Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 17:47

L'Église, dans la fête de l'Épiphanie, honore le mystère de la manifestation de Notre-Seigneur aux nations.

 

Noël était comme une fête intime où n'étaient conviés que les représen­tants du peuple de Dieu : Marie, Joseph, les bergers ; l'Épiphanie, c'est l'expansion, dans le monde entier, des clartés du soleil de justice encore à son aurore.

 

Les Rois Mages, ve­nus de l'Orient adorer le Sauveur, furent ses premiers apôtres auprès des nations, qui attendaient, assises à l'ombre de la mort, l'annonce d'un jour nouveau.

 

Saints messagers, qui nous prêchent encore, après dix-neuf siècles, la foi, la générosité, la docilité aux inspirations de la grâce.

 

D'après, la tradition, Dieu a permis que les corps de ces saints personnages fussent conservés.

 

Pendant le siège de Milan par l'empereur Frédéric Barberousse, les principaux citoyens de la ville cachèrent ces corps, envoyés autrefois dans cette ville par Eustorgius, évêque de Constantinople.

 

A la suite de l'Empereur se trouvait Reinold, évêque de Cologne, à qui, pour prix d'un service rendu, un noble chevalier indiqua le lieu de ce dépôt précieux. L'évêque demanda à l'Empereur, pour son église, la possession de ce trésor. Frédéric lui ayant accor­dé cette faveur, Reinold fit enlever les saintes reliques, les transporta à Cologne et les plaça solennellement dans la ca­thédrale, où un grand nombre de miracles s'opérèrent par leur intercession.

 

C'est depuis cette époque que la ville de Colo­gne, fière de son trésor, porte trois couronnes dans ses armes, en souvenir des trois rois Mages.

 

elogofioupiou.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires