Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 00:19

CROIRE, là est  le   bonheur…              

Tu ne l'apprécies peut-être pas à sa juste valeur, le bonheur de croire, toi qui as trouvé la Foi dans ton berceau. Mais interroge ceux qui ont dû la conquérir de haute lutte, et tu comprendras mieux quel inesti­mable trésor tu possèdes.

« Salut, grande Nuit de la Foi. Voici la Nuit qui, mieux que le jour, nous documente sur la Route » s'écrie Claudel, le poète converti.

La Foi est en effet un guide qui nous trace un chemin sûr à travers les obscurités de ce monde. Elle ne dissipe pas toutes les énigmes, elle ajoute même de l'obscurité, mais c'est une obscurité peuplée de constellations lumineuses, qui permettent au voyageur que nous sommes, d'aller de l'avant sans hésitation.

« A mesure que j'approfondissais le Credo, écrit le philo­sophe converti, G. Dumesnil, mon émerveillement pouvait se comparer à celui d'un de ces héros de contes extraordinaires qui, s'enfonçant dans l'orifice d'une caverne horrifique et ténébreuse, débouche dans les splendeurs d'un domaine enchanté ». La Foi est en effet un enrichissement incomparable de notre intelligence et de notre vie, parce qu'elle nous met en possession des secrets de la vie divine et de sa communication à nos âmes; elle prélude à la vision face à face, qui nous fera jouir de Dieu infiniment.

Un   bonheur   à   conquérir.

Car la Foi a ses exigences. Elle veut une entière soumission : de notre intelligence; une fois que celle-ci a reconnu que c'est Dieu qui lui parle par l'intermédiaire du Christ et de l'Église, elle n'a plus qu'à se prosterner devant ces vérités qui la dépassent, et à se laisser emprisonner par une intelligence qui en sait plus qu'elle : l'intelligence de Dieu; de notre volonté; car toutes les vérités que la Foi nous impose ont leur répercussion sur toute notre vie; elles indiquent un chemin à suivre qui conduit vers la lumière et la joie, mais qui se présente d'abord comme terriblement escarpé; de notre âme tout entière; car plus encore que les choses humaines, les vérités divines demandent qu'on les aborde de toute son âme pour les pénétrer, les posséder, les savourer.

Un   bonheur  à   protéger.

Car la Foi a des ennemis en toi et autour de toi.

En toi, c'est la vanité, l'orgueil, la négligence à t'in­struire, la légèreté, l'insouciance, la sensualité, la pré­tention intellectuelle, la fausse science ; prochainement : les études trop spécialisées, te confinant dans un domaine humain qui seul te paraîtra intéressant et important; plus tard enfin : le désir d'une situation brillante, l'amour de l'argent, et un embourgeoisement progressif qui tue chez tant d'hommes l'estime des valeurs spiri­tuelles.

Autour de toi : l'ambiance matérialiste; un monde qui n'a pas l'air de se soucier de la grâce, ni du Christ, ni de Dieu; des journaux, des livres qui omettent le surnaturel, ou le nient, ou le combattent; des délas­sements savamment combinés pour paganiser insensi­blement mais sûrement l'âme.

Dis-moi, sauras-tu tenir ? Sauras-tu approfondir ta Foi, en acquérir une connaissance d'homme ! Sauras-tu la pro­téger courageusement contre les influences mauvaises et pour cela observer les règles de vigilance que l'Église t'impose ? Sauras-tu faire passer ta Foi dans toute ta vie, car « si l'on ne vit pas comme l'on pense, on finit par penser comme l'on vit » (Bourget).

Saurais-tu mourir, s'il le fallait, pour défendre ta Foi ?

Extrait de : AU LARGE – Méditations pour Étudiants. (1960)   Jean Le Presbytre

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires