Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 14:51
«… Parce que tu as peu de force, et cependant tu as gardé Ma parole. »   Apocalypse 3, 7


Ce passage indique trois causes ou trois mérites particuliers pour lesquels Dieu aura pitié de son Église, et ouvrira la porte de Sa miséricorde dans ce sixième âge.


Le premier mérite est mis au présent : parce que tu as peu de force. Ces paroles expriment l’industrie des serviteurs de Dieu qui emploieront avec prudence et avec zèle le peu de force qu’ils auront reçu de Lui, et obtiendront ainsi de très grands fruits par la conversion des pécheurs et des hérétiques. Et c’est ce grand effort qu’ils auront fait, surtout au commencement du sixième âge, pour opérer ces conversions que Jésus-Christ récompensera par une grande prospérité.


Le second et le troisième mérite sont mis au passé : Tu as gardé ma parole, et tu n’as point renié ma foi. Par là, il désigne la constance et la persévérance de Ses serviteurs dans Son amour et dans Sa foi. 
Car, vers la fin des temps du cinquième âge, ceux-ci, ayant peu de force, s’élèveront néanmoins contre les pécheurs qui auront nié la foi à cause des biens terrestres. Ils s’élèveront aussi contre certains prêtres qui, s’étant laissé séduire par la beauté et par les attraits des femmes, voudront abandonner le célibat.


Or, au temps où le démon jouira d’une liberté presque absolue et universelle et où la plus grande tribulation sévira sur la terre ces serviteurs fidèles, unis entre eux par les liens les plus forts, protégeront le célibat en se conservant purs au milieu du siècle.


Ils passeront pour vils aux yeux des hommes et se verront méprisés et repoussés du monde, qui les tournera en ridicule. Mais le Sauveur Jésus-Christ dans Sa bonté, regardera d’un oeil propice leur patience, leur industrie, leur constance et leur persévérance, et Il les récompensera dans le sixième âge en secondant et favorisant leurs efforts dans la conversion des pécheurs et des hérétiques.


Parce que tu as peu de force, que tu es méconnu et sans puissance, sans richesses et sans gloire ; et parce que la grâce de Dieu ne t’a été donnée et distribuée qu’avec mesure ; néanmoins tu as fait les plus grands efforts dans ton zèle et ta charité ardente pour le Saint Nom de Jésus, pour Son Église et pour le salut des âmes. Voilà pourquoi le Christ, dans Sa miséricorde, viendra enfin à ton secours, et ouvrira la porte de la vraie foi et de la pénitence aux hérétiques et aux pécheurs. 
«Et cependant tu as gardé ma parole. »


La parole du Christ est prise ici pour la doctrine spéciale et la connaissance d’un précepte ou d’un conseil qui n’était pas contenu dans l’ancienne loi, et qui était tout à fait contraire au monde. Or, l’Évangile contient trois paroles de ce genre : la première, c’est le précepte de l’amour des ennemis et de la charité fraternelle, Matt., V, 44.


La seconde, c’est le conseil de la continence et du célibat, Matt., XIX, 12 : «Il y en a qui se sont fait eunuques eux-mêmes».


La troisième parole, c’est la patience que nous devons pratiquer. Matt., V, 39 : «Si quelqu’un vous a frappé sur la joue droite, présentez-lui encore l’autre. Et à celui qui veut disputer en jugement avec vous et vous enlever votre tunique, abandonnez encore votre manteau».


Or; il est, dit dans le texte : Et cependant tu as gardé ma parole, c’est-à-dire la parole de la charité fraternelle, du célibat, de la patience, de la douceur ; parole que Dieu a prononcée de Sa bouche bénie, et qu’Il a observée Lui-même.


Et tu n’as point renoncé à mon nom. Le texte latin dit : « Tu n’as point renié ma foi ». Or on renie la foi le plus souvent à cause des richesses, des honneurs et des voluptés. Mais les serviteurs du Christ mépriseront ces trois concupiscences vers la fin du cinquième âge et ils mèneront une vie humble, sans rechercher les dignités, ni le pouvoir.


Ils seront méprisés et ignorés des grands, et ils s’en réjouiront. Ils sacrifieront leurs revenus pour les pauvres, et pour l’édification et la propagation de l’Église catholique qu’ils aimeront comme leur mère. Ils marcheront dans la simplicité de leur coeur en présence de Dieu et des hommes ; et c’est pour cela que leur vie retirée sera considérée comme une folie.


La sagesse de ce monde consiste à retenir ce qu’on possède et à l’augmenter; ces vrais fidèles, au contraire, mépriseront les biens et les honneurs terrestres, et se préserveront de souillures avec les femmes. Leur conversation sera conforme à la sainteté de leur vocation.


Lors donc qu’ils verront leurs semblables apostasier et renier la foi de Jésus-Christ à cause des richesses des honneurs et des plaisirs, ils en gémiront dans leur coeur devant leur Dieu et ils persévéreront dans les vrais principes de la foi catholique.


C’est donc avec raison que Jésus-Christ leur adresse ces louanges : « Et tu n’as point renié ma foi».


Vénérable Holzhauser – Interprétation de l’Apocalypse p 190 à 192 (in extenso).
 
http://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/07/07/comment-devront-vivre-les-bons-chretiens/ 
 

elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires