Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 15:20

Nous t'ordonnons donc, Akabor, comme prêtres de Dieu, au nom de tous les patronages que nous venons d'invoquer, et au nom de la Très Sainte Trinité du Père, du Fils et du Saint Esprit: tu dois t'en retourner en enfer !  (Exorcisme du 14 août 1975)

 

L'enfer est terrible

A = Akabor : Je dois encore parler.

Oui, en leur nom et au nom des Trônes dont je proviens, je dois encore parler, je dois parler.

Chez les Trônes, j'étais. Moi, Akabor, je dois dire (sa respiration est haletante; il crie d'une voix terrible), comme l'enfer est terrible; qu'il est beaucoup plus terrible qu'on ne croit. La justice de Dieu est terrible, terrible est la justice de Dieu ! (il crie et gémit).

L'enfer est bien pire que vous ne le croyez dans votre légèreté, la justice... naturellement la miséricorde est là... mais il y faut beaucoup, il y faut beaucoup de confiance, il y faut beaucoup de prière, il y faut la confession, il y faut tout, d'après l'ancien style. On n'a pas le droit d'admettre tout simplement, à la légère, les nouveautés. C'est le Pape (Paul VI) qui dit la vérité.

 

Le troupeau est en danger

A : Les loups sont maintenant...

Les  loups sont maintenant au milieu de vous, même au milieu des bons. Comme je l'ai dit, ils sont même sous la forme d'Évêques, et plus haut encore, dans les Cardinaux.

 

La jeunesse est en danger

A : Je dis cela malgré moi, je dis tout cela malgré moi. Même la jeunesse... la jeunesse est trompée. Elle croit qu'elle pourra avec quelques oeuvres caritatives arriver au Ciel ; mais cela, elle ne le peut pas, non, jamais. . .

 

Imitation du Christ

A : Avant tout, le monde d'aujourd'hui, même le monde catholique, a complètement perdu de vue cette vérité qu'il faut souffrir pour les autres. C'est tombé en oubli que vous formez tous un Corps mystique du Christ et que vous devez tous souffrir les uns pour les autres (il pleure pitoyablement, comme un chien). Le Christ n'a pas tout fait sur la croix. Il vous a bien ouvert le Ciel, mais les hommes doivent réparer les uns pour les autres. Les sectes disent bien que le Christ a tout fait, mais ce n'est pas vrai. La Passion du Christ continue ; en son nom, elle continuera jusqu'à la fin du monde (il grogne).

 

Sens de la souffrance

A : II faut qu'elle (la Passion du Christ) continue. On doit souffrir les uns pour les autres et offrir ses souffrances au nom de la croix du Christ et des souffrances du Christ. On doit souffrir en union avec la Sainte Vierge et avec tous les renoncements qu'elle a endurés dans sa vie, unir ses propres souffrances aux terribles souffrances du Christ sur la croix et dans son agonie au Jardin des Oliviers.

 

Elles furent plus terribles que les hommes ne le croient. Le Christ au Jardin des Oliviers n'a pas seulement souffert comme vous le croyez peut-être. Il était écrasé par la justice de Dieu, comme s'il avait été lui-même le plus grand des pécheurs et comme s'il avait dû aller en enfer.

 

Il a dû souffrir pour vous, les hommes, sinon vous n'auriez pas été sauvés. Il a dû endurer les souffrances les plus terribles, et il a été jusqu'à croire qu'il irait en enfer. Les souffrances étaient alors si fortes qu'il se sentait totalement abandonné du Père céleste. Il sua du sang parce qu'il se sentait totalement perdu pour le Père et abandonné de Lui. (Il pleure pitoyablement). Il était écrasé comme s'il était un des plus grands pécheurs.

 

Voilà ce qu'il a fait pour vous, et vous devez le suivre. Ces souffrances ont la plus grande valeur; ces souffrances, ces obscurités, ces terribles délaissements, où l'on croit que tout est perdu, qu'il faut se suicider. Je ne voudrais pas le dire, non... (il respire péniblement)

Ces souffrances justement, où tout vous semble perdu, quand on se sent le plus abandonné de Dieu et qu'on croit être le dernier des hommes, la dernière des créatures, alors, justement, Dieu peut le plus avoir sa main dans le jeu. Ces souffrances, ces souffrances terribles, dans l'obscurité, sont des plus précieuses qui soient. Mais la jeunesse ne sait pas cela. La plupart des jeunes ne savent pas cela, et c'est notre triomphe.

 

Acceptation de la souffrance - La vocation à souffrir

A : Beaucoup, la plupart, se suicident alors, quand ils se croient abandonnés de Dieu et les derniers des hommes. Car si obscure que soit la nuit, Dieu est très proche d'eux, mais ils ne le sentent plus. Dieu est alors comme s'il n'était plus. De fait, momentanément, sa présence n'est plus sensible pour eux. Mais néanmoins, ils doivent imiter les souffrances du Christ, surtout ceux qu'il a appelés à beaucoup souffrir.

 

Il y en a beaucoup qui croient alors qu'ils ne sont peut-être plus normaux - mais la plupart le sont pourtant - alors ils capitulent, ils capitulent beaucoup plus facilement ; ils croient alors qu'ils devraient se suicider parce qu'ils ne sont plus compris des gens. C'est notre triomphe. La plupart vont au Ciel, mais c'est néanmoins notre triomphe, parce que. . . Ils n'ont pas rempli leur mission, ils auraient dû continuer de vivre.

 

Il y a aujourd'hui, de par le monde, des croix extrêmement lourdes, c'est Elle qui le fait dire (il montre en haut). Ces croix sont souvent malaisément supportées. Les croix visibles, comme le cancer, les infirmités, ou autres handicaps, sont souvent plus faciles à supporter que les terribles angoisses ou nuits de l'âme que beaucoup de personnes endurent aujourd'hui. Elle là-haut (il montre en haut) fait dire, comme Elle l'a déjà fait dire par une âme privilégiée : «J'enverrai à mes enfants des souffrances, des souffrances grandes et profondes comme la mer». Les personnes concernées qui ont à porter ces croix terribles - quelques-unes y sont prédestinées - ne doivent pas désespérer.

 

En attendant, les croix dont je viens de parler sont des croix qui paraissent inutiles et absurdes. Elles peuvent conduire jusqu'au désespoir. Souvent, on ne peut pratiquement plus les supporter, mais elles sont des plus précieuses. Moi, Akabor, je dois dire encore une fois: Elle (il montre en haut) veut crier à tous ces porte-croix : «Courage ! Ne vous découragez pas !» Dans la Croix est le salut, dans la Croix est la victoire. La Croix est plus forte que la guerre.

 

Extrait de : avertissements de l'au-delà à l'église contemporaine

reçus lors de l'exorcisme d'une possédée expiatoire, en suisse alémanique, dans les années 80.

Cet ouvrage est disponible gratuitement en PDF.

http://data.over-blog-kiwi.com/0/83/11/58/ob_ddd148_avertissements.pdf

 

elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires