Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 15:54

PRIÈRE A JÉSUS AGONISANT

Le secours apporté à Jésus par l'ange consolateur ne fut pas de longue durée. A peine l'évangéliste l'a-t-il mentionné qu'il ajoute tout aussitôt : Et Il tomba en agonie. (S. Luc XXII-43)

Il est tombé en agonie ! Qu'est-ce à dire ? C'est affirmer que notre doux Sauveur s'est vu dans cette lutte terrible de la vie contre la mort, à ce moment où se rompent un à un les liens qui rattachent l'âme au corps, en apportant à l'homme la plus grande somme de douleurs que la nature puisse supporter.

Cet état déplorable, Jésus Lui-même l'a voulu, parce qu'il aimait. C'est la véhémence de son Amour qui l'a produit.

O Jésus ! Votre Agonie dernière sur un gibet ne devait-elle pas être assez douloureuse ?

Pourquoi Vous abreuver deux fois de telles amertumes ?

C'est qu'il ne Vous suffisait pas de succomber bientôt sous les coups des bourreaux ; Vous vouliez ici succomber déjà sous l'excès de l'Amour ! O bonté, ô charité !

Seigneur Jésus, ma mort aussi viendra. Comme Vous, je veux l'accepter d'avance, avec toutes ses peines et toutes ses angoisses. Je veux et je bénis déjà tel genre de mort qu'il Vous plaira de m'envoyer. Pour ce dernier combat, je mets toute ma confiance en vos Mérites. Mais daignez, ô mon Jésus très bon, exciter dans mon âme les pensées les plus propres à me disposer à bien mourir. Par la grâce de votre sainte Agonie, préservez-moi d'une mort imprévue, de cette mort qui frappe sans qu'on y ait songé. Car ce n'est pas la mort subite qui est à craindre, mais la mort qui n'a pas été préparée. Faites, Seigneur, que je me prépare dès maintenant, en mourant à moi-même tous les jours, malgré les cris de la nature, et dans l'estime toujours plus grande des seuls biens.

Quand on vit avec Vous et pour Vous, Divin Jésus, quel profit de mourir !

«Sanglant le raisin foulé, broyé sous le pressoir, exprime son jus en abondance », ainsi le Cœur de Jésus est broyé à cause de nos péchés. Il est écrasé au point que la douleur fait jaillir son Sang de tous les pores. Ce Sang précieux, ce Sang divin « coule maintenant en ruisseaux sur le sol ».

O perles de rosée divine dont une seule goutte peut laver le monde entier de toutes ses souillures!

Est-ce que, devant un tel spectacle, la méditation de mes faiblesses, de mes infidélités et de mes fautes, fait sourdre en moi, sinon du sang, du moins des larmes !

« Ne voudrais-tu pas ma Sueur de l'Agonie ? » dit un jour Jésus à sainte Marguerite de Cortone...

Et-vous que répondez-vous ?

Inspiré de : Les chemins d’Amour de Jésus souffrant. Père ALOYS (1954)

Elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Prières et méditations
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens