Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 18:55

L’ATTITUDE DES HOMMES qui ne trouvent pas

Ceux qui cherchent et ne trouvent pas…

Nous groupons ici tous ceux qui aiment la vérité, aspirent à la trouver, sont prêts à lui sacrifier ce qu'ils possèdent, mais qui ne l'ont pas encore découverte.

Il existe, nous l'avons déjà dit, de ces âmes foncièrement hon­nêtes, qui, sans accepter ou même connaître la solution catholique, vivent selon les règles les plus strictes de la morale naturelle et donnent autour d'elles les plus beaux exemples de travail, de jus­tice, de charité.

«Il y a beaucoup de protestants qui sont meilleurs que leurs principes et beaucoup de catholiques qui sont moins bons que les leurs.» (Bonald)

«Tous ceux qui font d'eux-mêmes le centre de leur vie, ceux-là sont des sans-Dieu », même s'ils vont à la messe. Tous ceux qui se subordonnent à un idéal, à un absolu auquel ils reconnais­sent le droit de dominer toute leur activité et d'orienter toute leur vie, ceux-là affirment le Souverain Bien et sont du côté des croyants, fussent-ils inscrits à une ligue de sans-Dieu. »

(Abbé Joly, Le beau risque de la foi.)

Sans s'en rendre compte, ces âmes bénéficient souvent de vingt siècles de christianisme.

 « Il est possible, sans adhérer à l'Eglise... de bénéficier de l'in­fluence qu'elle excerce... (Certaines âmes) profitent de la cha­leur d'un foyer dont elles refusent de reconnaître l'existence. »

(Y. de Montcheuil)

«Un fils peut bien renier sa mère ; il ne cesse pas, pour autant, de lui être biologiquement uni. Ainsi, loin de la maison paternelle et devenus pour elle des étrangers, (ces incroyants) entendent en­core, sans s'en rendre compte peut-être, l'écho de cette hérédité chrétienne qui, bien souvent dans leurs résolutions et dans leurs actions, les préserve de se laisser complètement dominer et guider par les idées fausses auxquelles ils adhèrent. »

(S.S- Pie XII, message du 1" septembre 1944)

Inutile de dire que ces âmes méritent tout notre respect et no­tre sympathie entière.

Parfois ce sont les croyants eux-mêmes qui, par leur vie peu conforme à leurs croyances ou par les manifestations intempesti­ves de leur foi, maintiennent ces « chercheurs de la vérité », dans le doute et l'indécision.

A côté de ces âmes qui se sont imposé une loi morale très stricte, nous en rencontrerons d'autres qui cherchent la vérité, elles aussi, mais qui, faute de la saisir, s'abandonnent aux pires déchéances morales.

Un Adolphe Retté, un Charles de Foucauld, eurent une exis­tence très peu digne, durant de longues années ; et pourtant au milieu de leurs débauches, ils aspiraient encore à trouver la vé­rité. Et le jour où ils l'ont rencontrée, ils ont tout sacrifié pour la suivre.

Nous côtoyons sans doute d'autres Retté, d'autres Foucauld, dans leurs années d'impiété et d'immoralité. Condamnons leurs actes, mais sachons reconnaître leur générosité foncière.

Une âme qui cherche, eût-elle les attitudes les plus opposées aux nôtres, est plus attachante que l'âme de celui qui s'est arran­gé, au gré des circonstances, une petite vie honnête qu'il n'aurait même pas la hardiesse de modifier.

L'une est comparable à une eau stagnante; l'autre est une eau en mouvement qui, peut-être, charrie actuellement des flots de boue, mais qui, à la longue, deviendra limpide à force de creuser le sol meuble, à la recherche du roc solide de la vérité

«Je veux aimer d'un amour particulier ceux que leur naissan­ce, leur religion ou leurs idées, éloignent de moi. Ce sont ceux-là surtout que j'ai besoin de comprendre »

(Elisabeth Leseur, Journal intime)

Extrait de : La Solution du Problème de la Vie(F. Lelotte  S.J.)

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens