Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 09:23

Le vrai visage du Père Noel Barbara…

. . .  La haine, bien ordonnée, loin de s'opposer à la charité, en fait partie. Or ce qui pousse nos adversaires à nous faire croire le contraire, c'est que c'est par la haine que nous sommes poussés à combattre. La haine du péché est la cause efficiente du combat contre le monde, le démon et nous même et l'amour de Dieu en est la cause finale. De même la haine des ennemis de l'Eglise est la cause efficiente de notre combat contre eux et l'amour de l'Eglise en est la cause finale. Mais la principale arme des ennemis de l'Eglise c'est 1’erreur. Aussi ne peut-on prétendre être soldat du Christ, comme dit St-Paul, sans la combattre. Or on ne peut combattre l'erreur sans la haïr ainsi que ceux qui la propagent, car la haine de l'erreur est la cause efficiente de ce combat dont la cause finale est l'amour de la vérité, et l'amour de Dieu qui est la vérité même. C'est là "chercher le Royaume de Dieu et sa justice" et Notre Seigneur nous dit: "bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice car ils seront rassasiés." Math .V.6 .

Mise en pratique

Aujourd'hui les catholiques sont atrophiés comme ces insectes auxquels certaines araignées ont injecté un venin paralisant destiné à les prédigérer. Ce venin leur est inculqué depuis l'école où l'on apprend à réussir 1'examen d'Etat jusqu'au couvent où l'on ne parle jamais de la crise de l'Egli­se. Toute leur doctrine et toutes leurs actions sont brisées à la base par le principe de "ne pas choquer". Moyennant quoi "à force de parler fai­blement des choses fortes, ils donnent aux choses fortes des apparences de faiblesse", disait Ernest Hello.

Donc s'ils ne haïssent plus c'est qu'ils n'aiment plus.

Et comme ceux qui ont la vue faible, ils ne supportent pas la pleine lumi­ère. N'allez surtout pas dire à l'un d'entre eux de quelque bord qu'il soit, qu'il est trompé, il a horreur de la vérité entière. Au nom de la charité, qu'ils ne connaissent pas, ils mettent toute leur ardeur à museler ceux qui ne sont pas dans le sens du vent de leur libéralisme.

La chose n'a rien de nouveau. Écoutons ce qu'écrivait St-Augustin, il y a 1600 ans, d'où vient que l'on attire la haine quand on dit la vérité, car c'est pour l'avoir annoncée que le Divin Maitre a été haï? C'est que l'amour de la vérité est tellement troublé dans la plupart des faibles mortels, qu'ils prennent pour cette fille du Ciel tout ce que la dépravation de leur coeur leur fait aimer; et comme ils ne peuvent souffrir de se voir trompés, tout ce qui leur fait voir qu'ils le sont provoque leur haine; ainsi ce qu'ils aiment à la place de la vérité, la leur rend odieuse. Ils aiment sa beauté son éclat, mais ils n'aiment pas ses remontrances et ses reproches. La crainte qu'ils ont naturellement d'être trompés fait qu'ils l'aiment lorsqu'elle se découvre à eux; mais l'envie qu'ils ont d'en disposer et de tromper, fait aussi qu'ils la haïssent quand elle les découvre eux-mêmes: haine dont elle se venge en dévoilant leur honte et en se cachant elle-même à leurs yeux (Conf. X.23). "Ainsi ce qu'ils aiment à la place de la vérité la leur rend odieuse."

Rien n'a changé depuis le cinquième siècle. En 1977, (Fort dans la Foi n°58) le "Père" Barbara lançait, dans une envolée d'injures contre le BOC*, l'expression "gens haineux".

Il était alors furieux contre la dénonciation effectuée par le BOC contre l'I.C.P. (Institut Cardinal Pie). Or il n'avait pas tort d'écrire "haineux", car c'est bien la haine à l'égard des gens de son espèce et de leurs menées subversives qui pousse les gens de la nôtre a les dévoiler publiquement tels qu'ils sont : "levez-leur le masque" disait Léon XIII.

"Ils haïssent la vérité quand elle les découvre eux même : haine dont elle se venge en dévoilant leur honte..." écrivait St. Augustin.

Il y a quelques mois, nous provoquions encore l'indignation de certains en comparant le même "Père" Barbara et son complice le "Père" Vinson, aux valets du Sanhédrin qui gardaient le Saint Sépulcre (BOC n°30). Cette fois, instruit par l'expérience, ce n'est pas l'intéressé qui répond, il fait répondre (ce n'est pas pour rien qu'il existe en Hébreu, à côté du mode actif et du mode passif, un mode appelé hifîl qui signifie faire faire quelque chose à quelqu'un par suggestion).

Il revint donc aux oreilles de l'auteur, par voie (x) aussi ecclésiastique qu'indirecte, comme de bien entendu, que l'article incriminé est "d'un caractère odieux" (de odium : la haine).

Cette attitude est manifestement à rapprocher de ce qu'écrivait St. Augustin : "... ce qu'ils aiment au lieu de la vérité la leur rend odieuse..." et, "... comme ils ne peuvent souffrir de se voir trompé, tout ce qui leur fait voir qu'ils le sont provoque leur haine..»"

Cependant, voulant éviter tout amalgame malheureux entre gens trompés et gens trompeurs, nous dévoilerons en bloc un certain nombre de faits, tous publics, permettant d'établir de façon certaine la duplicité du "Père" Barbara.  (A suivre)

* BOC : Bulletin de l’Occident Chrétien

Extrait de BOC No 35, Mars-Avril 1997 Directeur Éric Tailhades

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Divers sujets ...
commenter cet article

commentaires