Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 16:04

LES ÉNIGMES DE LA VIE - Pourquoi souffrir ?

Voici en effet que ma chair, voici que mon âme, au lieu de jouir en paix du peu de temps qu'il m'est donné de vivre, voient la souffrance s'installer, à demeure ou par intermittence, au centre de leurs désirs et de leurs joies.

Je songe à tout ce que j'ai souffert physiquement depuis que je suis né, et plus encore à mes angoisses, à mes déceptions, à mes échecs, à mes deuils, à la jalousie des uns, à l'ingratitude des autres, à toutes les luttes qu'il m'a fallu entreprendre pour continuer à vivre.

Puis, oubliant mes misères, je songe aux souffrances des au­tres ; je tâche de rendre aussi sensibles que possible les antennes de mon esprit et de mon cœur pour recueillir, jusqu'en ses moin­dres nuances, l'immense clameur qui s'élève de la terre.

Les souffrances physiques d'abord.

Par l'imagination, je pénètre dans les milliers de cliniques, hô­pitaux, dispensaires, chambres de malades, pour écouter ceux qui souffrent, ceux qu'on soigne et ceux qu'on ne soigne pas ; je tâche d'entendre leurs gémissements, de sonder leurs plaies ; je songe aux aveugles du monde entier...

Je me penche sur la couche de tous ces « allongés » qui, immo­bilisés dans leur gaine de plâtre, depuis un an, cinq ans, dix ans, aspirent à marcher et à vivre ; je m'efforce d'assister à l'agonie des milliers de moribonds que la mort visitera bientôt...

A côté de ces souffrances physiques, je tâche de deviner les souffrances morales de ces malades, de ces blessés, de tous ceux qui les entourent, la détresse des 150,000 familles qui seront en deuil aujourd'hui et qui iront augmenter le nombre des foyers que la mort a frappés les jours précédents.

Je songe aux heures d'agonie de tous ceux qui ont souffert et souffrent encore dans les camps de concentration, aux millions de malheureux que, pour des raisons ethniques ou autres, on a « déplacés » en les arrachant à leur sol natal...

Je songe aux souffrances morales des vieillards délaissés dans les hospices, aux mamans qui attendent avec angoisse le retour d'un enfant qui tarde à rentrer, aux pères qui ne pourront plus, assurer demain, la subsistance, de leur famille, aux épouses trahies, aux maris trompés, aux amours incompris, aux milliers d'enfants sans père et sans mère...

Aucun coin de la terre n'est épargné ; nulle part, le bonheur est absolu...

Nous-mêmes, si nous connaissons, dans nos vies, des temps d'accalmie, il s'y mêle toujours le souvenir de nos souffrances antérieures et la crainte de rencontrer de nouveau la douleur cette visiteuse muette qui n'explique pas pourquoi elle vient trou­bler notre existence.

Pourquoi la souffrance, puisque personne ne la désire ? Pourquoi vient-elle se mettre si souvent en travers  de notre route? Pourquoi ?

La force de l'homme est petite ; nul de ses projets n'aboutit. Sa courte vie n'est que peine sur peine et la mort, l'inévitable mort, pend au-dessus de lui. (Simonide)  Il n'y a point d'homme heureux. La douleur les frappe tous. (Solon)

Si du moins j'avais le loisir de me dire que la souffrance m'est imposée par des circonstances indépendantes de moi et que je suis innocent du tort dont je souffre et dont souffre l'humanité.

Hélas, non ; dans le secret de ma conscience, un nouveau pro­blème surgit.  (Pourquoi ai-je mal agit …   a suivre.)

Extrait de : La Solution du Problème de la Vie.  (F. Lelotte  S.J.)

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cat 21/05/2017 19:09

merci pour ces bonnes lectures à méditer , amitié