Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 14:39

C'est en tous cas, une situation apocalyptiqueque, nous en sommes certains, a fini par comprendre et vivre Paul VI, le Pape de la Passion de l'Église, dénommé pour cela par la prophétie de Malachie "FLOS FLORUM", la Fleur des fleurs, c'est-à-dire la fleur des papes289... appellation qui serait autrement bien mystérieuse si l'on suit certains traditionalistes intégristes en mal de bouc émissaire…

 

Autre aspect de la question. De Vatican II, infaillible mais hérétique, il résulte, comme d'une cause à conséquence très immédiate et inéluctable, l'avènement du règne de l'Antéchrist personnel. Parce que, pour paraître en ce monde, il avait précisément besoin de l'obscurcissement complet de l'Église. "Que seulement disparaisse ce [ou ce­lui] qui fait obstacle présentement, alors se manifestera l'inique que le Seigneur Jésus fera disparaître par le souffle de sa Bouche et qu'il anéantira par l'éclat de sa Venue"290, prédit magistralement saint Paul.

 

Or, selon les meilleurs exégètes, "ce" ou "celui" qui doit disparaître, c'est l'Église, c'est le pape291. Or encore, depuis l'hérétique D.H.P., la légitimité de l'Église, du pape, est invinciblement obscurcie sous le manteau de péché matériel.

 

Donc, l'obstacle est levé. Et notez bien dans cette prophétie paulinienne, le "seulement" suivi du "alors", indiquant clairement l'intime et simultanée connexion des deux faits : dès que l'Église sera décapitée, et c'est le 7 décembre 1965, l’Antéchrist aura le terrible pouvoir de se manifester, de paraître à tout moment, dans le monde.

 

Par une pres­que étonnante suspension que nous vivons depuis quarante ans à présent, il n'est pas encore paru depuis lors, cependant que les signes de l'avènement de son règne maudit s'affermissent de plus en plus, dans les jours même où nous écrivons ces lignes.

 

Mais, pour notre encouragement, ne notons pas moins que saint Paul prophétise qu'il sera quasi immédiatement précipité dans l'Abîme par le souffle du Seigneur... comme de quelque chose d'aussi insignifiant qu'il se croit tout-puissant293 (enfin, disons que cette "immédiateté" scripturaire correspond aux fameux «3 ans et demi» ou «1260 jours» annoncés si précisément dans l'Apocalypse, et que le Christ promet d'abréger en faveur des élus, dans l'Évangile...). Puis suivra le Règne de la Gloire du Christ.

 

 

289 Surtout si on l'éclairé par ce verset du Cantique des cantiques, II, 1 : "Je suis la fleur des champs, et LE LYS de la vallée". Quelle liaison de la papauté, tout soudain, avec la royauté française symbolisée elle aussi par cette fleur de lys, au moment même où le pape devait être châtié COMME le roi de France, selon la pro­phétie de Notre-Seigneur à Sœur Lucie de Fatima...! Or, Montini était LE SEUL cardinal dans le Conclave de 1963 à posséder non seulement la fleur de lys dans son blason, mais il en possédait... TROIS en chevron, tels... LES ROYS DE France.  Et le 21 juin 1963, jour de son élec­tion, "c'est la fête du Sacré-Cœur du Christ PERCÉ DE LA LANCE" (Le nombre, langage de Dieu, Claude Peignât & cf. le missel Feder de 1955)…

 

Paul VI est toujours pape, c'est même la fleur des papes, c'est Flos Florum, quoique cela semble contradic­toire puisque c'est le pape... qui signe D.H.P. (mais justement : comme cette devise illustre magnifiquement notre thèse !). Après lui, "l'Église sera éclipsée", dit Notre-Dame à La Salette), com­mence…

 

290 II Thess. II, 1-12. Lire à ce sujet, notre chapitre Le mystère d'iniquité — l'avènement de l'Anté­christ, dans Actualité de la Fin des Temps, pp. 329-387.

 

291 Certains veulent faire consister cet obstacle à l'avènement de l'Antéchrist principalement dans la Rome antique christianisée depuis Constantin, dont les tout derniers successeurs étaient les empereurs d'Autriche-Hongrie, lesquels disparurent définitivement en 1917, année eschatologique entre toutes. Ceux-là nous sem­blent trop "politiser" la question : si saint Paul vise bien effectivement Rome, le VRAI successeur de cette Rome-là, principe de civilisation c'est-à-dire d'humanité prédestinée au Christ, c'est, en première interpréta­tion, non pas tant les Empereurs très chrétiens que le pape et l'Église, qui sont la véritable Rome. Les Empe­reurs très chrétiens ne viennent qu'en seconde et subalterne interprétation de "l'obstacle" paulinien.

 

293

J'ai vu l'impie adoré sur la terre ; pareil au cèdre il portait dans les deux ; son front audacieux.

Il semblait à son gré gouverner le tonnerre ; foulait aux pieds ses ennemis vaincus.

Je n'ai fait que passer, IL N'ÉTAIT DÉJÀ PLUS".

(Esther, Racine, d'après ps. XXXV, 35-36)

 

A suivre

 

Extrait de : L’IMPUBLIABLE (2005)

                   Autoédition Vincent MORLIER

 

elogofioupiou.com

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens