Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 06:07

Mystère d’iniquité -Les trois objectifs  des cardinaux félons au Concile Vatican II.-

(Inspiré de Tychique N°307 -25-08-2012-extraits)

« Le chanoine Descornets révéla ces objectifs, tels que le cardinal Liénart (Franc- maçon et chef de file de la subversion au Concile Vatican II) les lui indiqua aux portes de la mort. Il est vrai qu’Achille Liénart passait pour « l’un des plus importants parmi les évêques libéraux qui souhaitaient un assouplissement de la discipline, de la liturgie et de la théologie » (« Wikipedia ») Un simple assouplissement ? … Non, évidemment ! Une révolution dans l’Église.

 Le premier de ces objectifs était d’opérer une rupture quant à la messe qui, sans être véritablement invalide dans sa forme nouvelle, pouvait le devenir effectivement par défaut d’intention du célébrant. L’objectif était d’autant plus facile à atteindre qu’il prenait en compte la dissolution du contenu des études sacerdotales provoquant, à terme, ce défaut d’intention. (De consacrer)

Progressivement les célébrants allaient cesser de croire à la valeur propitiatoire du Saint Sacrifice, n’y voyant plus qu’un « mémorial » ou un « repas sacré ». …

Le deuxième objectif avoué par le cardinal consistait à rompre la succession apostolique en modifiant le rituel du sacre épiscopal. Le pouvoir juridictionnel des futurs évêques devait être maintenu sans aucune ambiguïté, car il fallait absolument conserver la structure ecclésiale, mais il en était tout autrement du pouvoir d’ordre. Et l’on observa la même manœuvre que pour la célébration de la messe. Le nouveau rituel introduisait une formule de consécration qui n’était pas intrinsèquement invalide, bien qu’ambiguë et portant à douter, mais, progressivement, une dissolution de l’intention des consécrateurs allait s’instaurer et finir par devenir effective en moins d’un demi-siècle… L’objectif allait donc être atteint : à terme la succession apostolique allait être rompue sans même que l’on s’en aperçoive.

D’où l’absolue nécessité de conserver nos évêques restant en cela fidèle à Mgr Lefebvre dont le combat défensif était, rappelons-le : sauver la messe ; sauver le sacerdoce ; sauver la succession apostolique !

 

Le troisième objectif découle tout naturellement des deux précédents : la corruption de l’épiscopat. ! Contraints par conformisme, par pression morale (et même politique parfois) d’accomplir des actes contraires à leur conscience, ils se trouveraient privés des grâces du Saint-Esprit… leur ministère devenant alors dépourvu d’effets sanctifiants.

N’oublions surtout pas que ce plan satanique a été concocté par d’authentiques théologiens ! Ils savaient ce qu’ils faisaient et comment il fallait le faire…. » ***

 

*** Note Senex : Tout le Concile n’est pas à «  diaboliser ».  La corruption du Concile ne fut pas le fait de SS Paul VI, (Comment lui prêter une telle intention??) comme le prétendent ses adversaires acharnés, mais le fruit amer d’un véritable  mystère d’iniquité où "un esprit de mélange"(cf. Filiola) a « éclipsé » l’Esprit d’Amour et Vérité, qui inspire, oriente, guide et soutient toute intention droite, qui donne à tout son sens et sa valeur dans le mystère divin. Sans Lui nous ne pouvons rien faire qui plaise à Dieu, sans lui le figuier est stérile et bon à brûler.

 Les interventions de SS Paul VI lors des sessions visèrent plusieurs fois au contraire à ramener le débat dans le sens de la tradition. Mais il a été emporté par le torrent où il avait mis imprudemment le pied et il a dû boire jusqu’à la lie…..Là encore les « avertissements à l’Église» (TRC et DFT) sont d’une très précieuse clarté, pour comprendre le drame de SS Jean XXIII et SS Paul VI. Et rendre à chacun ce qui lui est dû. A suivre

http://amdg.over-blog.fr/

 

elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires