Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 14:50

Nous devons solliciter le pardon et nous devons pardonner…

«Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés».

Les trois premières demandes de l'Oraison dominicale ont pour objet la gloire de Dieu et notre fin dernière, c'est-à-dire la béatitude, la possession de Dieu ; la quatrième demande se rapporte aux moyens positifs de sanctification.

Les trois dernières demandes concernent les moyens négatifs, c'est-à-dire la suppression des obstacles au salut, car, dit saint Thomas d'Aquin, nous sommes ordonnés à la béatitude. Or, le premier des obstacles à l'obtention de la béatitude, c'est le péché, et tout d'abord le péché mortel qui nous exclut formellement du royaume de Dieu, selon cette expression de l'Apôtre (I Cor., vi, 9): " Ni les fornicateurs, ni les idolâtres, ni les adul­tères... ne seront héritiers du royaume de Dieu. "

Puis le péché véniel et la peine temporelle qui reste due après que le péché mortel a été pardonné, car ce sont là des obstacles à l'obtention de la béatitude, des dettes qu'il nous faut néces­sairement acquitter avant de recevoir la récom­pense.

C'est à la suppression de ces obstacles que répond la 5e demande: Pardonnez-nous nos offenses...

Dans la méditation de cette 5e demande, nous trouverons le motif de l’Adoration dans la con­sidération du souverain domaine de Dieu contre lequel le péché usurpe ; de sa justice qui en pour­suit l'expiation ; de sa miséricorde qui ne met que deux conditions au pardon 

Nous devons le solliciter et que nous pardonnions nous-mêmes.

Nous trouverons les motifs de l'Action de grâ­ces tout d'abord dans la considération du bien dont cette obligation du pardon faite à tous est la source dans l'ordre social  et dans la consi­dération des secours puissants que nous offrent les exemples de Jésus et son Eucharistie pour pardonner de tout cœur, afin d'obtenir nous-mêmes le pardon de Dieu.

Le motif de la Réparation dépendra de nos résistances à cette loi de pardon et des illusions que nous entretenons trop souvent en nous sur ce sujet.

Et notre Prière aura pour objet de demander au Cœur adorable de Jésus, par l'intercession de notre très sainte Mère, la grâce de mettre notre vie en plein accord avec cette demande que nous répétons si souvent. (A suivre)

Extrait du : Pater Médité devant le très Saint Sacrement. Père Albert Bettingger. (Imprimatur 1915)

Elogofioupiou.over-blog.com

 

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0

commentaires