Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 16:55

 

VII.   LES   FILLES  DE   JÉRUSALEM.

 

Saint Luc (XXIII, 27 à 31) nous dit qu'à la montée, du Calvaire Jésus était suivi par une grande masse de peuple et par des femmes qui se lamentaient et pleuraient sur Lui. Jésus se tournant vers elles leur dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants, parce que vont venir des jours où l'on dira : " Heureuses les femmes stériles, les entrailles qui n'ont pas enfanté et les seins qui n'ont pas allaité ! »

 

C'est alors qu'on se mettra à dire aux montagnes : « Tombez sur nous ! Et aux collines : « Recouvrez-nous ! Car si l'on traite ainsi le bois vert, qu'en sera-t-il du bois sec ? »

 

Cet événement se renouvelle aujourd'hui au cours du calvaire que suit l'Église. En 1970, en un lieu d'apparitions non encore reconnu, Marie nous a dit, par une expression presque identique à celle de son Fils : « Pleurez sur vos enfants et sur vous-mêmes. » De même que son Fils a pro­phétisé en rencontrant les filles de Jérusalem, de même prophétise-t-elle des événements analogues. Bien des catho­liques pensent qu'il s'agit des faits annoncés par saint Jean, dans son Apocalypse, à la rupture du sixième sceau (VI, 15 à 17) :

 

 « Les rois de la terre, les potentats, les capitaines, les riches, les puissants, tous les esclaves et tous les hommes libres allèrent se cacher dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et dérobez-nous à la vue de Celui qui est assis sur le trône et à la colère de l'Agneau, car il est arrivé, le grand jour de leur colère, et qui pour­rait subsister ? »

 

Dans son calvaire, l'Église avance vers le temps où se manifestera la colère divine. Puissent d'ici là ceux qui la composent rester fidèles à la vraie doctrine, cette sève du bois vert, et ne pas en être détachés comme les sarments qui seront jetés au feu. Il ne s'agit pas ici, bien sûr, du feu éternel, mais de ce feu annoncé par saint Grignon de Montfort, tel que nous le verrons plus loin : le feu du Ciel, le feu de la colère, prédit tant de fois dans les écrits de mystiques publiés avec l'approbation de l'Église.

 

(A suivre)

 

Extrait de : MARIE ET LA GRANDE HÉRÉSIE,

                   Guy Le Rumeur (1974)

                   79290 Argenton-L’Église

 

elogofioupiou.com

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires