Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 15:16

COMMENT LA CHINE FUT LIVRÉE AUX COMMUNISTES…

L'homme moyen à qui l'on dirait que 200 millions de Russes ont été livrés à la tyrannie communiste, la plus monstrueuse tyrannie jamais connue dans l'histoire de l'humanité, par un petit groupe d'individus parmi les plus riches du monde, qui se servirent de la Russie com­me d'un tremplin leur permettant d'assouvir leur rêve de domination mondiale, cet homme moyen considére­rait cette affirmation trop extravagante pour être crue.

Et pourtant... « Le Nouvel Ordre du Monde », telle est l'expression euphémique choisie par les fondateurs de cette redoutable association.

Mais si la remise de l'empire des Tsars à la barbarie communiste semble incroyable, la façon dont la Chine devint la proie des mondialistes haut placés (dont les dirigeants communistes ne sont que des pions sur l'échiquier des nations), déroute l'esprit de celui qui essaye e reconstituer le puzzle gigantesque de la politique mondiale. Beaucoup de livres ont été écrits dernière­ment sur ce sujet, les documents abondent et ont été répertoriés. Les professeurs les plus connus et les plus autorisés ont étudié cette masse de documents ; il ne pouvait y avoir et il n'y eut pas de démentis quand ils publièrent leurs travaux. Mais comme dans le drame de la Russie, l'homme moyen ignore la vérité. Il a été nour­ri du genre de prose fabriqué tout spécialement pour lui par les « Initiés », qui contrôlent et possèdent la plu­part des moyens d'information. Si le service de la météo­rologie nationale vous annonce pour le lendemain un beau ciel bleu, vous le croyez sur parole, car vous jugez que c'est un expert en la matière. De la même façon l'homme de la rue accepte les explications données par la presse parlée et écrite sur les événements mondiaux. Il reconnaît qu'il y a beaucoup de fripouilles et qu'il y en a partout, que ces fripouilles commettent les actions les plus abominables, mais il ne lui vient pas à l'idée que ces actions si répréhensibles puissent être inspirées par des personnages très haut placés. Comment pourrait-il le savoir si personne ne lui a dit ? L'homme qui n'a ja­mais étudié l'algèbre ignore ce qu'est l'algèbre, mais ce n'est pas de sa faute.

Comment 600 millions de Chinois furent livrés à la dictature maoïste est l'histoire qui suit. Évidemment dans un récit de ce genre, seulement les faits les plus significatifs peuvent être relatés, mais n'importe quel lecteur anxieux de voir le genre humain délivré entière­ment du totalitarisme marxiste, fera bien de lire atten­tivement quelques uns des livres très remarquables écrits sur ce sujet.

Il a déjà été dit que les « Initiés » n'aiment rien tant qu'une bonne guerre fraîche et joyeuse. L'état de guerre leur laisse les mains beaucoup plus libres pour réaliser leurs desseins sataniques et leur permet d'atteindre bien plus rapidement le but qu'ils se sont fixés : l'établisse­ment d'un Nouvel Ordre du Monde, dont le titre est si plaisant à l'oreille...

La guerre 1914-1918 fut conduite avec succès pour assurer au communisme une position géographique im­portante en Russie. La guerre de 1939-1945 fut suscitée pour étendre le totalitarisme rouge à l'Europe centrale et au continent chinois.

La guerre en Europe était effectivement terminée en 1944, une bonne année avant qu'elle ne se termine offi­ciellement. Le Haut-Commandement allemand deman­dait avec insistance la paix depuis 1944, par l'intermé­diaire de leur ambassadeur en Turquie, ajoutant qu'il se chargerait de neutraliser Hitler. Le Haut-Commande­ment allemand était parfaitement capable de le faire. Évidemment ces pourparlers devaient être menés dans le plus grand secret, et le message ne fut envoyé qu'à Franklin  Delano Roosevelt. Celui-ci, n'en fit part qu'à ses plus intimes collaborateurs, qui étaient tous des « Initiés ». Ceci est raconté par un Américain très patriote, Curtis Dale, qui se trouvait être l'unique gendre de Roosevelt, dans un livre  F.D.R. My exploited father in law ». Les généraux américains qui commandaient en Europe en 1944, voulaient aller jus­qu'en Tchécoslovaquie, et de là remonter jusqu'à Ber­lin, ce qu'ils auraient pu faire aisément à cette époque. Mais ils en furent empêchés par Eisenhower, un des « Initiés » de haut grade, ou peut-être comme l'était F. D. Roosevelt un agent haut placé des mondialistes. Natu­rellement les généraux allemands ne furent jamais mis au courant de cette offre de paix demandée par le Haut-Commandement allemand.

Puisque nous mentionnons le général Eisenhower, il serait bon de rapporter, qu'il fut personnellement res­ponsable d'un crime qui devrait remplir de honte les occidentaux. Je veux me référer au renvoi dans les bras de Staline de deux millions de réfugiés, dont une partie avait fui la Russie au début de la Révolution d'octobre et vivaient en Allemagne. La question du sort des réfu­giés en Allemagne avait été débattue à Potsdam et Yalta, et il avait été explicitement entendu par Staline, Roose­velt et Churchill, qu'il n'y aurait pas de rapatriement forcé. Malgré cet accord, et sur les ordres d’Eisenho­wer, pas moins de deux millions de réfugiés furent en­fermés par la force des baïonnettes dans des wagons à bestiaux, ou autres transports rudimentaires, et expé­diés vers l'URSS. Beaucoup se jetèrent dans la mer et se suicidèrent de toutes sortes de manières, plutôt que de rejoindre l'archipel du Goulag, qu'ils savaient devoir être leur ultime destination. (Cet épisode honteux est maintenant parfaitement connu grâce à plusieurs livres parus sur ce sujet. Pour les lecteurs français a paru la traduction du livre de Lord Bethell « Le dernier secret » aux éditions du Seuil en 1975, (dont la presse aux ordres n'a pas soufflé mot.)

Si il était aisé à l'Armée américaine de remonter jusqu'à Berlin et d'entrer en Europe centrale, elle aurait pu aussi faire mouvement vers la Pologne, la Poméranie et la Prusse orientale. Cependant, si la guerre avait été dé­clenchée pour imposer le communisme dans tous ces pays, les armées américaines devaient être immobili­sées. Arthur Bliss Lane était ambassadeur des États-Unis en Pologne en 1945. Il était donc aux premières lo­ges pour observer toutes les intrigues qui se nouèrent pour établir en Pologne un gouvernement communiste. (Souvenez-vous que la guerre avait été déclarée par l'An­gleterre, sous le prétexte de garantir la liberté de la Pologne.) L'ambassadeur Bliss Lane envoya communique sur communiqué à Washington, dépeignant la situa­tion dramatique de la Pologne et priant instamment les Alliés, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France d'in­tervenir pour sauver le pays. Quand il s'aperçut que ses dépêches étaient complètement ignorées, il se démit de son poste, rentra aux États-Unis et écrivit un livre « I saw Poland betrayed » (J’ai vu la Pologne trahie). Com­me tous les autres livres excellents que des hommes courageux écrivirent à cette époque pour éclairer leurs contemporains, et les mettre en garde, le silence le plus complet entoura la parution de ce livre ; un silence de mort. Il ne s'agissait pas que des gens influents et capa­bles de remédier à la situation, prennent connaissance de l'affreuse vérité. Ainsi la liberté des Polonais pour la­quelle une guerre inexpiable était sur le point de s'ache­ver, était abandonnée aux tendres soins de Staline. Ain­si qu'il a été dit pour le pseudo-traité de paix qui suivit la fin de la guerre 1914-1918, ce n'était pas un traité de paix, mais une pause entre les hostilités.   (A suivre)

Extrait de : FATIMA ET LA GRANDE CONSPIRATION. Deirdre Manifold

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Divers sujets ...
commenter cet article

commentaires