Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 06:15
13 novembre 1791. Sous la pression maçonnique, Louis XVI accorde la citoyenneté aux juifs vivant en France. Une erreur qui s’avérera tragique.
Le remède à la situation actuelle découle naturellement de notre exposé. Indiquer ce remède est cependant autre chose que l’appliquer. Pour y arriver, il faudra vaincre la répugnance de ceux qui considèrent encore l’émancipation des Juifs comme un progrès.
II est absolument nécessaire de changer cette mentalité en les amenant à reconnaître leur erreur et à faire marche en arrière.Lorsqu’un homme se rend compte qu’il a fait fausse route, il doit avoir le courage de rebrousser chemin. Ceci vaut aussi pour les peuples.
Tout en accordant aux Juifs la liberté de leur culte et la sécurité de leur personne, il faut limiter leurs droits civiques. C’est –à -dire qu’il faut les traiter comme n’importe quel étranger. « Ni élu, ni éligible, ni électeur, ni citoyen » disait l’abbé Charles. Toute personne habitant à l’étranger sait qu’il ne doit pas se mêler des affaires publiques du pays qui lui offre l’hospitalité. Il peut être parfaitement heureux sans être électeur ou éligible. La situation politique des Juifs, tant qu’ils se trouveront encore chez nous, est ·donc parfaitement claire.
Quant à leur situation sociale, nous avons exposé que, pendant de longs siècles, l’Église a exclu les Juifs de tous les emplois publics leur conférant une autorité sur les chrétiens.
L’expérience nous a montré les suites désastreuses de l’abandon de ces mesures de protection. Il faut donc revenir aux lois qui écartent les Juifs de toute fonction sociale dans laquelle la conscience chrétienne aura à se prononcer.
Ainsi un Juif ne pourra entrer ni dans la magistrature, ni dans l’administration. Il pourra encore moins être appelé à une fonction dans l’enseignement primaire, secondaire ou supérieur. L’oeuvre juive de déchristianisation et de corruption a toujours visé en premier lieu l’enseignement et les lois qui le concernent.
Nous ne pouvons empêcher les Juifs de continuer leurs expériences qu’en revenant sur le chemin que saint Thomas d’Aquin nous a tracé : liberté pour les Juifs, protection des chrétiens. Que signifie cette liberté pour les Juifs ? C’est la liberté d’exercer leur culte, c’est la liberté d’élever leurs enfants dans la religion juive, c’est la liberté d’observer leur sabbat.
Ayant accordé cette liberté aux Juifs, saint Thomas demande la protection des chrétiens. Il faut que l’autorité empêche les Juifs d’attaquer la foi des chrétiens, qu’elle protège le peuple contre les tentatives de corruption de la part des Juifs. Saint Thomas conseille aux chrétiens d’être prudents dans leurs rapports avec les Juifs, d’éviter des relations intimes ou familières, de ne pas leur confier des charges publiques, de ne leur donner aucune juridiction sur les chrétiens ; en résumé, de ne leur confier aucun poste qui leur permettrait d’exercer quelque autorité ou influence sur les chrétiens.
L’antisémitisme de saint Thomas n’était autre chose que l’exercice du droit de légitime défense. Pour être efficace, cette défense légitime doit être accompagnée d’une renaissance religieuse.
Et c’est là que nous nous séparons de ceux qui partagent nos idées quant au danger juif, mais qui veulent y remédier en dehors du christianisme. Pour obtenir un résultat durable, il faut l’harmonie entre l’esprit et la matière. Il faut que les mesures pratiques que nous préconisons soient accompagnées d’un redressement des esprits.
Si notre société ne revient pas à la foi et aux principes chrétiens, nous ne sortirons pas du cercle vicieux dans lequel nous nous débattons. Si les Juifs réussissent dans leurs entreprises, c’est parce que les chrétiens ont affaibli leur défense en ne vivant plus d’après les préceptes de l’Église.
D’autre part, la vie publique ayant été ainsi déchristianisée, les Juifs exercent sur elle une influence toujours plus grande. La petite pierre détachée de la montagne, se transforme en avalanche dévastatrice lorsqu’elle ne rencontre pas d’obstacle capable d’arrêter sa course folle.
H. de Vries de Heekelingen – Juifs et catholiques (1939)

http://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/07/16/lemancipation-des-juifs-est-un-echec/

 

elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Divers sujets ...
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens