Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 15:19

 Le pape-imposteur instrument de la destruction…

Même en 2017, les sédévacantistes, croient tout savoir sur le    pontificat de Paul VI, mais ils sont très loin du compte…

Tant que le Pape Paul VI put encore paraître publiquement et tenir ses allocutions dans lesquelles il défendait sans cesse avec ténacité la doctrine traditionnelle de l'Église contre les novateurs de la Foi, les conjurés secrets du Vatican ne purent faire passer leurs idées visant à la création d'une religion mondiale que très prudemment derrière le dos du Pape Paul VI.

L'un des nombreux exemples illustrant ce fait est la suppression des exorcismes du baptême par un décret de la congrégation des rites du 15 mai 1969 dont le Pape Paul VI, trois ans et demi plus tard, ne savait visiblement encore rien. On peut le déduire d'une allocution du pape qui fit sensation en son temps, allocution sur le diable du 15 novembre 1972 dans laquelle il mentionnait expressément les exorcismes du baptême comme moyen de délivrance par le Christ de la domination du diable sur l'homme. Donc pendant au moins trois ans et demi le Pape ne sut rien de cette rupture radicale, décrétée derrière son dos, avec la tradition immuable de l'administration des sacrements !

Avec la création du pape-imposteur et la totale dépossession des pouvoirs du Pape Paul VI, la réalisation des buts des conjurés secrets fut facilitée et accélérée. En voici deux exemples.

Le changement de fonction de l'extrême-onction

L'extrême-onction « ne doit être administrée qu'à des malades pour la vie desquels on craint » (concile de Florence, 1439) ; ceux « que l'on considère comme quittant la vie, raison pour laquelle on l'appelle aussi le sacrement des mourants » (Concile de Trente, XlVe séance, 1551) ; « Quand le fidèle commence à tomber en danger de mort à cause de la maladie ou de la faiblesse due à l'âge » (IIe Concile du Vatican, Constitution de la liturgie, Art.

Avec le nouveau rite, la nature de l’extrême-onction fut changée, en pratique, prenant de plus en plus le sens d’une prière pour la guérison. Actuellement, dans bien des églises, les personnes d'un certain âge reçoivent déjà « l'onction des malades » pendant l'office du dimanche. Ce changement de fonction dirigé d'en haut de l'extrême-onction contre la tradition doctrinale immuable et la déclaration nette des trois conciles est l’une des nombreuses mesures prises dans le dessein de détruire méthodiquement la nature des sacrements, en tant que forme prescrite par le Christ, de l'application des grâces de salut.

Le raffinement avec lequel fut étouffée la protestation des théologiens conservateurs contre cette démolition systématique de l'édifice de la foi de l'Église, est montré par l'exemple suivant :

Le 5 octobre 1975, le pape-imposteur administra l'Extrême-onction à Rome, sur la place Saint-Pierre, à cinquante malades de divers pays ; qui allait alors oser encore élever la voix contre le changement de fonction de l'Extrême-onction, devenue une prière pour la guérison, si, de façon évidente, le pape lui-même administre ainsi le sacrement :

La photo montre cette scène. On y reconnaît le pape-imposteur à l'oreille décollée, aux lunettes à double foyer posées sur la courbure du nez, au visage rond et au menton peu accentué.

On voit également le visage indigné d’un jeune prêtre à gauche qui, il y a peu de temps, au séminaire, avait bien compris ce qu'était la nature de l'Extrême-onction et doit maintenant voir comment celui qu'il pensait être le pape, circulant parmi les rangs des pèlerins loin d'être des moribonds, signant avec le pouce, sans signe de croix, la paume de la main et le front de chacun, avec un peu d'huile, falsifie l'Extrême-onction en en faisant une « onction des malades » ! Se doutait-il, ou bien savait-il, qu'il était impossible que cet homme soit le Pape Paul VI ?

(Note de J.-Bte. André.) Si de telles choses ont pu avoir lieu aux dépens de Paul VI, et ce avant l'existence du sosie, cela en dit long sur ce que vaut la déclaration sur la liberté religieuse de 1965. Les sédévacantistes, par exemple, croient tout savoir sur le pontificat de Paul VI, mais ils sont loin du compte. …

Inspiré de : L’IMPOSTURE DU SIÈCLE…       

http://www.lasurviedupapepaulvi.com/2014/06/l-imposture-du-siecle-theodor-kolberg.html

Elogofioupiou.over-blog.com

 

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Survie de Paul VI
commenter cet article

commentaires