Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 20:31

Prenez votre Croix…

                 

— Travaillez! Faites pénitence, au nom du Père éternel. Le temps se fait court.

 

— Vos tribulations croîtront de jour en jour. La récompense de ceux qui aiment et honorent le Père éternel durant leur vie n'est pas de cette terre. Votre récompense vous attend au Royaume de votre Dieu.

 

— Il faut beaucoup de sacrifices, beaucoup de pénitences. Il y a mille manières de faire des sacrifices. Sous l'ancienne Loi, on sacrifiait un veau ou un autre animal. Mais cela n'apaisait pas le Père éternel, car ces sacrifices ne conte­naient pas vraiment le cœur de ceux qui les offraient. Le sacrifice qui plaît par-dessus tout au Père éternel, c'est la pénitence de l'es­prit, «l'esprit contrit et humilié».

 

On en est arrivé là parce que trop peu de gens prient, trop peu savent la valeur de la souffrance, trop peu expient les fautes com­mises contre Mon Fils et Son Cœur Imma­culé.

 

— Ma fille, nous nous réjouissons de ce qu'un grand nombre d'âmes ont accepté de grandes pénitences pour le salut des âmes.

 

La vie, ma fille, est pour tous un pèleri­nage, une vallée de larmes. Vous ne pouvez avoir le bonheur sur terre, une sublimité de bonheur, car alors vous ne suivriez pas la voie de la croix. La vie est une vallée de larmes, mais c'est avec ces larmes que vous lavez votre âme.

 

— On crie: amour et paix! Mais il n'y a ni paix ni amour. Le seul véritable amour est celui de la croix, l'amour que Mon Fils a montré durant sa vie mortelle, l'amour qui l'a finalement élevé au Royaume éternel.

 

— Ne vous attendez pas à une vie de roses, mes enfants. Le chemin est semé d'épines. Prenez votre croix et portez-la sans vous plaindre.

 

— Qui peut comprendre pleinement les voies du Père Éternel? Il faut lui abandonner votre volonté. La voie du Royaume est celle de la croix, la seule vraie.

 

— Il en est comme au temps de Mon Fils. Les enfants de Dieu seront crucifiés. Prenez donc votre croix, mes enfants, prenez-la avec force d'âme et persévérance. Mon Fils tient la Victoire.

 

— Acceptez votre croix, portez-la avec persévérance et restez dans la Lumière, c'est la seule voie qui conduit au Royaume.

 

— Une œuvre ou un sacrifice n'a de valeur qu'enveloppée de charité.  Qu'est-ce que la charité ? Un exemple: vous entrez en contact avec des gens dont l'existence est souillée, noircie par le mal et le péché. Ne faites pas les suffisants, ne vous tenez pas remplis d'assu­rance, du fait de votre piété et des grâces reçues. Soyez tristes plutôt à cause de ceux qui sont tombés dans les ténèbres. Ne jugez pas. Seul le Père éternel juge les cœurs.

 

— Vous n'avez que peu de temps. Il vous (faut tout de suite entrer dans une vie de prières, d'expiations, de sacrifices. Vous ne pouvez être à la fois du monde et de l'esprit. Le choix vous est donné individuellement. La décision vous appartient.

 

Ne livrez pas votre âme pour la gloire et l'honneur de ce monde, gloire et honneur qui n'ont qu'un temps et qui vous seront enlevés en traversant le Voile. Vous vous tiendrez alors devant le Père éternel, pour le jugement, sans parure ni richesse du monde, mais seule­ment avec ce que vous aurez pu thésauriser pour votre entrée au Royaume. Aussi devez-vous vivre selon l'esprit, vivre dans le monde sans être du monde, car il a été livré à Satan. Le monde se moquera de vous, il ne vous comprendra pas, parce que vous parlerez un langage étranger, le langage de l'esprit. Aussi, ne vous troublez pas si l'on vous met à part ou si l'on rit de vous avec mépris, et, quelle que soit la façon dont le monde vous traite, acceptez votre croix. Nous sommes là à vous attendre, les bras ouverts, pour vous recevoir, une fois votre mission terminée.

 

— Quittez vos vêtements mondains. Débarrassez-vous de tout esprit du monde. Revêtez des vêtements qui sanctifient. En toute vérité, vous devriez vous couvrir de sacs et de cendre.

 

C'est maintenant qu'on amasse des mérites.

                    

Les Fins Dernières

 

— Le jour de l'Assomption, je suis entrée dans le Royaume. C'est cela que vous fêtez le 15 août Fais-le savoir, ma fille. Par delà le Voile, tous mes enfants me rejoindront, Moi et Mon Fils, dans le Royaume éternel. Qu'ils le sachent!`

 

Rien n'est caché aux yeux du Père éternel. Il est le juge final.

 

— Pas d'Enfer ? Pas de Purgatoire ? Venez donc au delà du Voile connaître la vérité.

 

N'allez pas tomber dans l'erreur de croire que tous seront sauvés sans effort de leur part et sans mérite. Il y a un Ciel, il y a un Enfer, il y a un lieu de purification. Vous devez être purifiés, purifiés de tout péché. Vos vêtements devront être lavés dans le sang, priez que ce soit celui de l'Agneau.

 

— N'allez pas croire ceux qui enseignent que l'on entre automatiquement dans le Royaume que Mon Fils vous a ouvert au prix de Son Sang. Le Royaume a été fait pour  tous, mais tous n'y entrent pas. Il y a un Ciel, un Purgatoire et malheureusement un Enfer, lieu de damnation éternelle. Vous devez mériter le Royaume et vous y préparer. Soyez prêts maintenant. Beaucoup sont appelés; peu sont élus. L'homme a le choix, il est libre.

 

— Quand vous vous détournez de Dieu, la seule route qui vous soit ouverte est vers le bas.

 

Votre apostasie est le fruit de votre ar­rogance. Elle vous a fait mettre de côté la con­naissance de l'existence de Satan et de l'Enfer. Vous apprendrez trop tard qu'il existe un Enfer et un Purgatoire. Ne vous jetez pas dans la trappe que Satan vous a préparée en vous entretenant d'une fausse sécurité, savoir, que mon Sacrifice vous ouvre (automatique­ment) les portes du Royaume de votre Dieu. Beaucoup sont appelés mais peu sont élus. Mon Sacrifice est garant de la Vie éternelle pour tous, mais tous n'y entrent pas. Depuis le commencement du monde, beaucoup ont eu le message de votre Dieu et ne sont pas entrés au Royaume. Vous vous endormez dans l'idée fausse que tout est pardonné. Mais n'est-ce pas une pure sottise que de croire que vous pouvez offenser Dieu, violer ses Com­mandements et gagner le Royaume ? Quel genre de vie serait alors celui du Royaume? Ceux qui y pénètrent, c'est en raison de leur mérite. La souffrance, l'expiation, la péni­tence y font entrer beaucoup. Votre monde est lancé dans les astres par la science. Il a acquis un savoir. L'homme cherche toujours Dieu mais ne le trouve pas. Il cherche la vérité et ne l'atteint pas. O Mes enfants de la terre, que pouvons-Nous faire de plus pour vous réveiller ?

 

— Seul un esprit purifié, nettoyé, peut entrer au Royaume de Dieu. La purification se fait sur terre, dans la souffrance ou, au delà du Voile, au Purgatoire. Quant à l'Enfer, il est éternel, permanent.

 

— L'homme, ayant mis de côté la con­naissance de la Vie éternelle et du surnaturel, s'est bâti un monde rationnel d'où le Royaume de Dieu est exclu. Plus vite qu'il ne pense, il passera de l'autre côté du Voile et sera rejeté.

 

— Tout homme reçoit le salaire de son péché, mesure pour mesure.

 

— Nous, au Ciel, nous sommes en poignante douleur à la vue du Purgatoire, ce lieu où les âmes doivent passer de longues années parce qu'elles n'ont pas été attentives et qu'elles n'ont pas expié leurs fautes pendant leur vie sur terre. Et maintenant l'expiation leur a été assignée durant une vie, une vie surnaturelle et de souf­france au Purgatoire. O Mes enfants, si je pouvais vous l'ouvrir et vous permettre de voir ce que souffre une âme au Purgatoire, il n'y a rien que vous ne donneriez sur terre pour éviter de passer ne fût-ce qu'un moment dans cet état! Et beaucoup y sont, qui y seront encore à la fin du temps de votre monde.

 

— De nombreuses âmes, au Purgatoire, at­tendent leur délivrance. Sans votre aide, elles ne peuvent rien. Ne leur obtiendrez-vous pas ces grâces qu'il vous est possible d'obtenir si librement sur la terre ? Cette bonté de cœur vous vaudra de leur part trois fois plus de re­connaissance. Beaucoup d'entre elles sont condamnées à rester au Purgatoire jusqu'à la fin du monde si vous ne les aidez pas. On a coutume de perdre avec le temps le souvenir de ceux que l'on a aimés. Mais sachez-le, un jour, chacun d'entre vous sera dans la même situation. Pensez-vous alors avoir quelqu'un sur terre pour prier pour vous, si vous ne l'avez pas fait vous-même et prêché d'ex­emple ? Qui priera pour vous au delà du Voile? Qui offrira des sacrifices et des indul­gences pour vous? Commencez donc par vous assurer une entrée dans le Royaume éternel.

 

La mort véritable est la destruction de l’âme immortelle plongée dans les ténèbres et donnée à Satan. C'est l'éternelle damnation. Ne vous laissez pas tromper par ceux qui disent que l'on peut pécher, enfreindre toutes les lois de Dieu, et être sauvé. C'est faux. C'est une abominable erreur venue directe­ment des profondeurs de l'Enfer et de la créa­tion de Satan afin de vous séduire et de vous empêcher de revenir à Dieu.

 

— Mes enfants, cette nuit même, nombre d'âmes perdues paraîtront devant Nous. Noires d'esprit, je ne pourrai les reconnaître; elles seront la proie du Prince des ténèbres, à jamais perdues pour le Ciel. Est-ce la destinée que vous voulez ?

 

— Satan rassemblera tous ceux qui lui auront vendu leur âme. Pour quel profit? La damnation. Vous dites qu'il n'y a pas d'Enfer? Où pensez-vous donc que Lucifer ait été pré­cipité? Et ceux qui l'ont suivi? Il a été jeté hors du Royaume. Vous le serez aussi, de la même manière. Où est-il allé? Dans la profondeur de la terre, pour s'y faire un royaume. Il y en­traîne le troupeau qu'il égare par l'erreur, l'il­lusion, l'hérésie, le mensonge, la séduction.

 

— Pour la perte d'une âme, le Ciel verse beaucoup de larmes. Il y en a tant qui tombent dans l'abîme d'où l'on ne revient pas! Quant au Purgatoire, le nombre de ceux qui y vont diminue, et diminue encore plus le nombre de ceux qui entrent au Royaume de la joie éternelle. Qu'adviendra-t-il de Nos enfants ?

 

— Jour après jour, minute après minute, les âmes tombent en Enfer. Beaucoup vont en Purgatoire et y passent des jours, des heures, des mois, des années, à être purifiées. Cer­taines y resteront jusqu'à la fin du monde.

 

— Les péchés de la chair mènent beaucoup d'âmes au Purgatoire; ils en entraînent aussi beaucoup en Enfer, dans la damnation éter­nelle et le Bannissement.

 

Les Martyrs, les Anges et les Saints

 

— (Vision) Des millions de petites lumières apparaissent comme des cristaux, comme des diamants. Elles grossissent, se détachent du ciel, se portent en avant. Ce sont de vraies lu­mières, des lumières circulaires. Entre elles, se profile une multitude de personnes, vêtues de longues robes blanches. La voyante n'en recon­naît pas beaucoup pour le moment, elle sait que ce sont les saints. Elle ne distingue pas les visages, mais les silhouettes sont très simples et visibles. Elles ont les pieds nus. Tout ce qu'elles portent est une tunique dont les manches s'arrê­tent aux coudes. Elles ont sur leurs têtes des couronnes vertes!

 

— Ce sont les martyrs, leur foule immense comme la mer. Tous, ils ont été éprouvés et jugés véritables. Qui veut se joindre à eux dans la vie future doit suivre leur exemple: re­ligion, chasteté, bonnes œuvres. La prière peut transporter les montagnes, atteindre les sommités du Ciel. Mais il y faut les œuvres.

 

— Nos enfants, sur la terre, doivent souvent s'entretenir en esprit avec les âmes des saints qui les attendent là-haut. De­mandez et vous recevrez d'eux avis et conseil. Les Saints qui sont maintenant au Ciel ont une pleine connaissance des épreuves terres­tres de l'humanité; aussi vous donneront-ils de grandes consolations. Apprenez de leur exemple qu'ils n'ont pas recherché les trésors du monde, mais qu'ils se sont amassés des trésors de grâces pour le Ciel.

 

Satan cherche à soustraire à l'esprit et au cœur des jeunes l'exemple de ceux qu'on appelle Saints et dont les biographies existent. Recherchez-les. Répandez-les. Ces âmes se sont données sur terre au Père Éternel. Il faut les suivre.

 

— O mes enfants, vous faites des saluts au drapeau, vous coulez en bronze et en pierre les effigies de vos grands hommes, et vous ne feriez pas de même pour les Grands du Ciel ?

 

— Que vos enfants invoquent leurs anges gardiens pour les guider vers la sortie de ce monde livré à Satan. Ils viendront à leur aide. Vous pouvez aussi, en élevant vos cœurs vers le Ciel, les appeler à leur secours.

 

— Dans les Royaumes du Ciel, il y a beau­coup de degrés avant d'atteindre la perfec­tion. Sachez-le, mes enfants, le plus haut degré est celui de la vision béatifique du Père Éternel. Je le dis parce que l'on répand beau­coup d'erreurs à ce sujet. Les pasteurs à qui nous avons confié nos troupeaux de jeunes âmes, les induisent en erreur et les mettent sur le chemin de la damnation.

 

( Véronika) — Le ciel s'ouvre du côté droit. Je vois une eau tranquille, une mer. Voici une barque sur l'eau, une barque de bois, grossièrement construite. Elle ne bouge pas. Notre-Dame me fait signe d'approcher. Je vois un, deux, trois,... jusqu'à neuf hommes debout dans la barque. Ils tirent par-dessus le bord un filet qui se tend. Trois d'entre eux ont noué leur ceinture sur leurs reins.

 

— Ils ont péché, mais ils n'ont rien pris, dit Notre-Dame. Aucun de ces hommes n'est nu. Le mot a été mal compris. La nudité totale n'est permise devant personne. Adam et Ève, quand ils se virent nus, se couvrirent avec des feuillages.

 

L'homme qui est à gauche dans la barque est grand. Il a une barbe et de longs cheveux bruns. Il resserre la corde qui lui sert de ceinture. Sous sa longue tunique, je vois la partie supérieure d'un vêtement. — C'est un pagne, ma fille, un pagne.

 

Sa tunique demeure suspendue à sa ceinture. Les eaux sont tièdes, l'air est pesant. Les hommes continuent de travailler et de remonter les filets. Ils commencent à se décourager et re­gardent alentour. Un autre homme, vêtu d'une longue tunique très serrée, s'approche du premier. J'entends sa voix: — Simon Pierre, regarde! Le Maître est là, sur le rivage! Simon Pierre, l'homme qui est à gauche, se retourne. Il mesure la courte distance entre la barque et le rivage. Précipitamment, il enfile sa tunique, passe les bras dans les manches, arrange la tunique autour de lui et resserre la corde à ses reins. Notre-Dame: — Pierre n'était pas nu au sens de nudité complète. Il a seulement enlevé la partie haute de sa tunique serrée à la taille. Les autres compagnons commencent à tirer le filet qui est devenu très lourd. Je peux voir les poissons qui sautent. Ils sautent et retombent dans le filet. L'homme qui est à la droite de Pierre, dit: — Le Maître a rempli les filets! Alors Pierre enjambe la barque, plonge dans l'eau, les pieds en avant. L'eau n'est pas très profonde et le rivage n'est pas loin. Jésus se tient sur le bord. Il porte une tunique blanche. Il fait très bon. Il est entre 10 et 11 heures du matin. Pierre se hâte vers la berge. Le sable n'est pas blanc, mais brun rougeâtre. Pierre se précipite aux pieds de Jésus. Maintenant ils font un tas de bois. Le feu prend. Le bois a déjà été préparé, car il brûle bien. Jésus dit —Venez! Mangeons!

 

Les hommes sont sortis du bateau, en grande excitation. Ils s'efforcent de tirer derrière eux leurs filets remplis de poissons. Ils parlent avec volubilité de la puissance de Jésus qui a rempli leurs filets, alors qu'ils avaient travaillé toute la nuit sans rien prendre.

 

— Autre exemple. Saint François ne s'est pas montré nu à son évêque. Il s'agit d'une expression, d'un symbole de dépouillement des désirs et des biens terrestres. François voulait vivre une vie de pauvreté et de piété, dans l'amour des créatures de Dieu, reflets de la joie et de la grandeur de leur Maître, le Haut Seigneur Dieu dans le Ciel.

 

— La souffrance conduit au Royaume du Ciel. Il vous sera donné une couronne, une couronne !

 

A suivre  

 

Extrait de : Des jours d’Apocalypse.  René Salvator CATTA. (1978)  (pages 62-74)

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens