Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 23:50

«Elle enfantait de nouveaux disciples». Actes (XII, 24) Allons-nous renier nos origines?

Il est question, dans l'Évangile, de vérité à crier sur les toits et de lumière à ne pas mettre sous le boisseau. On y entend un ordre qui ne souffre pas de réplique : «Allez, enseignez toutes les nations ». Tel est le commandement indiscutable que Jésus donne aux apôtres, aux disciples, à tous ceux qui se réclament de Lui. Et pour que nul doute ne soit possible, l'Esprit Saint, à la Pentecôte, descend sur ces hommes réunis au Cénacle, sous la forme de langues de feu.

La langue muette, la bouche close du chrétien d'aujourd'hui sont le symbole non du catholicisme authentique, mais d'une religion dévaluée. La poli­tique de non-intervention ne peut se réclamer du Maître. Ce serait bien plutôt celui qui crie trop haut le message évangélique qui pourrait excuser un excès de zèle par les paroles saintes : malheur à moi si je n'annonce pas le message. Ou encore : presse à temps et à contretemps, pour détourner les hommes des fables et les ouvrir à la vérité salutaire.

Faut-il le dire? Nous ne sous-estimons pas pour autant la vie contemplative à laquelle Dieu convie des âmes de choix. Leur silence n'est pas un vide, mais une plénitude, ce n'est pas une désertion, mais une action d'un autre ordre, « au-delà du son ».

Les hauts-lieux de prières où elles se retirent sont comme les grandes installations qui captent le cou­rant à haute tension et alimentent toute une région. Leurs thébaïdes sont des arsenaux de grâces. Encore faut-il que l'on trouve des soldats qui veuillent bien se servir de ces munitions et combattre face à l'en­nemi. C'est à ces soldats que nous nous adressons, à tous les chrétiens qui vivent dans le monde et qui ont le devoir de manier le glaive de la parole de Dieu et d'étendre visiblement son royaume. Aux chrétiens de son temps qui avaient peur de répondre à l'appel, saint Jean Chrysostome adressait ces paroles toujours actuelles : « Entre autres devoirs, vous avez celui de vous dévouer pour le salut de vos frères, et de nous les amener, en dépit de leur résistance, de leurs cris et de leurs plaintes. Leur opposition et leur nonchalance sont la preuve que vous avez affaire à des enfants. A vous de changer leur disposition d'âme si imparfaite et misérable. C'est votre devoir de les persuader de devenir enfin des hommes ».

Malgré ces objurgations pressantes qui visent à bousculer nos hésitations, nous ne nous avouons pas encore vaincus : nous cherchons encore habile­ment à éluder les commandements trop incisifs qui entaillent la chair vive.

Extrait de : Théologie de l’apostolat. (1952) Mgr L.-Joseph Suenens.

Elogofioupiou.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by elogofioupiou - dans Vraie doctrine
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens