Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 19:06
La vie d’ici-bas a cela de consolant, qu’elle est le prix de la vraie vie.
 
Donnez-moi un point d’appui, disait Archimède, et je soulèverai la terre. Le plus puissant moyen d’élever l’homme vers le ciel et de l’encourager à ne reculer devant rien pour en faire la conquête, consiste à lui montrer la vraie vie, la vie qui l’attend au delà du tombeau.
 
Ce spectacle lui rend tout possible, tout facile. Une fois qu’il l’a entrevu, il aime à le revoir. Son bonheur est demonter fréquemment dans la terre des Vivants, de courir familièrement par les places de la céleste Jérusalem, visitant les patriarches et les prophètes, saluant les apôtres, admirant l’armée des martyrs et des confesseurs, contemplant les choeurs des vierges.
 
Entreprenons le même voyage. Déjà nous savons que la mort n’est pas l’ouverture d’un noir précipice, où nous tombons irrévocablement, après avoir végété quelques années dans la vallée des larmes.
 
La mort est une puissance amie qui vient nous prendre dans ses bras, pour nous transporter au sommet de la montagne des lumières, des félicités et de la vie. La mort n’est pas la fin définitive, c’est un commencement ; ce n’est pas un couchant, c’est une aurore.
 
Mourir, c’est vraiment naître.
 
J’insiste sur cette pensée, la plus encourageante de toutes et la plus consolante, pour ceux qui restent et pour ceux qui partent. Ainsi, mourir n’est pas mourir, c’est simplement changer de domicile. En quittant la terre, le chrétien ne quitte pas la vie : au contraire. Où va-t-il ? Dans la terre des Vivants : in terra Viventium (Ps., CXLI).Dans la terre des Vivants ! Toute la poésie, toute la philosophie, toute la rhétorique humaine pâlissent devant cette parole. Je n’en connais pas de plus riche ni de plus ravissante.
 
Qu’est-ce que la terre des Vivants ? C’est le ciel.Pourquoi le ciel est-il appelé la terre des Vivants ? Pour plusieurs raisons également dignes de la bonté et de la sagesse éternelles.
 
La première, par opposition à ce bas monde, si justement nommé la vallée des larmes et la terre des mourants : Vallis lacrymarum et terra morientium. En effet, ici-bas tout meurt et rien ne vit. Le ciel, au contraire, est le pays fortuné, où tout vit et où rien ne meurt.
 
La seconde, parce que l’homme, étant fait pour la vie, l’aime passionnément. Comme elle ne se trouve point ici-bas, Dieu a voulu exciter en nous un ardent désir du ciel, en nous le désignant sous le nom béni de la terre des Vivants.
 
La troisième, pour justifier la Providence, en promettant à l’homme de satisfaire éternellement et surabondamment l’impérissable désir de la vie qu’Il a mis en lui.
 
Mgr Gaume – La vie n’est pas la vie (1868) 

http://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/01/02/mourir-cest-naitre/

 

elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens