Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 15:44

"Allez, maudits, au feu éternel de l'enfer qui a été préparé pour Satan et ses anges... et ils iront au supplice éternel." Mt.25. Alors pourquoi cette répugnance à méditer sur l'enfer ?

 

La souffrance répugne tellement à la nature humaine que l'esprit se détourne instinctivement de la pensée de brûler éternellement dans ces flammes allumées par la colère de Dieu. Il faut une bonne dose de volonté aidée de la grâce pour appli­quer l'esprit à ce sujet terrible. Les passions se révoltent contre ce dogme de notre religion: les viveurs et les mondains ne veulent pas en entendre parler, non plus que les catholiques à mentalité païenne plus ou moins. Ainsi aux Etats-Unis et en France, on ne veut plus prêcher l'enfer. A les entendre parler, Dieu n'est que miséricorde; il est trop bon pour punir en enfer. A mesure que la foi s'en va d'un pays, ses prêtres évitent de menacer les pécheurs de l'enfer.

 

Mais que gagne-t-on à ne pas vouloir y penser? C'est aussi insensé que l'autruche qui se cache la tête dans le sable pour se protéger contre le lion. Mieux vaut contempler cet abîme en esprit afin de se décider à prendre les moyens de l'éviter que d'y descendre corps et âme pour l'éternité. Cette méditation n'est pas seulement pour les pécheurs endurcis, mais pour les bons catholiques aussi. Tous nous pouvons être si fortement tentés qu'il n'y ait que la pensée de l'enfer pour nous faire éviter le péché mortel. C'est elle qui a donné le courage aux martyrs d'endurer leurs tourments atroces. Tous se disaient: mieux vaut souffrir ces tortures un instant que d'aller brûler en enfer éternellement, si nous renions J.C. Ainsi parmi les fidèles de nos jours il y aurait moins de péchés mortels com­mis, si tous étaient bien pénétrés de l'horrible supplice de l'enfer éternel.

 

Au Canada aussi les prédicateurs de la seule miséricorde se multiplient avec les mêmes résultats qu'aux États-Unis et en France:   on   pèche   de   plus  en   plus  et  on   s'éloigne   des sacrements, en se disant qu'il est si facile de se sauver d'après tant de prêtres. Une bonne pensée, un Ave, un clin d'oeil au bon Dieu et c'est fait, sauvé! C'est moins embarrassant que de traîner avec soi cette pensée affreuse d'un feu éternel. Mais qui peut être sûr de son salut avec ces paroles magiques? Quel ris­que épouvantable on prend pour son salut! Dieu peut le faire sans doute mais le fera-t-il? Il peut aussi bien convertir ces pécheurs en un clin d'oeil dès maintenant; le fait-il? Que d'Ave ces pécheurs disent et ils ne sont pas convertis actuellement; qu'est-ce qui prouve que cet Ave sera si efficace à l'heure de la mort? C'est possible, c'est tout ce qu'on peut dire !

 

Tous ceux qui éliminent la justice de Dieu la détruisent dans la même proportion; est-ce un moyen pour se le concilier à l'heure de la mort? La justice lui est aussi essentielle que la miséricorde; il faut donc en méditer les effets dans l'éternité où il doit punir les pécheurs qui ne se sont pas convertis avant de mourir. Nous pouvons tous être du nombre de ces malheureux et nous le serons si nous refusons de bien nous convaincre de l'existence de ce feu éternel. Car nous serons tous fortement tentés si nous ne l'avons pas déjà été, et alors ce sera la pensée de l'enfer qui nous préservera du péché.

 

Tous les catholiques sont obligés d'y croire sous peine de cesser de l'être, car ce dogme a été défini par le Cône, de Latran. On ne peut donc pas se laisser influencer par aucun argument contre ce dogme quelque fort qu'il puisse paraître à la raison. Il faut y adhérer de toute sa volonté et de tout son juge­ment. D'ailleurs est-ce plus difficile que de croire aux autres dogmes de notre foi? Que Dieu s'est fait homme et à vécu sur terre comme n'importe quel autre homme et cependant il régnait en même temps dans le ciel. Que dans la communion il donne sa chair à manger et son vrai sang à boire? Absolument tout dans notre religion dépasse l'humain. C'est insensé d'ac­cepter quelques dogmes et d'en rejeter d'autres. Tous se tien­nent: celui qui en rejette un les rejette tous par le fait même. Par conséquent il faut croire à l'enfer et en faire entrer les consé­quences dans notre vie pratique, surtout pour souffrir n'importe quelle tentation plutôt que de mériter l'enfer par un péché mortel.

 

Ajoutons quelques considérations non pas comme base de notre foi, en l'enfer, mais simplement pour aider notre croyance, par exemple:

La croyance universelle indique quelque révélation primitive parce que les hommes ne seraient pas portés à in­venter un châtiment éternel qui répugne tant à la raison hu­maine. Puisque l'on trouve cette croyance chez la plupart des nations, c'est donc qu'elles l'ont reçue d'en haut d'une façon ou d'une autre. On la trouve dans quelques textes de...

L’Ancien Testament. Jud.16-20: "Malheur à la nation qui s'élève contre mon peuple, car le Seigneur le Tout Puissant se vengera d'elle, il la visitera au jour du jugement. Il livrera leur chair au feu et aux vers afin qu'ils brûlent et qu'ils éprouvent ce supplice éternellement."

Isaïe, 33-14: "Les pécheurs ont tremblé en Sion, et l'ef­froi a saisi les impies: qui de nous séjournera dans le feu dévorant? Qui de nous séjournera dans les flammes éternelles?"

Isaïe, 66-24: "Et quand ils sortiront, ils verront les cadavres des hommes qui se sont révoltés contre moi; car leur ver ne mourra point, et leur feu ne s'éteindra point, et ils seront en horreur à toute chair".

 

Dan. 12-2 : "Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour un opprobre, pour une infamie éternelle."

S.J. Baptiste, Luc, 3-18 fait le trait d'union entre les 2 Testaments; il est bien catégorique et doit résumer ce que les prophètes avaient déjà dit de l'enfer. Son témoignage est très fort puisque Jésus a approuvé sa prédication. Ce n'est pas seulement en passant qu'il en parle, mais c'était le fond de toute sa prédication: faire pénitence pour éviter l'enfer: "Moi je vous baptise dans l'eau, mais il vient celui qui est plus puissant que moi et dont je ne suis pas digne de délier la courroie de sa chaussure; lui, il vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. Sa main tient le van et il nettoiera son aire et il amassera le froment dans son grenier et IL BRÛLERA LA PAILLE DANS LE FEU QUI NE S'ÉTEINT POINT." Avant J.C. le monde croyait donc à l'enfer.

 

Enseignée par J.C.: Mt.9-42: "Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la; mieux vaut pour toi entrer dans la vie mutilé que d'aller avec tes deux mains dans la géhenne, dans le feu inextinguible, là où le ver ne meurt point et où le feu ne s'éteint point."

 

Luc, 16-19: "Dans l'enfer le mauvais riche leva les yeux et tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham et Lazare dans son sein et il s'écria: Abraham notre père, aie pitié de moi, et envoie Lazare pour qu'il trempe dans l'eau le bout de son doigt et me rafraîchisse la langue, car je souffre cruellement dans ces flammes."

 

C'est Jésus lui-même qui affirme qu'une seule goutte d'eau est refusé aux damnés; c'est donc qu'il n'y a absolument aucun soulagement dans l'enfer. Mais le texte le plus terrible est celui du jugement général dans la sentence que J.C. pro­noncera contre les méchants: Mt.25: "Allez, maudits, au feu éternel qui a été préparé pour Satan et ses anges... et ils s'en iront au supplice éternel !" C'est le même mot: éternel pour les méchants comme pour les élus. Or le bonheur du ciel durera éternellement; donc le feu de l'enfer aussi.

 

Que tous les prédicateurs de la seule miséricorde de Dieu prennent note que d'après Jésus il y en aura un bon nombre à sa gauche pour recevoir cette épouvantable sentence... et que ceux qui n'ont jamais prêché la justice de Dieu pourraient bien en sentir les effets dans l'autre monde !

 

A suivre

Extrait de : MES RETRAITES.  Père Onésime Lacouture. S.J.  (1978)

 

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires