Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 10:33

 

SON ENFANCE ET SA JEUNESSE

 

On ne trouvera pas ici une Vie complète de Soeur Marie Marthe Chambon, mais simplement quelques indications biographiques, encadrant un Exposé de sa dévotion préférée : la dévotion aux saintes Plaies de N. S. J.- C.

 

Françoise Chambon naquit d'une modeste mais chrétienne famille de cultivateurs, au hameau de la Croix-Rouge, sur Chambéry, le 6 mars 1841. Le même jour, elle reçut le saint Baptême dans 1'église paroissiale de Saint-Pierre de Lémenc.

 

Il plut à Notre-Seigneur de se révéler de très bonne heure à cette âme innocente.A peine Françoise avait-elle neuf ans que, sa tante l'ayant conduite un Vendredi Saint à l’adoration de la Croix, le Christ s'offrit à ses regards, déchiré, ensanglanté, comme au Calvaire. « Oh! Dans quel état Il était!... » Dira-t-elle plus tard.

 

Ce fut là une première révélation de la Passion du Sauveur qui devait tenir tant de place dans son existence. Mais l'aurore de sa vie apparaît surtout favorisée par les visites de Jésus Enfant.

 

Le jour de sa Première Communion, Il vint à elle visiblement ; et depuis lors, à chacune de ses communions, jusqu'à sa mort, ce sera toujours l'Enfant Jésus qu'elle verra dans la sainte Hostie. Il devient l'Inséparable Compagnon de sa jeunesse, la suit au travail, dans les champs, converse avec elle le long du chemin, la ramène à la chaumière paternelle : « Nous étions toujours ensemble..., oh! Que j'étais heureuse! J'avais le Paradis dans le cœur!... » Disait-elle en rappelant, vers la fin de sa vie, ces lointains et doux souvenirs.

 

A l'époque de ces précoces faveurs, Françoise ne songeait même pas à faire confidence de sa vie de familiarité avec Jésus : elle se contentait d'en jouir, croyant ingénument que tout le monde possédait le même privilège.

 

Toutefois, la pureté et la ferveur de cette enfant ne pouvaient échapper au digne Curé de la paroisse : aussi l'admettait-il fréquemment à la Table sainte. Et c'est lui qui découvrit en elle la vocation reli­gieuse et vint la présenter à notre Monastère.   (À suivre)

 

Extrait de: La brochure sur Soeur Marie Marthe et les Saintes Plaies.                                                                                                                                                                                                                                Monastère de la Visitation.  (1937)

 

ARCHEYECHE DE  CHAMBERY

 

Chambéry,  le 9 juillet 1924.

 

La brochure sur Soeur Marie Marthe et les Saintes Plaies se répand dans le monde pieux avec un vrai succès d'édification.

 

Heureux sommes-nous de voir ainsi Notre-Seigneur plus aimé et prié avec plus de ferveur. Que les maux de notre société trouvent un remède dans les Plaies de notre Sauveur !

Ce nous sera une grande joie qu'une modeste fleur de notre terroir salésien ait ainsi contribué d’embaumer les plaies du monde par le recours aux divines Plaies de Jésus.

 

Dominique CASTELLAN, Archevêque de Chambéry.

 

 

 

elogofioupiou.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article

commentaires