Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 15:35

La tendance à désacraliser la liturgie. SS Paul VI extraits d’une lettre à la commission de la réforme liturgique 19- 4- 1967

« Les initiatives liturgiques arbitraires et fantaisistes »

« Un autre motif de douleur et d'appréhension Nous est donné par les cas d'indiscipline qui, dans différentes régions, se répandent dans les manifestations du culte communautaire et prennent parfois des formes volontairement arbitraires, souvent totalement différentes des normes en vigueur dans l'Église.

 

«Cela trouble gravement les bons fidèles, on en donne des motivations inadmissibles qui sontdangereuses pour la paix et l'ordre de l'Église et qui répandent des exemples déconcertants. Nous voudrions à ce propos rappeler ce que le récent Concile réaffirme au sujet du gouvernement de la liturgie, lequel « dépend uniquement de l'autorité de l'Église ». (Constitution Sacros. Cons., n° 22.)

 

«Mais Nous voulons surtout exprimer Notre confiance que l'épiscopat aura soin de veiller sur ces cas et de préserver l'harmonie propre au culte catholique sur le plan liturgique et religieux qui, en cette époque postconciliaire, est l'objet de soins très attentifs et délicats.

 

« Nous adressons cette exhortation également aux familles religieuses sur la fidélité et l'exemple desquelles l'Église compte aujourd'hui plus que jamais. Nous adressons aussi au clergé et à tous les fidèles, afin qu'ils ne se laissent pas envahir par des velléités d'expériences fantaisistes, mais qu'ils cherchent plutôt à donner un caractère de perfection et de plénitude aux rites prescrits par l'Église.

 

«Cette recommandation concerne également l'une des prérogatives du Consilium, qui consiste à diriger avec sagesse chacune des expériences liturgiques semblant mériter d'être mise en œuvre d'une façon attentive et dans un esprit de responsabilité. (Le Consilium est la commission chargée de l’application des résolutions conciliaires. Elle fut rapidement infiltrée et dévoyée par les progressistes pour aboutir à ce que l’on sait, qui avait outrepassé les demandes du concile lui-même. Cette «réforme » était depuis plusieurs années dans les cartons de la subversion. Mgr Bugnini en fut le malheureux applicateur. Il n’est pas le seul responsable de ce coup de force. Hélas, « la faiblesse des bons a fait la force des méchants »).

 

«…Mais ce qui est pour Nous une cause encore plus grave d'affliction, c'est la diffusion de la tendance à « désacraliser », comme on ose le dire, la liturgie (si encore elle mérite de conserver ce nom) et avec elle fatalement le christianisme.

 

«Cette nouvelle mentalité, dont il ne serait pas difficile de retracer les origines troubles, et sur laquelle cette démolition du culte catholique authentique essaye de se fonder, implique de tels bouleversements doctrinaux, disciplinaires et pastoraux, que Nous n'hésitons pas à la considérer comme aberrante.

 

«Nous avons le regret de devoir dire cela, non seulement à cause de l'esprit anticanonique et radical qu'elle professe gratuitement, mais bien davantage à cause de la désintégration qu'elle comporte fatalement.

 

«Nous n'ignorons pas que tout mouvement idéologique peut contenir de bons fragments de vérité et que les promoteurs de nouveautés peuvent être des personnes bonnes et cultivées, et Nous sommes toujours prêts à considérer aussi les aspects positifs de tout phénomène qui se produit dans l'Église.

 

«Mais Nous ne devons pas dissimuler, à vous surtout, la menace de ruines spirituelles que semble représenter ce à quoi Nous venons de faire allusion. »

 

Oui, de la désacralisation à la profanation et au sacrilège, il n’y a qu’un pas.

Comment penser que celui qui a écrit cet avertissement solennel aurait pu être l’instigateur et l’organisateur de la réforme Bugnini et de la « nouvelle Messe » ? C’est impensable.

 

Il a donc fallu une machination diabolique, des tromperies  avec abus de confiance, des  pressions psychologiques  et mêmes physiques graves pour qu’il soit contraint d’apposer sa signature à de tels documents, si tant est que cette  signature ait été réelle ?

 

Déjà nous savons comment Mgr Bugnini et ses complices ont agi. (Cf. le site « SS Paul VI le pape martyr »). Nous saurons un jour, si Dieu le veut, toute la Vérité.

SS Paul VI n’est ni un hypocrite, ni un traître, ni un vandale. Gardons-lui donc toute notre confiance et prions pour lui. Il a besoin de nous et nous avons besoin de lui.

http://amdg.over-blog.fr/2013/10/le-saint-p%C3%A8re-souffrira-beaucoup.html

 

 

elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens