affreuse » de l’Église est également la crise affreuse pour le Pape légitimement couronné et assermenté.

 

Les W…R…B…. ne correspondant à ces critères, le vrai pape est donc SS Paul VI qui souffre en exil aujourd’hui.

Soyons donc compatissants Souffrons avec lui avec patience car l’Heure de Vérité est proche…

 

Merci à ses adversaires de respecter sa souffrance et la nôtre.

 

Tout humain, créé par Dieu, qui souffre ou a souffert a droit au respect de sa vie et/ou de sa mémoire…

 

SS Paul VI s’adresse à tous ceux qui souffrent – 8 Décembre 1965 (extrait)

 

« ….Mais nous avons quelque chose de plus profond et de plus précieux à vous donner: la seule vérité capable de répondre au mystère de la souffrance et de vous apporter un soulagement sans illusion: la foi et l’union à l’Homme des douleurs, au Christ, Fils de Dieu, mis en croix pour nos péchés et pour notre salut.

 

Le Christ n’a pas supprimé la souffrance; Il n’a même pas voulu nous en dévoiler entièrement le mystère: Il l’a prise sur Lui, et c’est assez pour que nous en comprenions tout le prix.

 

O vous tous, qui sentez plus lourdement le poids de la croix, vous qui êtes pauvres et délaissés, vous qui pleurez, vous qui êtes persécutés pour la justice, vous sur lesquels on se tait, vous les inconnus de la douleur, reprenez courage; vous êtes les préférés du royaume de Dieu, le royaume de l’espérance, du bonheur et de la vie; vous êtes les frères du Christ souffrant; et avec Lui, si vous le voulez, vous sauvez le monde! … »

 

   Prions pour tous ceux que le mensonge satanique veut « délivrer » de la souffrance par la mort. Retrouvons le sens de la Croix, unique espérance, clé de l’Éternel Paradis.     

 

http://amdg.over-blog.fr/

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

 

Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 08:38

 

ORIGINES DU SCAPULAIRE (Il y a 762 ans)

 

Le 16 juillet 1251, Simon Stock, moine anglais, alors Général de l'Ordre du Carmel, suppliait la glo­rieuse Vierge, Mère de Dieu et Patronne de l'Ordre, de doter de quelque privilège spécial les Frères qui portaient son nom, afin de mettre un terme aux persécu­tions incessantes suscitées par l'envie et la jalousie et qui menaçaient de les anéantir. Souvent, à travers ses pleurs et ses sanglots, il redisait à la Madone:

 

« Fleur du Carmel, vigne fleurie, « Splendeur du ciel, Vierge Marie, 

« Mère incomparable, « Douce Mère qui ne connut point d'homme, « Aux enfants du Carmel donnez un gage tangible de votre protection,

« Étoile de la mer.»

 

Sa foi fut merveilleusement exaucée. Pendant la nuit du 15 au 16 juillet 1251, alors qu'il renouvelait son instante prière, la Reine du ciel lui apparut environnée d'une multitude d'anges, et tenant un scapulaire en main, elle lui dit ces mémorables paroles :

 

« Reçois, mon cher fils, ce scapulaire de ton Ordre comme le signe distinctif de ma confrérie et la marque du privilège que j'ai obtenu pour toi et les enfants du Carmel. Celui qui mourra revêtu de cet habit sera sauvé, il ne souffrira jamais des feux éternels. C'est un signe de salut. Une sauvegarde dans les dangers, un gage de paix et d'éternelle alliance. »

 

Une relation de saint Simon Stock et une bulle du pape Jean XXII prouvèrent l'authenticité de cette royale et maternelle faveur de la Reine du Carmel. C'est ce qui a donné naissance à la célèbre Confrérie de Notre Dame du Mont Carmel, enrichie de si nombreuses indulgences et qui s'est répandue dans le monde entier. Tous les fidèles qui entrent dans cette Confrérie — généralement à l'époque de la première communion — participent aux mêmes privilèges que les membres de l'Ordre. Et c'est la catholicité presque entière qui constitue, de fait, l'innombrable famille du Carmel.

Mais la Très Sainte Vierge, par une munificence nouvelle, voulut ajouter encore à ce premier bienfait. Le 3 mars 1322, elle apparut au pape Jean XXII et voici ce qu'on lit dans un ancien document qui a popularisé la « Bulle sabbatine ».

 

« Le pape Jean XXII, profondément angoissé en son âme et en butte en même temps à la tribulation extérieure, plaçait avant tout sa confiance dans la glorieuse Vierge Marie, Mère de Dieu. Un certain jour, avant son élection, tandis qu'il était plongé dans la prière et implorait dévotement le secours de Marie, cette bienheureuse et toujours Vierge Marie, Mère de Dieu, lui apparut revêtue du costume de l'Ordre du Carmel et lui tint ce langage:

 

« O Jean! O Jean!... Vicaire de mon Fils bien-aimé, de même que je te délivrerai de ton adversaire, ainsi par l'effet de mes prières adressées à mon très cher Fils, je te fais Pape et te constitue Vicaire de mon Fils. Vois donc, comme moi je t'ai ob­tenu cette grâce magnifique pour que tu la payes à mon Ordre, à mes frères particuliers et que tu confirmes la Règle que commencèrent à vivre Elie et Élisée au Mont Carmel et que composa mon serviteur, le patriarche Albert, et comme Inno­cent, Vicaire de mon Fils et ton prédécesseur, leur imposa cette Règle pour la rémission de leurs pé­chés, de même donneras-tu à mon Ordre, en mon nom et au nom de mon Fils ce privilège : Que qui­conque entrera en cet Ordre et observera dévo­tement ce genre de vie, sera sauvé éternellement et délivré de la peine et de la coulpe. Et si au jour de leur passage en l'autre vie ils sont amenés au purgatoire, j'y descendrai le samedi qui suivra leur décès et je délivrerai ceux que j'y trouverai et les ramènerai à la montagne sainte et à la vie éternelle.»

 

Par ce second privilège, la Reine du ciel s'est engagée à consoler, à soulager et à faire sortir du purgatoire le plus tôt possible les confrères qui ont porté le scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel pendant leur vie. Cette promesse, faite soixante dix ans après la première, fut publiée par le pape Jean XXII dans une bulle célèbre, communément appelée « Bulle sabbatine ». L'authenticité d'un privilège aussi extraordinaire fut attaquée à diverses reprises, mais plusieurs souverains pontifes en prirent la défense. Paul V, en particulier, fit publier en 1613 un décret dans lequel il déclare ce qui suit :

 

« II est permis aux Pères Carmes de prêcher que les fidèles peuvent admettre la pieuse croyance au secours accordé, après leur mort, aux religieux et aux confrères de l'Association de Notre-Dame du Mont Carmel. Il est permis, en effet, de croire que la très sainte Vierge aidera les âmes des religieux et des confrères morts en état de grâce, pourvu qu'ils aient porté le scapulaire, gardé la chasteté selon leur état et récité le petit Office de la Sainte Vierge, ou s'ils ne savent pas lire, pourvu qu'ils aient observé les jeûnes de l'Église et se soient abstenus de manger de la viande le mercredi et le samedi, à moins que la fête de Noël ne tombe l'un de ces jours.* Les prières conti­nuelles de Marie, ses pieux suffrages, ses mérites et sa spéciale protection leur sont assurés après leur mort, surtout le samedi qui est le jour con­sacré à la sainte Vierge. »

 

Un siècle plus tard, Benoît XIII, voulant augmenter encore dans les âmes la dévotion au scapulaire, ordonna que dans toute l'Église, chaque année, le 16 juillet, on réciterait l'office et on célébrerait la messe de Notre-Dame du Mont Carmel. A cette occasion, il fit insérer dans le Bréviaire une leçon, la sixième, qui tout en reproduisant en substance le décret de Paul V, cité plus haut, fait connaître davantage l'affection et la sollicitude maternelle dont la Vierge Marie entourera ses protégés au purgatoire.

 

C'est donc de Rome même que les Carmes reçoi­vent la permission de prêcher le privilège en question, privilège réservé tout d'abord aux religieux et aux moniales du Carmel puis aux tertiaires du même Or­dre, et enfin à tous les membres de la Confrérie du Scapulaire. Si ce privilège ne laisse pas d'offrir de très précieux avantages, il faut toutefois nous garder d'une fausse sécurité qui nous ferait négliger l'expiation de nos fautes dès cette vie, sous le prétexte que Marie nous soulagera dans le purgatoire et nous en fera sor­tir promptement. Il est donc important de se bien rap­peler les conditions énumérées dans le décret de Paul V, conditions qui ont été posées par la sainte Vierge elle-même.

 

Note : *. — L'une et l'autre de ces obligations peuvent être commuées, pour raisons sérieuses, en d'autres œuvres pies, par exemple, la récitation quotidienne du chapelet ou de sept Pater, Ave et Gloria. Tout confesseur a ce pouvoir de commuer (Léon XIII, 14 juin 1901). « L'œuvre à imposer dans ces commutations dépend du prêtre autorisé à cet effet; celui-ci en jugera suivant la gravite des motifs, en tenant compte de la condition, de la santé et des diverses circonstances de ceux en faveur de qui il use de son pouvoir ».

(Cf. beringer, Les indulgences, tome 2, page 191 — 1932). Le petit office de la Sainte Vierge peut être récité en langue vul­gaire (Léon XIII, 14 juin 1901).

 

 

Extrait de : LE    SCAPULAIRE DE NOTRE-DAME DU MONT-CARMEL

                   Par une Carmélite de Montréal. (1955)

 

elogofioupiou.over-blog.com

Repost 0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 14:01

Prière à SAINT BENOIT, pour les agonisants et tous ceux qui sont en danger.

Confions à ce grand saint tous ceux qui meurent sans secours et ceux qui doivent accompagner les grands malades ou blessés, à qui on ne propose plus que l’euthanasie…. (Fête le 11 Juillet selon le nouveau calendrier – Selon la tradition le 21Mars)

 

Saint Benoît dit un jour à Sainte Gertrude, que si quelqu'un lui rappelle avec dévotion ce privilège qu'il a eu de mourir debout et en priant, il l'assistera si fidèlement à l'heure de la mort qu'il s'opposera à l'ennemi du salut, là surtout où l’assaut sera le plus fort.

 

« Glorieux Patriarche, Saint  Benoît, je vous rappelle ce privilège dont Dieu a daigné vous honorer avec tant de gloire, en vous accordant de rendre le dernier soupir en même temps que vous profériez une parole de prière ; d'où il est résulté que votre bouche exhale un parfum très suave, qui vous est particulier et qui charme les autres habitants du Ciel : Je vous demande qu'à l'heure de ma mort, vous veuillez bien m'assister si fidèlement que, partout où vous verrez se diriger plus cruellement contre moi les embûches de l'ennemi, vous vous y opposiez; afin que, défendu par votre présence ; j'échappe sûrement à ses pièges et j'arrive aux joies du Ciel pour en jouir à jamais. Ainsi soit-il.

 

Saint Benoît, intercédez pour les pauvres âmes en péril.

 

Tous les saints bénédictins, priez pour l’Église en péril.

 

 Ainsi soit-il

http://amdg.over-blog.fr/saint-benoit-en-notre-secours

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:43
L’enfer a déchaîné les erreurs funestes du Paganisme autrefois vaincu ; il a appelé sous son drapeau la haine antique de la Synagogue déchue et l’audace exaspérée du peuple déicide…
Il a enrôlé dans son armée toutes les passions violentes de l’humanité viciée (…). Toutes ces forces, l’Enfer les a organisées et les dirige contre l’Église de Christ (…). Le Paganisme, le Judaïsme, l’apostasie, les vices et les passions, sous la suprême direction de Lucifer, montent ensemble à l’assaut de l’Église (…).
L’Épouse du Sauveur est accoutumée à vaincre par la souffrance. Le peuple d’Israël, qu’il est grand et majestueux tant qu’il marche avec le Seigneur, mais qu’il est terrible et horrible dans sa haine contre son Messie qu’il a méconnu et tué sur la Croix ! S’il voulait seulement s’élever du sens matériel de ses Livres saints au sens spirituel, il serait sauvé…. Mais il ne le veut pas. Son aveuglement est volontaire… l’orgueil en est l’explication. (…)
L’orgueil d’une grande intelligence préfère mille fois souffrir que de s’abaisser et reconnaître son erreur. Aussitôt qu’il s’humilie devant Dieu, le Juif voit : "il tombe de ses yeux comme des écailles" (Actes IX, 18)…
Pourquoi donc les Juifs ne voient-ils pas la vérité ? Pourquoi – orgueilleusement – la cherchent-ils dans une Cabale foncièrement antirationnelle et ouvertement satanique ? N’espérez pas, ô Juifs, pouvoir échapper à la calamité qui vous menace encore une fois ! Votre nation déicide est dans ce moment arrivée à une de ces apogées de pouvoir… qui doit aboutir, comme toujours, à un grand malheur national.
Le jour qui vous écrasera sera la veille d’une expansion vitale de l’Église, votre victime, telle que l’Histoire n’en a jamais vue. Vos prophètes le lui ont promis !
L. Meurin, (Mgr),  La franc-maçonnerie synagogue de Satan, Bureau de la bibliothèque du clergé, 1893, pp. 414 – 415.

http://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/05/17/laveuglement-de-la-synagogue-est-volontaire/

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Divers sujets ...
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 08:07

11 juillet

SAINT PIE, PAPE ET MARTYR (II e SIÈCLE ).

Ce saint naquit à Aquilée. Admis dans le clergé de Rome, il devint pape sous Antonin le Pieux, en l’année 142 ( 148 ? ), et succéda à saint Hygin. Dans cette haute dignité, il déploya un grand zèle pour la religion de Jésus-Christ, dont il était le vicaire. Il établit des peines contre les prêtres qui, par négligence, laisseraient tomber par terre, ou même sur l’autel, quelque parcelle du corps de Notre-Seigneur dans la sainte Eucharistie, ou quelques gouttes du précieux sang. Il ordonne de les cueillir avec la langue, si c’est possible; et, dans le cas contraire, de racler l’endroit et de jeter au feu ce qui aurait été recueilli. Il condamna l’hérésiarque Valentin, qui enseignait une espèce d’illuminisme, connu alors sous le nom de Gnosticisme. Il eut beaucoup à souffrir pour la foi, subit même le martyre en 157, et fut enseveli dans le Vatican, après avoir siégé neuf ans et demi.

 

PRATIQUES. — Que de saints et de martyrs parmi ceux qui ont siégé sur la chaire de saint Pierre ! Dans cette longue chaîne d’hommes vénérables, c’est à peine si l’on compte quelques très rares exceptions, dans une série de dix-neuf siècles. Quelle est l’institution qui puisse présenter un phénomène semblable ? Soyons pleins de respect pour le Saint-Siège ( Paul VI toujours vivant en 2013 ), de dévouement et de docilité à ses enseignements.

PRIÈRE. — Nous croyons fermement, ô Jésus, que vous résidez en corps, âme et divinité dans le sacrement de votre amour. Faites que nous ne manquions jamais de respect à votre sainte et adorable présence, et que nous vous recevions toujours avec la plus grande pureté de cœur.

 

A.I.

 

http://yannickcharbonnelreligion.blogspot.ca/

 

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens