Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 14:58


                        

Extrait des visions de Ste Françoise Roumaine.

Ces mauvais esprits deviennent plus malicieux, plus savants et plus iniques dans leurs entreprises contre notre salut, parce que, dans leurs précédentes luttes contre les âmes qu'ils ne pouvaient vaincre par leurs propres forces et leur science personnelle, ils ont été instruits de ruses plus perfides par leurs compagnons, tombés d'un chœur céleste plus élevé, et plus astucieux et plus puissants qu'eux.

 

Tous les démons qui sont sur la terre et qui sont déchus du dernier rang de la milice angélique ne sont pas occupés à nous tenter. Ceux qui n'exercent pas cette fonction ne restent pourtant pas inactifs. Leur rôle consiste à tourmenter leurs compagnons d'infortune chargés d'éprouver les hommes, lorsqu'ils ne peuvent vaincre ceux-ci et les amener à obéir à leurs suggestions.

 

La justice divine en a ainsi ordonné et, chaque fois qu'un esprit tentateur ne réussit pas à triompher de l'âme qu'il a pour mission d'induire au mal, chaque fois qu'il ne peut, malgré ses efforts, l'incliner vers le péché, il est lui-même frappé par les autres diables. Ce tour­ment s'ajoute aux autres peines générales qu'il endure.

Toutes les fautes que nous commettons réjouissent l'enfer, mais aussi tous les actes de vertu que nous accomplissons, toutes les prières que nous prononçons, sont des occasions d'humiliations et de souffrances pour le Révolté et ses esclaves.

 

Lorsque le saint nom de Jésus est prononcé par un homme avec dévotion, tous les démons, aussi bien ceux qui sont dans les ténèbres de l'abîme que ceux qui parcourent les airs ou habitent la terre, sont forcés de fléchir le genou. Ils ne le font pas de leur propre vo­lonté, mais ils y sont contraints par la force divine de ce nom très saint.

 

Il arriva une fois, raconte sainte Françoise Romaine, que, s'entretenant avec son directeur de conscience de sujets spirituels, elle prononça le nom de Jésus. Aus­sitôt des démons, que la bienheureuse voyait sous divers aspects, frappèrent la terre de leur bouche avec une grande crainte.

 

Plus  la personne qui dit ce nom béni excelle en charité et en perfection chrétienne, plus les esprits déchus éprouvent de peine et souffrent cruellement.

 

Par contre, lorsque des pécheurs transforment cette appellation en blasphème ou en une vaine formule, les diables, bien que contraints malgré eux de plier le genou, ne s'en affligent pas, mais sont contents et s'en réjouissent à cause du péché qui est commis. De cette façon parfois ils s'attristent et parfois ils éprouvent de la satisfaction, mais, dans l'un comme dans l'autre cas, ils sont forcés de témoigner leur respect à leur Créateur.

 

De même toutes les fois que le nom de Jésus est pro­noncé soit en vain, soit par blasphème, soit par parjure, tous les esprits glorieux qui habitent la céleste patrie, de nature angélique ou de nature humaine, fléchissent le genou avec un grand respect. Ils n'éprouvent pas, il est vrai, la même joie que lorsqu'ils l'entendent louer et bénir, mais ils ne le saluent pas moins avec une ex­trême révérence.

 

Mais quand ce nom béni est invoqué et exalté, sur­tout par des personnes consacrées entièrement à Dieu, les habitants du Ciel manifestent une vénération pro­fonde et une joie indicible.

 

De même lorsque les hommes prononcent les autres noms de Dieu et celui de la Vierge Mère, les esprits glo­rieux, anges et saints, en éprouvent de la joie et de la fierté à proportion des mérites de ceux qui parlent.

 

Sainte Françoise Romaine disait que toutes les fois qu'elle proférait le nom de Jésus, ou que quelqu'un le prononçait devant elle, son ange, qu'elle voyait conti­nuellement, faisait la révérence avec un visage éclatant de félicité et un mouvement plein d'allégresse. Il ap­portait à cette action une telle dignité, une telle grâce, que la bienheureuse, à sa vue, se sentait tout enflammée d'amour pour Dieu.    FIN

 

Extrait de la : Vie de Ste Françoise Roumaine. (Chapitre III) Thibaud Landriot et Cie 1841.

 

elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens