Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 14:49

 Il est touchant le triomphe populaire du Sauveur entrant à Jérusalem, acclamé par la foule ; mais, sur la scène plane un douloureux mystère. Dans cinq jours, les mêmes lieux retentiront de cris de haine à la place des chants d'en­thousiasme. « Il vint chez lui et les siens ne l’ont pas reçu »; il y a : 1° Ceux qui ne reçoivent pas Jésus, 2° Ceux qui le reçoivent.

1° Ceux qui ne reçoivent pas Jésus. — Dans la foule acclamante s'étaient infiltrés des éléments sournois, méchants, intraitables. Les orgueilleux et les pervers que la prédication sublime du Maître avait flagellés dans leurs vices, les misérables hypocrites que sa haute et rayonnante personnalité avait condamnés, ne supportaient pas son triomphe et tâchaient en vain d'arrêter les hymnes glorificateurs.

Il en est toujours ainsi et dans les collectivités et dans l'intime des âmes.

Au milieu des nations le Christ s'est toujours heurté à des persécuteurs, suppôts de Satan qui, par leurs législations impies, leurs machinations obscures, proclament : « Nous ne voulons pas qu'il règne sur nous ! » (Luc, 19, 14). Ils cherchent à détourner de lui les hommes, et s'atta­quent surtout, parce qu'ils sont les réserves de forces vives, les promesses de l'avenir, aux enfants, aux jeunes. L'histoire est trop vraie et douloureuse, nous l'avons trop vécue.

D'autre part, au-dedans d'un cœur, il n'y a pas que de bons mouvements ; de mauvais instincts le font s'in­surger contre les avances divines, résister à la grâce, ne pas recevoir Celui qui, pourtant, ne vient que pour paci­fier, grandir, enrichir.

Que notre zèle s'emploie à convaincre, si c'est possible, les intelligences de la primauté de l'évangile, à influer ainsi sur l'opinion, à empêcher le mal, à promouvoir le bien. Que notre foi s'attache à imprimer aux âmes un mouve­ment fidèle de confiance, de générosité, qui les empêche de se fermer aux effusions divines. Pour ceci comme pour cela, il va de soi que, en nous-mêmes nous ne mettons nul obstacle à l'invasion des effluves d'en-haut.

Mon Jésus, je vous demande pardon des heures sombres où je vous aurais mal reçu. Je vous entends dire : « Voici que je suis à la porte et que je frappe. » (Apos., 3, 20), je ne veux pas que vous frappiez inutilement.

2° Ceux qui le reçoivent. — Dans la foule font monter leurs Hosanna ! vers le ciel, les petits, les enfants, les humbles, les êtres au cœur droit, en lesquels on peut dire qu'il «n'y a pas de ruse.» (Joan., 1, 47). C'est normal. La lumière entre facilement quand les fenêtres sont ouvertes au grand large. La simplicité, la limpidité des sentiments réalisent cette ouverture. Une âme bonne appelle la Bonté, une âme aimante appelle l'Amour, et il y a de ces âmes. Jésus les connaît, il vient à elles, parce qu'en dépit des pharisiens modernes, elles le désirent. Et, se reproduit alors cette ineffable merveille : « Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi. » (Apoc, 3, 20). A coup sûr, c'est parmi nous que le Maître doit trouver de tels accueils, car plus que d'autres il désire les combler, plus que d'autres il désire être consolé des rebuts, des outrages, des grossièretés  dont ailleurs on l'abreuve.

Seigneur, que tout accès vous soit facilité en moi ! Vous disiez aux ennemis qui voulaient faire taire les accla­mations qui vous accueillaient : « S'ils se taisent, les pierres crieront. » (Luc., 19, 40). J'en suis sûr, en dépit des récla­mations des passions, des prétentions des méchants, les pierres des tombeaux crieront votre gloire et celle de vos fidèles serviteurs.

Extrait de : Méditations quotidiennes de  Mgr A. Gonon (1947)

Elogofioupiou.over-blog.com

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Méditations et prières
commenter cet article

commentaires