Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 23:52

 

 

Savez-vous seulement ce que c'est qued'être prête à mourir ?

 

Lorsque vous êtes sur le point d'entreprendre un voyage, involontairement vous vous posez cette question qu'inspire la plus vulgaire prudence :   « Suis-je prêt ? Ne le manque-t-il rien ? Ne me reste-il aucune disposition à prendre avant de quitter ta maison ? »

 

Lorsque vous devez faire quelque action d'une certaine importance : subir un examen, paraître dans une assemblée, etc., vous vous dites encore : «Suis-je prêt ? Suis-je en état de faire bonne figure là où tu vas aller, et de réussir ? »

 

Et ainsi du reste. On ne fait rien sans se demander si l'on est prête et pourtant toutes les choses d'ici-bas n'ont que fort peu de conséquence. Une seule est grave, c'est celle qui met fin à toutes les autres : la mort. Et c'est la seule à laquelle on ne se prépare pas, la seule en prévision de laquelle on ne se pose pas la grande question : Suis-je prêt ? Comprenez-vous une telle aberration ?

 

Songez-y donc une fois : Dieu veut que tous soient prêts à mourir, et à mourir à toute heure : « Soyez prêts, dit-il dans le saint Évangile, car le Fils de l'homme viendra à l'heure que vous ne pensez pas. » Il ne dit pas : préparez-vous à la mort quand elle sera à votre porte : Il veut que cha­que instant de la vie nous y soyons préparés !

 

Les vierges folles, qui ne se disposèrent à recevoir l'époux que lorsqu'il était déjà arrivé, furent expulsées du banquet, tandis que celles qui étaient toutes prêtes en l'attendant y furent admises. « La mort, dit saint Chrysostome, surprend les gens qui ne l'attendent pas, à la manière des assassins et des voleurs : mais elle est pour ceux qui y sont préparés com­me un messager royal qui vient les convier de la part du Sei­gneur à l'éternité bienheureuse. »

 

Mais savez-vous seulement ce que c'est qued'être prête à mourir ?

 

C'est être dans la position du vaisseau marchand qui stationne dans le port et qui n'attend pour se mettre en route que la marchandise. S'il faut encore em­barquer les munitions et les vivres, pourvoir à son aménage­ment, il n'est pas prêt assurément puisque tout reste à faire. Et que de choses vous manquent encore, à vous de les préparer ; donc en temps utile : N'attendez pas jusqu'au dernier moment, jusqu'à l'instant de la mort, où l'obscurcissement de l'intel­ligence, les angoisses de l'esprit, le trouble, l'inquiétude, les regrets, la souffrance, rendent l'homme incapable de prêter toute son attention à une affaire aussi importante.

 

Personne n'a jamais eu lieu de regretter d'y avoir songé trop tôt ; tandis qu'une foule de malheureux gémiront éternelle­ment pour avoir apporté de la négligence dans une affaire si décisive et si grave.

 

Sera-t-il temps de vous munir de bonnes œuvres pour le grand voyage de l'éternité au moment où sonnera l'heure du départ et quand on vous dira, avant même que vous ayez rendu le dernier soupir, cet adieu anticipé : Ame chrétienne, partez de ce monde !

 

Est-il sage de s'exercer au maniement des armes au moment du combat, et alors que l'ennemi engage l'action ? Est-il bien temps d'établir ses comptes à l'heure où on doit les produire et les justifier ?

 

Pourquoi remettre à demain votre pénitence et votre préparation, puisque vous n'avez pas une minute d'assurée ? Quel homme sensé s'avise d'ajourner indéfiniment une affaire de laquelle dépendent sa vie et sa fortune ?

 

Heureux qui peut dire avec l'apôtre : Je meurs tous les jours : c'est-à-dire je suis toujours prêt à mourir : heureuse l'âme que le trépas trouve morte déjà à elle-même et à toutes les créatures ! La mort n'est véritablement pour elle que le commencement de la vie.

 

Si c'est une monstrueuse démence que de rester seulement une nuit, seulement une heure en état de péché mortel, que dire de ceux qui passent dans cet état des mois et des années entières ? Si la mort n'avait surpris jusqu'ici qu'un seul in­dividu dans le péché, vous devriez appréhender encore d'y passer un seul instant, de crainte d'être le second. Pourquoi n'être pas plus sur vos gardes, vous qui avez l'exemple de tant de misérables qui subissent les supplices éternels pour avoir été surpris par la mort dans ce funeste état ?

 

Tâchez de n'avoir pas lieu de vous adresser à vous-même sur le seuil de l'éternité ce reproche tardif que se faisait jadis Annibal après avoir laissé échapper  l'occasion de s'emparer de Rome : « Quand je pouvais, je n'ai pas voulu : quand je voulus, je ne pouvais plus ! » Aujourd'hui vous pouvez : veuillez, donc aussi ; demain peut-être la puissance et la volonté vous feront défaut !

 

C'est une pratique bien sage et bien salutaireque d'accom­plir toutes ses actions comme si elles étaient les préliminaires de la mort : c'est à cette préparation que tendaient tous les combats des saints, leurs victoires, leurs austérités, leurs mortifications, leurs jeûnes, leurs prières, leurs veilles !

 

Un pieux ermite qu'on exhortait à se préparer à la mort répondit : « Depuis que je porte cet habit je n'ai rien fait d'autre. »

 

Le célèbre solitaire saint Antoine répétait fréquemment ces mots à ses religieux : « Vivez comme si vous deviez mou­rir le jour même. »

« Heureux le serviteur que le maître trouvera vigilant et tout prêt lors de son arrivée ! »

 

Prenez la résolution de vivre chaque jour comme s'il devait être le dernier de votre existence. En outre, choisissez un jour par mois pour vous préparer particulièrement à la mort et pour régler le compte de votre vie.

 

 

Saint Lazare, martyr.

Lazare, issu d'une noble famille juive, vivait à Béthanie avec ses deux sœurs Marthe et Marie. Non content de donner souvent à Jésus l'hospitalité de sa demeure, Lazare of­frit au divin Maître celle de son cœur, et Jésus, en retour de cette affectueuse hospitalité, l'admit au nombre de ses amis. Il arriva qu'en l'absence de Jésus Lazare tomba gravement malade. Ses sœurs, pleines d'inquiétude pour sa vie, firent prévenir leur divin hôte du danger que courait son ami. Jé­sus cependant tarda un peu de se rendre à cet appel, et La­zare s'endormit du dernier sommeil.

 

Attendri par la douleur de Marthe et de Marie, le divin Maître frémit en lui-même, il pleura sur Lazare, et s'écriant à haute voix : « Lazare, sor­tez dehors», il le ressuscita du tombeau où depuis quatre jours la corruption faisait son œuvre. Ce prodige fit éclater, aux yeux de tous, la puissance de Jésus. Plus tard, ses ennemis dé­posèrent sur une barque tombant de vétusté Lazare, Marthe, Marie, Marcelle, Maximien et quelques autres chrétiens, les abandonnant au hasard des tempêtes sans voile, sans gou­vernail et sans vivres. D'après la légende, Dieu aurait guidé cette barque et elle aurait abordé à Marseille dont Lazare fut ainsi le premier évêque. Mis en demeure de choisir entre l'apostasie ou la mort, après un fructueux apostolat, Lazare ré­pondit : «J'ai un ami dont la puissance une fois déjà m'a rendu la vie. Pour lui je suis prêt à mourir une seconde fois. » Le saint évêque eut la tête tranchée et consomma ainsi, vers l'an 80, son martyre qui le réunit pour jamais à Jésus-Christ, son éternel ami.

 

Extrait de : LECTURES MÉDITÉES (1933)

 

elogofioupiou.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article

commentaires

Visiteur 04/01/2013 17:54

Voilà les liens de votre site sur le Catéchisme de l'Oratoire. J'ai particulièrement aimé celui d'église sans papauté. Dommage que vous ne continuiez pas la série. Sinon, je ne trouve pas votre
blog consultable facilement. Il faudrait pouvoir accéder facilement aux rubriques, le moteur de recherche ne suffit pas, à mon avis.

Au niveau de Paul VI : Comment un Pape abandonnerait-il ses fidèles, le Bon Pasteur son troupeau, un père sa famille à des loups rapaces? Ça n'a pas de sens. Il ne s'agit pas de théologie mais de
sens commun. Un Père s'occupe de ses enfants, les nourrit, les protège, les gouverne, les remets dans de bonnes mains, et votre Pape est en fuite comme le mercenaire, votre Pape se tait comme
Honorius, et se cache même de ses enfants! Je le répète, ça n'a pas de sens.

Catéchisme de l'Oratoire.


Les signes de la fin des temps
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-les-signes-de-la-fin-des-temps-97194393.html

Les signes de la fin des temps (1)
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-les-signes-de-la-fin-des-temps-1-108015772.html

Les signes de la fin des temps (2)
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-les-signes-de-la-fin-des-temps-2-108053692.html

La femme de l'apocalypse et le dragon
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-la-femme-de-l-apocalypse-et-le-dragon-108293997.html

L'antéchrist et le faux prophète
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-l-antechrist-et-le-faux-prophete-108362985.html

La prostituée romaine ou babylone…
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-la-prostituee-romaine-ou-babylone-107978533.html

La grande apostasie
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-la-grande-apostasie-108258038.html

L'église catholique de la fin des temps
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-l-eglise-catholique-de-la-fin-des-temps-108452939.html

S'opposer à la fausse église conciliaire…?
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-s-opposer-a-la-fausse-eglise-conciliaire-102881226.html

église sans papauté
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-eglise-sans-papaute-97066317.html

Validité du sacrement de bâptème
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-validite-du-sacrement-de-bapteme-98486526.html

Les indulgences et leurs avantages
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-les-indulgences-et-leurs-avantages-99632750.html

Cinquième commandement de dieu…
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-cinquieme-commandement-de-dieu-107874142.html

Sixième et neuvième commandement de dieu
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-sixieme-et-neuvieme-commandement-de-dieu-107930680.html

La perfection chrétienne
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-la-perfection-chretienne-108329195.html

Pourquoi dieu permet-il la souffrance?
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-pourquoi-dieu-permet-il-la-souffrance-108091326.html

Les bons anges nous protègent dans notre corps et dans notre âme.
http://elogofioupiou.over-blog.com/article-les-bons-anges-nous-protegent-dans-notre-corps-et-dans-notre-ame-108126450.html